-->

Afrique du Sud : Comment circuler

Se déplacer en Afrique du Sud

Comment se déplacer en Afrique du Sud ? Il existe de nombreuses possibilités, des vols internes pour les plus pressés au vélo pour les plus sportifs. 

Avion

Compagnies aériennes

Les tarifs sont plutôt élevés. Si vous prévoyez de prendre plusieurs fois l'avion, renseignez-vous auprès d'une agence de voyages, avant votre départ, sur les offres spéciales et les forfaits. S'ils existent, vous aurez peut-être alors intérêt à réserver vos vols intérieurs avant de partir. Il est parfois aussi meilleur marché de réserver les vols intérieurs de chez soi si ceux-ci peuvent être inclus dans le prix du billet international. Autre moyen de faire des économies substantielles : réserver en ligne. Il arrive que le billet coûte 50% moins cher que le tarif standard annoncé.
Outre ses liaisons internationales, South African Airways (SAA ; 0861 359 722, 011 978 5313), principale compagnie intérieure, offre un large choix de vols vers toutes les grandes villes du pays. Ses filiales, SAAirlink (011-961 1700) et SA Express (011 978 9900), partagent son excellent bilan en matière de sécurité.
Outre la SAA et ses filiales, voici les autres compagnies aériennes qui organisent des vols intérieurs :

  • Comair (011-921 0222). Gère les vols British Airways en Afrique et dessert Le Cap, Durban, Jo'burg et Port Elizabeth.
  • Kulula.com (0861 444 144). En partenariat avec British Airways. Des vols au confort basique entre Jo'burg, Le Cap, Durban, George et Port Elizabeth. Propose aussi réservation d'hôtel et location de voiture.
  • Mango (0861 162 646). Vols low-cost entre Jo'burg, Le Cap, Durban et Bloemfontein, location de voiture et réservation d'hôtel.
  • Swaziland Airlink (518 6155). Vols quotidiens entre Jo'burg et Manzini/Matsapha.

prendre le Bateau en afrique du sud

En dépit de l'étendue du littoral sud-africain, le transport maritime est plutôt rare. C'est entre Le Cap et Durban ou entre Port Elizabeth et Durban que vous aurez le plus de chances de trouver un bateau. Essayez de vous renseigner auprès des bureaux locaux de Safmarine et de Tall Ships, ou adressez-vous aux yachts-clubs. Consultez également le site www.cruiser.co.za, dont une rubrique met en correspondance les équipages et les navires.

prendre le Bus

Afrique du Sud

Le bus en Afrique du Sud n'est pas aussi économique que dans d'autres pays. Il constitue cependant, avec le taxi-minibus, la principale forme de transport public et assure un service fiable et assez confortable vers toutes les grandes villes du pays. Notez que beaucoup de trajets longue distance s'effectuent de nuit. Si vous voyagez de nuit, prenez garde à vos objets de valeur. Il est recommandé aux femmes de s'asseoir à l'avant du bus.
Constituant une bonne alternative aux grandes compagnies de bus, les Baz Bus (021-439 2323) sont fréquentés presque exclusivement par les voyageurs à petit budget. Ils offrent la possibilité de monter ou de descendre en cours de route (hop-on, hop-off) et proposent également un service porte-à-porte entre Le Cap et Jo'burg via le nord du Drakensberg, Durban et la Garden Route.
Un autre itinéraire effectue une boucle de Durban à Jo'burg, via le Zululand, le Swaziland et Nelspruit, près du Kruger National Park. Les tarifs pour des trajets entre deux villes, plus coûteux que sur les grandes compagnies, deviennent intéressants si vous profitez de la possibilité de monter et de descendre en cours de route. La compagnie propose également des forfaits (pass) d'une/deux semaines (1250/2250 R).
Les Baz Bus déposent et chargent leurs passagers dans bon nombre d'auberges de jeunesse. Pour celles situées dans des endroits non desservis, la compagnie dispose d'accords de transfert, moyennant un modeste supplément. Vous pouvez réserver directement auprès de Baz Bus ou dans la plupart des auberges de jeunesse.
City to City (011 774 3333, 0861 589 282 ; www.translux.co.za), qui fonctionne en partenariat avec Translux, a repris les lignes qui reliaient, du temps de l'apartheid, les bantoustans (homelands), le Lesotho et le Swaziland aux grandes villes sud-africaines. Ses bus, moins coûteux que ceux des autres compagnies, rejoignent ainsi de nombreux endroits situés hors des sentiers battus, notamment les townships et les villes minières. En revanche, City to City n'est pas aussi sûr que d'autres compagnies pour ses voyages de nuit. Depuis Jo'burg, on peut gagner Mthatha, Nelspruit, Hazyview, Beitbridge (pour le Zimbabwe), Piet Retief et plusieurs villes du KwaZulu-Natal. La plupart des bus partent du centre de transit de Park Station, à Jo'burg, qui abrite des guichets de réservation et un bureau d'information.
Greyhound (083 915 9000 ; www.greyhound.co.za) possède un important réseau, ses itinéraires et ses tarifs étant comparables à ceux de Translux. La compagnie offre souvent des réductions spéciales et propose une liaison entre Jo'burg et Durban qui passe par le Zululand et Richards Bay.
Possédant un vaste réseau allant du Cap aux Victoria Falls (Zimbabwe) et à Maputo (Mozambique), Intercape (0861 287 287, 021-380 4400 ; www.intercape.co.za) assure des prix inférieurs à ceux de Translux et de Greyhound. Pour de longs trajets (par exemple entre Le Cap et Windhoek, en Namibie, ou de Mossel Bay à Jo'burg), mieux vaut payer un peu plus cher et profiter des sièges inclinables des bus Sleepliner d'Intercape.
SA Roadlink (011-333 2223 ; www.saroadlink.co.za) relie Pretoria et Johannesburg à Bloemfontein, Port Elizabeth, East London, Mthatha, Durban et certaines villes situées entre ces destinations. Le choix d'itinéraires est encore limité, mais les tarifs sont très raisonnables – en général, à peine plus chers que ceux pratiqués par City to City.
Translux (0861 589 282 ; www.translux.co.za), la principale compagnie sur les trajets longue distance, dessert Le Cap, Knysna, Plettenberg Bay, Durban, Bloemfontein, Port Elizabeth, East London, Mthatha, Nelspruit (vers le Mozambique) ainsi que plusieurs villes de la Garden Route.
Il n'y a pas de système de classes dans les bus mais les compagnies les plus connues peuvent être considérées comme « de luxe », avec climatisation et, souvent, toilettes et TV. La compagnie City to City offre en revanche un confort minimal.
À l'exception de Baz Bus, qui a son propre système de tarification, les tarifs sont calculés en gros en fonction de la distance, bien que les petits trajets s'avèrent assez coûteux. Voici quelques exemples de prix pour un aller simple : Jo'burg-Le Cap (450 R, 19 heures), Jo'burg-Durban (170-250 R, 8 heures), Le Cap-Knysna (195-270 R, 8 heures). Les Baz Bus offrent un service hop-on, hop-off sur les itinéraires suivants : Le Cap-Durban par la Garden Route (2250 R) et Jo'burg-Swaziland-Durban-Drakensberg-Jo'burg (1400 R).
Les prix augmentent pendant les vacances scolaires. Toutes les compagnies offrent des réductions pour les étudiants et les seniors, et Intercape propose des remises aux étudiants ayant une carte internationale (ISIC). Renseignez-vous aussi sur les forfaits si vous avez l'intention de vous déplacer souvent en bus et informez-vous toujours auprès des compagnies quant à d'éventuelles offres spéciales, qui peuvent vous permettre d'économiser jusqu'à 40%.
Pour les principales compagnies de bus, les réservations doivent s'effectuer au moins 24 heures à l'avance, le plus tôt possible pour les trajets effectués en haute saison. Vous pourrez parfois trouver un siège à la dernière minute, mais n'y comptez pas trop.

