1. Accueil
  2. Magazine
  3. Astuces voyage
  4. Première fois à New York : Big Apple pour les débutants
Astuces voyage

Première fois à New York : Big Apple pour les débutants

Texte par

Robert Reid

Mis à jour le : 5 décembre 2016

Carte

Dérouté par la Grosse Pomme ? Désireux d’entrevoir le côté caché de New York ? Consultez l’incontournable “New York pour les nuls” de Lonely Planet.
Que faut-il voir à New York ? Aucune autre question ne laisse les New-Yorkais plus pantois que celle du touriste découvrant leur ville pour la première fois.
Il n’existe pas de bonne réponse. Que faire à New York ? Certains voudront revoir des lieux popularisés par le cinéma, comme le ferry de Staten Island que Melanie Griffith prend chaque jour dans Working Girl, ou la vitrine de Tiffany’s dans Fifth Avenue. D’autres souhaiteront manger un hot dog dans les gradins du Yankee Stadium, ou simplement découvrir la diversité des quartiers - quand je suis arrivé ici depuis mon Oklahoma natal, je suis allé à pied jusqu’à Chinatown toutes les semaines pendant un an pour déguster le dim sum du samedi. Pour d’autres encore, New York sera synonyme de théâtre, de théâtre et encore de théâtre.
Chacun porte en soi plusieurs images de New York - commencez par leur donner vie, puis ouvrez-vous à tout ce que la ville a à offrir. Sachez juste que pour comprendre la Grosse Pomme, il vous faudra, au minimum, y revenir une deuxième ou une troisième fois.

Où se loger à New-York ?

Quel que soit l’hôtel que vous choisissiez (voir notre rubrique Hébergement à New-York), attendez-vous à un espace restreint et à des tarifs élevés - c’est comme ça à New York. Il n’y a pas de haute saison déterminée, et le prix d’une chambre d’hôtel dépasse régulièrement les 300 $ (toutefois, ne vous laissez pas décourager, il existe des hébergements plus adaptés aux budgets limités - voir ci-dessous).
En toute logique, la plupart des visiteurs arrivant à New York pour la première fois voudront loger près des attractions et des restaurants de Manhattan (le plus prisé des cinq grands boroughs), et plus particulièrement dans le quartier des théâtres (Broadway) aux abords de Times Square, l’unique secteur animé de Midtown à la nuit tombée. À un block de là, le Casablanca Hotel, à la thématique marocaine, offre de grandes chambres confortables à partir de 249 $, un tarif relativement raisonnable.
Juste au nord, l’Upper West Side constitue une autre bonne option, offrant une atmosphère de “quartier” rassurante avec ses nombreux théâtres, restaurants et bars. De plus, il donne directement sur Central Park. Le Country Inn the City est un excellent choix. Logé dans une maison de ville en pierre calcaire de 1891, au cœur d’un block arboré, il loue des chambres avec kitchenette à partir de 220 $. Plus au sud, Chelsea, le Meatpacking District et Greenwich Village offrent plus d’animation, notamment le soir, et un accès facile à tous les sites. En revanche, le choix d’hôtels est plus limité et les tarifs souvent plus élevés.
Si nombre de visiteurs iront voir la statue de la Liberté, avant de visiter le mémorial du 11-septembre et Wall Street, très honnêtement, il ne se passe rien à Lower Manhattan après la tombée de la nuit. Mieux vaut visiter le quartier en journée et élire son camp de base ailleurs.

Quand partir ?

Je l’admets, l’été peut être affreux à New York. Les trottoirs sont bondés, et ceux qui sont habitués à la vie climatisée seront horrifiés par la sensation que procure un bon 90°F (32°C) par une journée moite, les déplacements ordinaires devenant soudain interminables.
Les meilleures périodes pour visiter New York sont le printemps et l’automne. Au printemps, faites coïncider votre séjour avec le splendide Cherry Blossom Festival, qui se déroule en avril au Brooklyn Botanic Garden. En automne, la ville offre une foule de manifestations formidables, comme le marathon de New York, début novembre, qui voit des gens des cinq boroughs se mêler sur les trottoirs pour encourager les participants, une vision rarissime. N’oubliez pas l’hiver pour autant - il fait froid mais New York s’illumine au moment de Noël et du jour de l’An.

Les grands mythes du visiteur découvrant New York

Mythe n°1 : New York est bien trop chère

New York offre tellement de choses à voir pour un prix nul ou modique que j’ai constitué une liste de 40 sites gratuits. En outre, malgré tous les restaurants chic, il n’y a pas de repas plus typiquement new-yorkais qu’un sandwich ou un falafel acheté dans la rue et dégusté à Central Park par une belle journée.
En matière d’hébergement, délaissez éventuellement l’hôtel au profit d’un appartement à louer, pour vous seul ou à partager avec des habitants, via un site fiable comme Airbnb. Vous économiserez encore davantage si vous choisissez de loger dans de charmants secteurs de Brooklyn ou du Queens, plutôt que dans le cœur de Manhattan. Dans ces deux boroughs, j’ai trouvé des appartements confortables avec accès à la cuisine et salle de bain privative pour moins de 100 $.

Mythe n°2 : Les chauffeurs de taxi new-yorkais sont des escrocs

Dans tous les aéroports, il existe des couloirs de taxis organisés, pratiquant des tarifs forfaitaires pour Manhattan. Prenez l’un d’entre eux et ignorez ces types à l’air inoffensif qui proposent leurs services à la sortie de la zone de récupération des bagages. Les chauffeurs utilisent un taximètre, qui démarre à $2.50 et gagne 4 $ tous les 20 blocks environ. Cela vous permettra d’établir un itinéraire sur votre smartphone ou à l’avance, juste pour vous rassurer et vous confirmer que vous allez bien dans la bonne direction. Voir www.nyc.gov/taxi pour plus de détails.

