1. Accueil
  2. Magazine
  3. Comme un habitant
  4. Visiter Budapest comme un habitant
Comme un habitant

Visiter Budapest comme un habitant

Mis à jour le : 6 décembre 2016

Carte

Vivre comme un habitant de Budapest est aisé ! Les Budapestois sont chaleureux, la nourriture plutôt bonne (et jamais trop dépaysante), le vin généreux. Et la ville offre ce que tout le monde aime : des sources chaudes, des douceurs, des petites et grandes merveilles à chiner.

Se restaurer

Sachez que vous êtes en pays carnivore ! Celui même de la “viande farcie de viande”. La boucherie-traiteur Belvárosi Disznótoros répond tous les jours aux faims de loup par de solides plats carnés. Ces cantines rétro que sont les étkezdék restent très courues pour leurs spécialités hongroises traditionnelles et des plats roboratifs comme le főzelék (légumes frits ou bouillis en béchamel). C’est à Erzsébetváros que l’on trouve les plus authentiques, Kádár et Erdélyi-Magyar Étkezde – laquelle concocte aussi les recettes classiques de Transylvanie. Si vous rêvez d’une soupe de poisson, rien ne vaut Horgásztanya Vendéglő.
Vous comptez faire la tournée des bars ? Un lángos, sorte de beignet frit à la crème et au fromage que l'on mange au comptoir, vous tiendra au corps toute la soirée. 
Pendant les fêtes, les hongrois sont friands de kürtőskalács, une délicieuse pâtisserie sucrée roulée à la broche. 


Stand de kürtőskalács. Morten Rand-Hendriksen

Prendre un verre

Le vin est une affaire sérieuse. Les habitants de Budapest en consomment avec amour et abondance. Quand il fait trop chaud, on le coupe avec de l’eau gazéifiée. C’est ce qu’on appelle un spritzer, en hongrois fröccs, au même effet dilué que notre ancien blanc limé (coupé de limonade). On vous gratifiera volontiers de la médaille de “Budapestois honoraire” si vous connaissez l’art de ces mélanges et leurs proportions. Le kisfröccs (“petit spritzer”) additionne à 10 cl de vin une quantité égale d’eau minérale, alors que le nagyfröccs (“grand spritzer”) contient le double de vin. Le hosszúlépés (“long pas”) mêle 10 cl de vin au double d’eau, tandis que le házmester (“concierge”) se compose de 30 cl de vin et de 20 cl d’eau.
Il n’y a qu’au borozó, bar à vin traditionnel (frôlant souvent le bouge), que vous n’en trouverez pas et que l’on vous servira à la louche de métal un verre de gros rouge. Il existe aussi des boissons plus fortes comme la pálinka (eau-de-vie de fruit) ou l’Unicum (apéritif amer surnommé “l’accélérateur national”). 


L'incontournable "fröccs". Gergely Csatari

Choisir un vin

Si l’on en croit un expert, le critique de vins Péter Balikó, il faut, pour choisir un vin hongrois, se fier à l’indication minőségi bor (vin de qualité) ou különleges minőséű bor (vin de première qualité), équivalent de l’appellation contrôlée française (AOC). Sur une étiquette de vin, le premier mot indique la provenance et le second le cépage (par exemple, Villányi Kékfrankos) ou le type de vin (Tokaji Aszú, Szekszárdi Bikavér). Les autres termes importants sont édes (doux), fehér (blanc), félédes (demi-doux), félszáraz (demi-sec ou moyen), pezsgő (pétillant), száraz (sec) et vörös (rouge). Voici les cinq crus préférés de Péter :

  • Laposa Badacsonyi Olaszrizling Un des meilleurs blancs secs hongrois pour la consommation courante. Ce Welschriesling couleur paille à haute teneur en acidité laisse un arrière-goût âpre et rappelle l’arôme des amandes grillées.
  • Szepsy Tokaji Furmint Ce vin sec aux effluves de pomme pourrait devenir le meilleur blanc hongrois. Dans certains cas, il fait penser à un grand bourgogne blanc.
  • Ráspi Soproni Kékfrankos Ce rouge de plus en plus apprécié s’appelle Blaufränkisch en Autriche. Ne vous fiez pas à sa couleur claire, il est fort rond en bouche.
  • Gere Villányi Syrah Ce cépage dit “récent” fait un tabac ; un vin rustique et simple qui a du corps.
  • Szepsy Tokaji Aszú (6 puttonyos) Le plus doux des vins à “pourriture noble”, élevé par le principal producteur de tokaj.


Devant un "ABC" (magasin local). habeebee

Sortir

Un Budapestois qui se respecte ne va pas s’enfermer dans une discothèque en plein été ; c’est pour cela qu’on a inventé les kertek (bars-discothèques en plein air). Les plus beaux spectacles musicaux se donnent à l’Académie de musique Franz Liszt et au Palais des arts, deux salles à l’acoustique incomparable outre la qualité de leur programmation de premier plan.
Beaucoup de Budapestois préfèrent néanmoins aller au concert dans des salles plus intimes comme celle de la Société d’Óbuda ou écouter des récitals d’orgue dans un bel édifice religieux comme l’église paroissiale Saint-Michel de la Ville intérieure. Pour voir les joueurs de Budapest sur le terrain, assistez à un match du Ferencváros Torna Club (FTC) au stade FTC Albert.

Shopping

Budapest est en voie de reconquérir son titre de capitale de la création d’Europe centrale. En témoigne la société Underguide (www.underguide.com) créée par Judit Maróthy pour faire découvrir art de vivre et shopping design à Budapest.
Son premier conseil ? Faites coïncider votre visite avec le WAMP (www.wamp.hu), foire mensuelle organisée sur Erzsébet tér, à Pest, ou bien au parc du Millénaire, à Buda, où les nouveaux designers hongrois exposent leur travail. Consultez le site Internet pour plus d’information : c’est un événement très festif et très prisé des Budapestois.
En dehors du WAMP, on peut dénicher des articles locaux, écologiques de surcroît, qu’on ne trouve nulle part ailleurs. Voici quelques noms triés sur le volet : Printa, Romani Design, M Lamp, PannonArts Design Galéria et Mono Fashion.


Au marché d'Hunyadi tér. Lilla Horvath

Faire les marchés

Le Nagycsarnok est une bonne adresse, mais n’espérez pas y voir des paysannes venues de leur campagne vendre des perce-neige au printemps et du jus de tomate en été ! Elles fréquentent plutôt le marché d'Hunyadi tér ainsi que le marché couvert de Lehel sur Újlipótváros. En semaine, vous ne rencontrerez pas de Budapestois sur l’Ecseri Piac, le plus grand “marché aux puces” d’Europe continentale, mais ils courent y chiner dès la première heure le samedi, à la recherche d’objets campagnards ou de biens liquidés par d’anciens collectionneurs.

Partir en week-end

Les Budapestois, surtout ceux qui vivent à Pest, aiment aller prendre l’air, ne serait-ce qu’une journée, pour échapper à la pollution. C’est une chose sacrée que le kirándulás (sortie), qui peut être une journée de marche dans les collines de Buda ou un après-midi mi-natation mi-bain de soleil sur les rives du lac Balaton
Photo WAMP market : Agnes


Vizeat