Lesotho

Le Lesotho possède un bon réseau de bus et de minibus (appelés « taxis-minibus » ou tout simplement « taxis ») qui sillonnent la majeure partie du pays. Les bus, légèrement moins chers que les minibus mais plus lents, desservent toutes les grandes villes. Les taxis-minibus rejoignent également les grandes villes, ainsi que plusieurs bourgades.
Pour les trajets longue distance, le mieux est de prendre un billet pour la prochaine grande ville, car c'est là que la plupart des passagers descendront et vous risquez de vous retrouver assis à attendre que votre bus fasse le plein de clients alors que d'autres bus vous passent sous le nez.
Accomplir votre parcours par étapes revient à peine plus cher que d'acheter un billet direct. Si vous vous dirigez vers le nord-est au départ de Maseru, vous aurez sans doute besoin de prendre une correspondance à Maputsoe, et parfois même sur le trajet en direction de Maputsoe.
Il n'y a pas de classes dans les bus, qui offrent un confort minimum. Il n'est ni nécessaire ni possible de réserver. La plupart des départs se font le matin : en général, plus le voyage est long, plus les bus démarrent tôt.

Swaziland

Le Swaziland ne possède qu'un petit nombre de bus qui ont presque tous comme point de départ et d'arrivée l'arrêt principal au centre de Mbabane.
Les minibus constituent la principale forme de transport public. Ils vont presque partout dans le pays, en s'arrêtant fréquemment, pour un prix légèrement supérieur à celui des bus. Ils partent quand ils sont pleins et les réservations sont inutiles. Voici quelques exemples de prix : Mbabane-Manzini (13 E, 35 min) et Mbabane-Piggs Peak (25 R, 1 heure).

le stop en afrique du sud

L'auto-stop présente toujours des risques et la chose est particulièrement vraie en Afrique du Sud, surtout dans les grands centres urbains et leurs environs. Nous ne recommandons pas ce mode de transport, surtout en Afrique du Sud. Cependant, c'est parfois la seule façon de se déplacer en zone rurale : dans ce cas, faites du stop à deux, en plein jour et prévenez toujours quelqu'un de l'endroit où vous comptez vous rendre.
Il est également plus sûr de vous éloigner des villes par les transports publics avant de lever le pouce. Évitez de prendre des auto-stoppeurs. Il est fortement déconseillé aux femmes seules de faire du stop. Par courtoisie, proposez une petite somme pour le trajet.
Le stop est plus facile et sans doute plus sûr au Swaziland et au Lesotho, mais les mêmes précautions s'imposent. Sur les petites routes de campagne, vous risquez d'attendre un bon moment et de subir la concurrence des habitants du coin.