Mythe n°3 : “Il faut que je voie…”

Que nenni. Il y a bien trop de choses à faire ici pour vous fixer des obligations. Faites preuve d’ouverture d’esprit et essayez de ne pas répéter les mêmes itinéraires tous les jours. La première fois que je suis allé à New York, j’ai parcouru 42nd St, j’ai pris le métro jusqu’à l’East Village, j’ai acheté des t-shirts et des sushi, j’ai marché jusqu’au West Village, j’ai observé la vitrine d’un magasin de guitares, puis la façade d’anciennes boîtes de beatnik, et enfin des magasins de SoHo et de Chinatown. J’ai surtout regardé, en fait. Et puis c’est tout. Encore aujourd’hui, je trouve que c’est une mise en bouche parfaite.

4 expériences new-yorkaises typiques

Si vous avez toujours rêvé de voir les tablettes égyptiennes antiques du “Met”, ou d’admirer un Jackson Pollock au MoMA, alors foncez. Toutefois, vous n’êtes aucunement obligé de faire l’un ou l’autre. Ces derniers temps, New York est plus affaire d’expériences à vivre que de sites à visiter. Testez ces quatre aventures new-yorkaises typiques :

1. Aller de Times Square à Grand Central à pied

Vous n’avez qu’une heure à consacrer à New York ? Voilà l’activité parfaite. Bien sûr, les habitants lèvent les yeux au ciel quand on leur parle de “Times Square, cet endroit pour touristes à la sauce Disney”, mais ils restent tous secrètement ébahis devant cette place. Allez-y (et retournez-y le soir pour la voir illuminée). En journée, asseyez-vous simplement sur une chaise ou sur les marches et observez. Ensuite, prenez 42nd street vers l’est, passez devant le populaire Bryant Park, et ralliez Grand Central Terminal, dans Lexington Ave. La gare offre des visites guidées gratuites et un déjeuner glamour à l’Oyster Bar, en bas, mais le mieux, c’est encore d’observer les usagers aux heures de pointe.

2. Admirer au moins une vue magnifique

Tout le monde adore l’emblématique Empire State Building. Cependant, si vous ne croulez pas sous les billets de 20 dollars, écoutez ce que la majorité des New-Yorkais vous diront : la vue depuis Top of the Rock, au 30 Rockefeller Plaza, est encore plus belle. Siège de la NBC, ce bâtiment Art Déco offre de multiples terrasses panoramiques ouvertes et donne sur Central Park - sans compter la vue sur l’Empire State Building depuis tout là-haut.
Pour un panorama moins vertigineux, empruntez la passerelle de Brooklyn Bridge, qui offre une vue magnifique sur ce fameux pont, ainsi que sur le port de New York et les gratte-ciel de Lower Manhattan.

3. Savourer une cuisine de rue ou à emporter

Beaucoup d’habitants se procurent un déjeuner auprès des innombrables restaurateurs de rue itinérants de la ville. Guettez les vainqueurs du Vendy’s, un concours annuel de marchands ambulants - et prévoyez une journée pour tester un ou deux lauréats, surtout si vous avez le temps d’aller déjeuner sur les énormes rochers glaciaires au sud de Central Park. Parmi les autres incontournables à emporter figurent les bagels, comme ceux d’Ess-a-Bagel, l’adresse préférée des New-Yorkais.
Enfin, il y a la pizza. Les New-Yorkais ont toujours un avis à donner quand il s’agit d’élire la meilleure part, mais ne vous fiez qu’à ceux qui les ont toutes testées (c’est-à-dire quasiment personne). Guettez les files d’attentes, et commandez votre part - dites “a slice” et jamais “a piece” - pour un montant de 2,50 $ à 3,50 $. Il n’existe pas de meilleure pizza en soi, même si chacun a sa préférence - élire sa part préférée fait partie de l’aspect amusant de la chose.

4. Prendre le bus et le métro

Nombre de visiteurs découvrant New York pour la première fois optent pour les visites en bus à impériale, comme celles organisées par Gray Line, qui permettent de monter et de descendre à des endroits clés de la ville au fil de divers circuits imbriqués. Elles offrent une initiation fort pratique à l’architecture de la ville, surtout le premier jour. Autre avantage : la vue depuis les places à ciel ouvert à l’étage, par beau temps. Toutefois, ces visites ne sont pas données - à partir de 55 $ par journée et par personne. À comparer avec le forfait hebdomadaire proposé par la MTA (Metropolitan Transportation Authority), bus et métro compris, d’un montant de 29 $.
Plus de profanes encore devraient envisager le métro comme une attraction en soi. Essayez de le prendre au moins une fois. Les agents vous distribueront gratuitement des plans du réseau de métro et de bus. Sachez si vous allez vers “Uptown” (généralement - mais pas toujours - au nord de Manhattan) ou vers “Downtown” (au sud). Les trains express s’arrêtent uniquement dans certaines stations, indiquées par un rond blanc, à la différence du point noir ordinaire. Pour savoir quelle ligne prendre et où descendre, sollicitez les usagers.
Sérieusement, n’hésitez pas à demander - à New York, tout le monde vous aidera.
 
Basé à New York, Robert Reid est le rédacteur en chef de Lonely Planet USA. Si sa pizza préférée vient systématiquement de Brooklyn, il ne dédaigne pas pour autant la variété de Manhattan.


Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable à New York

Paramètres des cookies