le Vélo

Afrique du Sud

Si vous avez les mollets assez solides pour grimper ses collines, l'Afrique du Sud se prête bien au cyclisme. Vous serez séduit par la variété et la beauté de ses paysages, ses nombreux terrains de camping et ses bonnes routes, pour la plupart peu fréquentées (attention, beaucoup d'entre elles n'ont pas de bas-côté).
De splendides itinéraires vous attendent dans la péninsule du Cap et les Winelands du Cap-Ouest. La Wild Coast du Cap-Est permet de belles balades, assez exigeantes, tandis que le bas veld du nord (Northern Lowveld) déploie ses vastes plaines.
N'oubliez pas que la pluie tombe surtout en été (fin novembre-mars), parfois sous forme de violents orages, sauf au Cap-Ouest et sur la côte occidentale. Lorsqu'il ne pleut pas, la chaleur peut être accablante, notamment dans le bas veld qui souffre, de surcroît, d'un fort taux d'humidité. Les distances entre les grandes villes sont souvent longues, mais hormis certaines régions isolées, comme le Karoo ou le Limpopo, vous n'êtes jamais très loin d'un village ou d'une ferme.
Veillez également à votre sécurité. Avant d'entreprendre un périple, mettez-vous en contact avec d'autres cyclistes par l'intermédiaire des clubs cyclistes locaux ou des magasins de vélos pour obtenir des informations récentes sur l'état des routes. Sachez aussi qu'il est interdit de faire du vélo sur l'autoroute, et qu'il vaut mieux éviter les routes proches des grands centres urbains, où la circulation est trop dense. En outre, les éventuelles bandes d'arrêt d'urgence font souvent office de voie lente pour les voitures.
Vous aurez du mal à faire transporter votre bicyclette par les transports publics, car la plupart des bus ne les acceptent pas et les taxis-minibus ne prennent pas de bagages sur le toit. Certes les trains transportent les vélos mais, dans certains cas, la meilleure solution est de faire appel aux services d'un transporteur.
On trouve un peu partout des VTT – et des pièces détachées pour vélo. Vous aurez cependant des difficultés pour vous procurer des pièces de remplacement pour les vélos de randonnée, surtout en dehors du Cap et de Jo'burg.
Avant de vous aventurer dans le veld, prenez contact avec une bonne boutique en ville au cas où vous auriez besoin de vous faire envoyer quelque chose. Prenez garde aux vols : munissez-vous d'un bon cadenas, laissez votre vélo à l'intérieur de votre lieu d'hébergement (de préférence dans votre chambre) et enchaînez-le solidement.

Lesotho et Swaziland

Le Lesotho et le Swaziland se prêtent parfaitement au cyclisme, en particulier le Lesotho, bien que son relief montagneux ne convienne qu'aux personnes en bonne forme physique. Pour les deux pays, un VTT est indispensable. Faites provision de pièces détachées en Afrique du Sud. L'hiver, les routes sont verglacées au Lesotho, et l'été, les deux pays subissent des orages et des inondations.
La route qui franchit le Sani Pass (à réserver aux sportifs aguerris et en bonne forme) constitue l'itinéraire le plus classique au Lesotho, mais une infinité d'autres parcours vous attendent. Certains lodges installés du côté sud-africain du Sani Pass louent parfois des vélos.
Le Swaziland est également une destination de choix pour les cyclistes, à l'exception des grandes villes et de l'Ezulwini Valley, où la circulation est intense. Vous pourrez également parcourir les petits sentiers de VTT du Hlane Royal National Park et du Mlilwane Wildlife Sanctuary, deux endroits où vous pourrez louer des vélos.
Acheminer les bicyclettes par les transports publics n'est pas courant au Lesotho et au Swaziland, mais vous pourrez souvent vous arranger avec le chauffeur.

Location et achat

Si vous avez l'intention de faire du cyclisme de façon intensive, mieux vaut apporter votre bicyclette. Pour les balades d'une journée, certaines auberges de jeunesse proposent des locations de VTT. On peut parfois louer des vélos par l'intermédiaire des boutiques de vélos du Cap et d'autres villes, à condition de payer une caution par carte de crédit.
Vous trouverez un bon choix de VTT à vendre dans toutes les grandes villes d'Afrique du Sud, en particulier au Cap. En ce qui concerne les vélos de randonnée, les meilleures adresses sont au Cap et à Jo'burg. Si vous voulez revendre votre bicyclette à la fin de votre séjour, nous vous conseillons les panneaux d'affichage des auberges de jeunesse.

Voiture et moto

En Afrique du Sud, disposer de son propre véhicule est la meilleure façon de se déplacer dans les zones non desservies par les principales lignes de bus et de train. Si vous êtes en groupe, c'est aussi souvent la plus économique. La plupart des routes principales sont excellentes et il existe quelques routes secondaires intéressantes à explorer.
De nombreuses routes nationales (comme la N1) traversent le pays. Certains tronçons sont soumis à un péage, calculé en fonction de la distance. Le panneau indiquant le début d'une section à péage porte un « T » noir dans un cercle jaune ; vous trouverez toujours un itinéraire de remplacement, gratuit, indiqué par un « A » noir dans un cercle jaune. Cependant, sur ces axes gratuits les panneaux ne comportent souvent que le nom de petites villes ou le numéro de la route, sans indiquer la ville principale vers laquelle vous vous dirigez. Les routes secondaires sont numérotées (comme la R44). Quand vous demandez votre chemin, la majorité des gens se réfèrent aux numéros des routes seulement, il est donc indispensable de se munir d'une bonne carte routière.
La conduite est également aisée au Lesotho et au Swaziland, bien qu'on y rencontre plus de pistes en terre et en gravillons en dehors des routes principales. Les grands axes du Lesotho sont numérotés à partir de « A1 » (Main North Road, principale route vers le nord) et les petites routes qui en partent portent des numéros précédés d'un « B ». En hiver, faites très attention au verglas.
Une partie du Swaziland est traversée d'ouest en est par la MR3, jusqu'à Manzini. De bonnes routes bitumées relient les autres grandes villes. Ailleurs, vous trouverez surtout des pistes non goudronnées, la plupart en assez bon état, sauf après de fortes pluies.
Les cartes routières sont faciles à se procurer dans les trois pays.

Automobile clubs

L'Automobile Association of South Africa (AASA ; 011-799 1000, urgences 083 843 22) propose un service restreint d'assistance en cas de panne qui peut s'avérer utile si vous conduisez dans les zones couvertes. Elle offre aussi un bon choix de cartes, gratuites pour ses membres ou vendues dans de nombreux offices du tourisme et dans des librairies. Pour qu'on vienne vous aider si vous tombez en panne, conservez précieusement les autocollants que vous recevrez en même temps que votre carte d'adhésion. Celle-ci est gratuite pour les membres de nombreux automobiles clubs étrangers : n'oubliez pas d'emporter votre carte.
En théorie, l'AASA couvre le Lesotho et le Swaziland, mais son service de remorquage et de dépannage ne fonctionne pas dans ces deux pays. En Afrique du Sud, ce service couvre Jo'burg, Pretoria, Le Cap, Durban, Pietermaritzburg, East London et Port Elizabeth. Au Lesotho et au Swaziland, il vous faudra faire appel aux ateliers de réparation des grandes villes.

Permis de conduire

Il est préférable de se procurer un permis de conduire international auprès des autorités de votre pays si vous souhaitez conduire en Afrique du Sud, au Lesotho et au Swaziland. Les permis étrangers sont acceptés pour les séjours de moins de 6 mois, à condition qu'ils soient rédigés en anglais ou que vous présentiez une traduction certifiée.

Essence et pièces détachées

L'essence coûte environ 9,50 R le litre, qu'elle soit avec ou sans plomb, dans les trois pays. Le paiement doit s'effectuer en liquide. Le self-service est inconnu : un employé viendra toujours faire le plein, laver votre pare-brise et demander si vous souhaitez qu'il vérifie les niveaux d'huile et d'eau. En général, on laisse un pourboire de 2 à 5 R. Outre l'essence sans plomb, on trouve aussi du LRP (carburant de remplacement) pour les véhicules anciens.
De nombreuses pompes, souvent ouvertes 24h/24, bordent les grands axes en Afrique du Sud et au Swaziland. Dans les zones rurales et au Lesotho, faites le plein dès que vous le pouvez et, en ce qui concerne le Lesotho, emportez toujours un jerrican avec vous.
Toutes les grandes villes sud-africaines possèdent des stations-service. Au Lesotho, vous en trouverez peu en dehors de Maseru. Au Swaziland, elles se regroupent surtout à Mbabane et à Manzini, cette dernière ville étant le meilleur endroit pour se procurer des pièces détachées.

Location

Louer une voiture en Afrique du Sud est relativement bon marché. La plupart des agences exigent un âge minimum de 21 ans (23 ans au Swaziland). Toutes acceptent les principales cartes de crédit. Les tarifs au Swaziland sont similaires à ceux pratiqués en Afrique du Sud. Pour le Lesotho, il est souvent plus économique de louer le véhicule en Afrique du Sud, avant de traverser la frontière.
Vous trouverez ci-dessous les coordonnées des grandes sociétés internationales de location. Toutes celles présentes en Afrique du Sud disposent de bureaux dans les grandes villes. Au Swaziland, elles sont regroupées à Mbabane et à l'aéroport de Matsapha ; au Lesotho, à Maseru et à l'aéroport international Moshoeshoe 1.
Les prix débutent à environ 200 R (l'équivalent de 14 €) par jour, assurance et 200 km par jour compris (voire parfois un kilométrage illimité). Pour un 4×4, comptez 900 R (62 €) par jour ou plus. Pour bénéficier d'une location moins chère et du kilométrage illimité, mieux vaut réserver et payer dans une agence de votre pays avant d'arriver en Afrique du Sud. Autre astuce : dans certaines régions, des opérateurs low-cost, faute de parc automobile, proposent des réductions sur les grandes sociétés (en réservant par exemple auprès de Around About Cars, vous obtiendrez un tarif préférentiel sur un véhicule First Car Rental à l'OR Tambo International Airport, à Johannesburg). Sachez que l'assurance ne couvre pas les accidents impliquant un conducteur non mentionné dans le contrat. Moyennant un supplément, le véhicule peut généralement être loué et ramené dans des lieux différents. Les voitures de location les moins chères, comme l'Opel Corsa ou l'incontournable VW Chiccos, ont rarement de fermeture centralisée. Pensez à verrouiller les portières et le coffre !

Renseignez-vous auprès de Travelocity (www.travelocity.com) et d'autres compagnies low-cost comme Kulula.com (www.kulula.com) ou Mango (ww5.flymango.com) qui proposent souvent des forfaits intéressants de location de voiture.
Les sociétés locales sont généralement moins chères, mais elles tendent à disparaître du jour au lendemain et certaines imposent une distance limite à ne pas dépasser. Nous en indiquons ci-dessous quelques-unes possédant des bureaux dans les grandes villes. Par ailleurs, les auberges de jeunesse ou les hébergements pour voyageurs à petit budget peuvent parfois vous obtenir des prix intéressants.

Vous pouvez aussi opter pour la solution du camping-car. La location en aller simple risque cependant de ne pas être possible. Certaines locations comprennent le matériel de camping. Les bakkies, sortes de pick-up dont l'arrière bâché peut loger deux personnes, reviennent moins cher. Voici deux agences, toutes deux à Jo'burg : African Leisure Travel (011-475 2902 ; www.africanleisure.co.za) et Britz 4×4 Rentals (011-396 1860 ; www.britz.co.za).
Pour une moto, essayez Motozulu (www.motozu.lu.ms) à Port Shepstone (KwaZulu-Natal), et LDV Biking (083 528 0897 ; www.ldvbiking.co.za), au Cap. Il est possible de louer mobylettes et scooters au Cap et dans plusieurs autres régions touristiques.

Assurance

Si vous achetez un véhicule, une assurance couvrant les dommages matériels et le vol est vivement conseillée mais pas obligatoire. Trouver une société qui accepte de vous assurer au mois peut s'avérer difficile. Vous pourrez peut-être négocier avec l'AASA le paiement d'une assurance d'un an, avec remboursement au prorata lorsque vous revendrez votre voiture. Sansure (021-914 3488, 0860 786 847 ; www.sansure.com) est l'un des assureurs installés au Cap.

Achat

L'Afrique du Sud est le meilleur endroit pour acheter un véhicule si vous avez l'intention d'entreprendre un long périple en Afrique australe ou subsaharienne. Bien que les prix soient moins élevés à Jo'burg, beaucoup d'acheteurs privilégient Le Cap – ville bien plus agréable où passer les 8 ou 15 jours nécessaires pour accomplir les formalités. Le Cap est également propice à la vente car vous tirerez un meilleur prix de votre véhicule, bien que le marché soit assez réduit.
Les marchands de voitures d'occasion du Cap se regroupent principalement dans Voortrekker Rd, entre les stations de métro Maitland et Belleville. Certains accepteront peut-être de racheter votre voiture à votre départ.
Si vous achetez à un particulier, vous paierez moins cher mais vous ne bénéficierez pas d'une garantie. Consultez les petites annonces du quotidien Cape Ads (www.capeads.com) ou essayez Auto Trader (www.autotrader.co.za), qui propose des milliers de voitures dans tout le pays.
Où que vous achetiez, assurez-vous que la voiture est bien celle décrite sur la carte grise (ownership registration papers), que le pare-brise porte une vignette (licence disc) à jour et que le véhicule a été vérifié par le Police Clearance Department (Le Cap ;021-467 8000). Vérifiez avant la conclusion de la vente que le nom figurant sur la carte grise correspond aux papiers d'identité du vendeur. Vérifiez le numéro du moteur et du châssis. Vous pouvez aussi faire contrôler la voiture. Au Cap, essayez Same Garage (021-434 1058 ; 309 Main Rd, Sea Point). Un contrôle complet peut s'élever à 500 R. Pour un test moins détaillé, comptez environ 220 R.
Les voitures bon marché sont souvent vendues sans certificat (roadworthy certificate). Or ce document est indispensable pour mettre la carte grise (RLV) à votre nom et payer la taxe nécessaire à l'obtention de la vignette. On avait autrefois du mal à l'obtenir mais certains garages privés sont aujourd'hui autorisés à le délivrer (contre quelques centaines de rands) : ils ferment parfois les yeux sur les défauts mineurs.
Pour acquérir une voiture correcte, prévoyez au moins 25000 R. Côté 4×4, une Land Rover série 1, 2 ou 3 coûte de 15000 à 40000 R, selon son état. Au Cap, nous vous conseillons de contacter Graham Duncan Smith (021-797 3048), spécialiste des Land Rover, qui prend 150 R par consultation et 200 R l'heure pour des travaux de mécanique.
Pour faire enregistrer votre voiture, présentez-vous avec votre passeport et sa photocopie, le certificat d'immatriculation (portant le nom du vendeur), le roadworthy certificate, le certificat de vente, votre permis en cours de validité et la somme demandée, à la Cape Town Motor Vehicle Registration Authority (0860 103 089), dans le Civic Centre près du front de mer du Cap. Appelez au préalable pour prévoir la somme d'argent (quelques centaines de rands tout au plus). Une amende est exigible si votre permis est périmé. Vous trouverez aussi sur place des formulaires de certificat de vente.

État des routes

Afrique du Sud

Les grandes routes sont généralement en bon état. En dehors des villes, vous rencontrerez peut-être des pistes en terre, dont la plupart sont en pente douce et peu accidentées. Dans les anciens bantoustans (homelands), méfiez-vous des nids-de-poule, des glissements de terrain ou des virages en épingle à cheveux non signalés.

Lesotho

Conduire au Lesotho n'est pas aussi simple, mais les choses s'améliorent à mesure que les routes prévues dans le cadre du Highlands Water Project sont aménagées. Dans les montagnes, les routes bitumées sont bonnes mais très escarpées par endroits. La pluie vous ralentira et, en hiver, le verglas et la neige peuvent s'avérer dangereux.
Avec une voiture automatique, vous aurez besoin de garder le pied sur la pédale de frein pour négocier les virages serrés en descente. Mis à part les grandes routes, de nombreux endroits sont à peine praticables, même en 4×4.
Outre le mauvais état des routes, le plus grand danger provient des crues qui suivent les orages d'été. Faites aussi attention aux personnes et aux animaux qui pourraient vous couper le chemin.
L'armée établit parfois des barrages routiers, en général pour retrouver des voitures volées. Si vous avez loué votre véhicule en Afrique du Sud, vous devrez présenter une lettre de l'agence de location vous donnant l'autorisation de traverser la frontière.

Swaziland

Le Swaziland possède un bon réseau routier et la plupart des grands axes sont bitumés. Quelques pistes en terre accidentées sillonnent la brousse. La route qui relie Tshaneni (au nord-ouest du Hlane Royal National Park) à Piggs Peak, en grande partie gravillonnée, devient glissante par temps de pluie.
La route qui passe par Malagwane Hill, entre Mbabane et la vallée d'Ezulwini, figurait naguère dans le Livre Guinness des records comme le tronçon le plus dangereux du monde. La situation s'est améliorée mais descendre la vallée d'Ezulwini par mauvais temps lorsque la circulation est dense reste une entreprise risquée. Loin des villes et des postes-frontières, vous croiserez très peu de véhicules.

Sécurité

L'Afrique du Sud accuse un taux d'accidents de la route très élevé. Le nombre de morts avoisine les 10000 par an. L'axe le plus dangereux se trouve sur la N1, entre Le Cap et Beaufort West.
Le principal risque vient des autres conducteurs, qui dépassent sans visibilité ou sans avoir suffisamment de place. Ce qui est notamment l'attitude des conducteurs de taxis-minibus, qui travaillent parfois sous pression et rognent sur leurs heures de repos. Les automobilistes qui arrivent derrière vous s'attendent à ce que vous vous rangiez du côté de la bande d'arrêt d'urgence pour les laisser passer, même si cette dernière est déjà occupée (par des piétons ou d'autres véhicules…). Sur les routes secondaires peu fréquentées, les conducteurs roulent souvent vite. Soyez particulièrement prudent dans les tournants sans visibilité. L'alcootest existe en Afrique du Sud et au Swaziland, mais étant donné le fort taux d'alcoolémie autorisé (plus de 0,05% en Afrique du Sud et 0,15% au Swaziland), les conducteurs ivres constituent toujours un danger.
Dans les zones rurales, prenez garde aux personnes ou aux animaux susceptibles de se trouver sur la route. Si vous percutez un animal dans une région où vous ne vous sentez pas en sécurité, ne vous arrêtez pas mais signalez-le plutôt au poste de police le plus proche. À la saison des pluies, le brouillard épais risque de vous ralentir considérablement, surtout au KwaZulu-Natal. Dans le bas veld, des chutes de grêle peuvent endommager votre voiture.
Au Lesotho, méfiez-vous des fortes déclivités, des virages en épingle à cheveux, du verglas et des mauvaises conditions météo.
Au Swaziland, hormis les conducteurs ivres et les animaux, le principal danger vient des minibus roulant à tombeau ouvert, surtout sur les routes gravillonnées.

Code de la route

En Afrique du Sud, au Lesotho et au Swaziland, on roule à gauche. La ceinture de sécurité est obligatoire pour le conducteur et le passager avant.
Le code de la route connaît quelques variantes locales : la principale est le four-way stop, qu'on peut rencontrer même sur les grandes routes. Lorsque vous arrivez à ce genre de carrefour à quatre chemins, vous devez vous arrêter. S'il y a d'autres véhicules au croisement, ceux qui sont arrivés avant vous ont la priorité, même s'ils se trouvent sur une route secondaire. Aux ronds-points, les véhicules déjà engagés et ceux qui arrivent de la droite ont la priorité.
Au Swaziland, si vous voyez arriver un cortège officiel ou royal, rangez-vous sur le bas-côté et arrêtez votre moteur.

Limitation de vitesse

En Afrique du Sud, la vitesse est limitée à 100 km/h sur route en dehors des localités et à 120 km/h sur la plupart des grandes routes nationales, bien que les conducteurs n'en tiennent généralement pas compte. En ville, la vitesse réglementaire est de 60 km/h.
Au Lesotho, la vitesse est limitée à 80 km/h sur les routes principales et à 50 km/h dans les villages. Au Swaziland, on ne doit pas dépasser 80 km/h sur route et 60 km/h en ville.

Transports locaux

Pour se déplacer en ville, les principales options sont les bus municipaux, les taxis-minibus et les taxis ordinaires, à emprunter seul ou avec d'autres passagers (pour les transports d'une ville à l'autre, reportez-vous à la rubrique Bus). Dans certains endroits, comme Le Cap et Durban, vous pourrez utiliser les Rikki (petites camionnettes ouvertes) ou les tuk-tuk (tricycles motorisés). Le Cap, Jo'burg et Pretoria disposent d'un réseau de trains urbains.

Bus

Le Cap, Jo'burg, Pretoria et plusieurs autres agglomérations possèdent des bus municipaux bon marché effectuant de nombreux itinéraires. Ils cessent cependant de rouler assez tôt dans la soirée et le service est réduit le week-end.

Taxi-minibus

Les taxis-minibus vous permettront de vous déplacer aussi bien en ville que dans la banlieue et même de rejoindre les villes voisines. Ils partent quand ils sont « pleins » – terme qui, en Afrique du Sud, ne signifie pas « surchargés de passagers », contrairement à d'autres pays d'Afrique subsaharienne. La plupart prennent de 14 à 16 passagers. Les « Sprinters », légèrement plus grands, peuvent en charger une vingtaine.
Les taxis-minibus ont l'avantage de proposer une vaste gamme d'itinéraires à petits prix. Cependant, le mauvais état des véhicules et l'imprudence des chauffeurs provoquent de nombreux accidents. La réputation de ce mode de transport a également été mise à mal par la « guerre des taxis » entre compagnies rivales. Bien que la situation se soit calmée, les minibus restent peu sûrs dans certaines zones et sur certains trajets, où des agressions et d'autres incidents continuent à survenir régulièrement. Dans d'autres régions, notamment dans le centre du Cap, ils constituent un moyen de transport pratique et sans risque, en particulier dans la journée.
À l'écart des lignes de train et de bus, les taxis-minibus sont parfois la seule façon de rejoindre votre destination. Ils vous permettent aussi d'avoir un bon aperçu de la vie dans le pays. Si ce mode de transport vous tente, lisez les journaux, voyagez de jour et renseignez-vous toujours au préalable sur les trajets et les endroits à éviter. La plupart des taxis-minibus ne transportent pas les bagages sur leur toit, ce qui est un inconvénient lorsqu'on voyage avec un gros sac à dos.
Les taxis-minibus du Lesotho et du Swaziland ne brillent pas non plus par leur bilan en matière de sécurité routière. Cependant, ils ne connaissent pas les actes de violence de leurs homologues sud-africains et sont largement utilisés, aussi bien pour de courts trajets que pour de longs parcours.

Taxis privés

Toutes les grandes villes, dans les trois pays, disposent de taxis privés (seulement à Maseru au Lesotho, mais ils peuvent être loués pour des courses dans tout le pays). S'il existe quelques stations de taxis, il faut souvent les commander par téléphone : voir la rubrique Comment circuler de chaque ville. Prévoyez 8 R par kilomètre.

Taxis partagés

Dans certaines villes et sur certains itinéraires plus longs, les taxis partagés constituent la seule option. Semblables aux taxis-minibus mais plus petits, ils sont légèrement plus chers et offrent un niveau de sécurité similaire.

Train

La ligne sud-africaine Shosholoza Meyl (0860 008 888, 011-774 4555 ; www.shosholozameyl.co.za, www.premierclasse.co.za) assure des liaisons régulières entre les principales villes et offre un choix entre première classe, classe tourisme et classe économique. La première est luxueuse et plus abordable que le Blue Train. Offrant un meilleur confort que les bus, ils ne pratiquent pas, contrairement à ces derniers, des tarifs surévalués pour les courtes distances. La classe tourisme, sûre, quoiqu'un peu lente, et permettant d'admirer le paysage, comprend des compartiments couchettes et un restaurant. Le trajet de 2 jours de Jo'burg au Cap donne un excellent aperçu de l'immensité du pays : on entre dans le Karoo au crépuscule, et l'on déjeuner en traversant les Winelands.
Sur les trajets de nuit, le tarif tourisme comprend une couchette, mais la literie se loue moyennant 40 R. Selon les disponibilités, les couples sont logés dans des coupés (compartiment de deux couchettes) tandis que les passagers seuls ou les groupes dorment dans des cabines à quatre. Si vous souhaitez dormir seul, achetez deux tickets. Repas et boissons sont servis au wagon-restaurant ou dans l'intimité de votre compartiment.
Le tarif en première comprend les repas. Les voyageurs individuels occupent un coupé, et les couples un compartiment de quatre couchettes. Un wagon-salon est mis à leur disposition et le train peut transporter des véhicules.
La classe économique, sans couchette (sauf le Jo'burg-East London qui compte des compartiments de 3 à 6 couchettes), offre trop peu de confort ou de sécurité pour un voyage de nuit.
Vous devez réserver au minimum 24 heures et au maximum 3 mois à l'avance. Les réservations peuvent s'effectuer dans n'importe quelle gare ou par téléphone, mais moins facilement qu'on ne pourrait le penser : le paiement par carte n'étant pas accepté, vous devez déposer l'argent sur le compte bancaire de la société et faxer le formulaire de dépôt tamponné, ou payer en personne à la gare (24 heures au minimum avant le départ).
Le site The Man in Seat 61 (www.seat61.com/SouthAfrica.htm), spécialiste des voyages ferroviaires, donne un aperçu de ce qui vous attend.

Itinéraires et tarifs

Voici quelques-uns des principaux trains :

  • Le Cap-Durban Via Kimberley, Bloemfontein, Kroonstad et Ladysmith ; 36 heures ; classes tourisme et économique (1 fois par semaine).
  • Le Cap-East London Via Matjiesfontein, De Aar et Queenstown ; 28 heures ; classe économique uniquement (chaque semaine).
  • Le Cap-Port Elizabeth Via Oudtshoorn ; 24 heures ; première classe uniquement (1 fois par semaine).
  • Jo'burg-Le Cap Via Kimberly et Matjiesfontein ; tlj ; 27 heures ; première classe (2 fois par semaine), tourisme (lundi, mercredi, vendredi, dimanche) et économique (tlj).
  • Jo'burg-Durban Via Ladysmith and Pietermaritzburg ; 13 heures 30 ; première classe (2 fois par semaine), tourisme (1 fois par semaine) et économique (tlj sauf mardi).
  • Jo'burg-East London Via Bloemfontein ; 20 heures ; classe économique uniquement avec couchettes (tlj sauf samedi).
  • Jo'burg-Port Elizabeth Via Kroonstad, Bloemfontein et Craddock ; 21 heures ; classes tourisme (2 fois par semaine) et économique (tlj sauf samedi).
  • Jo'burg/Pretoria-Musina Via Louis Trichardt (Makhado) ; 17 heures ; classe économique uniquement (tlj sauf samedi)
  • Jo'burg/Pretoria-Komatipoort Via Nelspruit ; 13 heures ; classe économique uniquement (tlj sauf samedi) ; correspondance avec le Komatipoort-Maputo.

Quelques exemples de prix : 1re classe Jo'burg-Durban de 800 R à 1100 R ; classe tourisme Le Cap-Jo'burg 320 R ; classe économique Jo'burg-Musina 110 R.
Il n'existe aucun train de passager au Lesotho ou au Swaziland.

Trains urbains

Des trains urbains circulent à Johannesburg, au Cap et à Pretoria, bien que la plupart des lignes ne soient pas recommandées pour des raisons de sécurité. Les trains qui relient Le Cap à Simon's Town ou à Stellenbosch dans les Winelands sont considérés comme assez sûrs pendant la journée.
Le nouveau Gautrain (www.gautrain.co.za) est entré en service entre Jo'burg et Pretoria via l'OR Tambo International Airport.

Circuits organisés locaux

De nombreux tour-opérateurs locaux s'adressent aux voyageurs étrangers pour leur proposer divers circuits, depuis les excursions en camionnette jusqu'aux safaris haut de gamme. Les hébergements pour voyageurs à petit budget restent une bonne source d'information. Beaucoup disposent de panneaux d'affichage ou sont directement affiliés à des agences peu onéreuses.
Essayez les agences suivantes :

  • BirdWatch Cape (072-635 1501 ; www.birdwatch.co.za). Cette petite agence du Cap propose aux amateurs d'ornithologie des circuits de 17 jours dans tout le pays.
  • Bok Bus (082 320 1979 ; www.bokbus.com). Excursions de 5 jours sur la Garden Route pour voyageurs à petit budget.
  • Cape Gourmet Adventure Tours (083 693 1151 ; http://gourmet.cape-town.info/). Pêchez votre repas, participez à une chasse au trésor gastronomique… Ces circuits organisés au Cap et dans le Western Cape ne manquent pas de saveur.
  • Connex (011-274 4100 ; www.connex.co.za). Agence proposant des vols et autres services aux voyageurs.
  • Eden Routes (015-263 6473 ; www.edenroutes.co.za). Opérateur basé à Limpopo concevant des « écosafaris spécialisés » de quelques jours à deux semaines dans toute l'Afrique australe. Au programme : ornithologie, insectes et autres thèmes.
  • Intrepid Bundu (011-675 0767 ; www.intrepidbundu.com). Circuits pour voyageurs à petit budget organisés par une filiale d'Intrepid Travel : de 4 jours à plusieurs mois, les circuits passent généralement par le Kruger National Park.
  • Malealea Lodge (082 552 4215 ; www.malealea.co.ls). Principal tour-opérateur du Lesotho, il propose aussi bien des traversées du pays à poney que des excursions en 4×4.
  • Signature Tours (021-975 1061 ; www.signaturetours.co.za). Signature (anciennement Eco-ist) organise des circuits orientés sur la botanique, l'ornithologie et l'environnement. Nous recommandons vivement le circuit de 4 jours « fleurs de printemps » organisé sur la côte ouest.
  • Springbok-Atlas (021-460 4700 ; www.springbokatlas.com). Circuits en bus dans tout le pays.
  • Swazi Trails (in Swaziland 416 2180 ; www.swazitrails.co.sz). Excursions d'une journée ou demi-journée au Swaziland : rafting, circuits culturels, randonnée, etc.
  • Thaba Tours (033-701 2888 ; www.thabatours.co.za). Circuits en VTT, 4×4 et quad au Lesotho et dans le Drakensberg.
  • Thavhani (015-963 1264 ; thavhani@gmx.net). Cette petite agence de la Venda Region imagine des circuits culturels appréciés de nos lecteurs dans cette étonnante région et d'autres zones du Nord.
  • Thompsons Africa (031-275 3500 ; www.thompsonsafrica.com). Forfaits circuits et safaris à prix moyens ou haut de gamme comprenant un itinéraire de deux semaines « Du Cap au Kruger ».
  • Wilderness Safaris (www.wilderness-safaris.com). Tour-opérateur écologique et haut de gamme offrant des safaris de luxe et des voyages spécialisés. Gère également plusieurs camps de brousse de grand luxe.
  • Wildlife Safaris (011-791 4238 ; www.wildlifesaf.co.za). Safaris de catégorie moyenne, de Jo'burg aux parcs nationaux de Kruger et de Pilanesberg. Formules individuelles et petits groupes.

 

Mis à jour le : 18 novembre 2015

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir l’Afrique du Sud