Chili

  1. Accueil
  2. Amérique
  3. Chili
  4. Comment circuler

Chili : Comment circuler

Explorer le Chili du nord au sud est un jeu d'enfant grâce à une multitude d'avions et de bus reliant les villes entre elles. En revanche, il est peu commode de se déplacer d'est en ouest, et au sud de Puerto Montt, où le pays devient un labyrinthe de fjords, de glaciers et de montagnes. Toutefois, certains itinéraires sont en cours d'aménagement et de nouvelles routes sont en construction (certaines suscitent des polémiques). Le réseau ferré est lui aussi en rénovation.

Avion

Avec l'accroissement de la concurrence, voyager en avion est devenu plus abordable au Chili, et parfois moins chers qu'en bus sur certains trajets longue distance. L'avion permet en outre de s'épargner de longs et éprouvants voyages dans ce pays tout en longueur. Le trajet d'Arica à Santiago ne prend par exemple que quelques petites heures, contre 28 heures en bus. Il est souvent la seule alternative au ferry pour gagner les régions isolées du Sud en un laps de temps raisonnable. Renseignez-vous systématiquement sur la différence de prix entre aller-retour et aller simple, car dans bien des cas, l'option aérienne se révèle moins coûteuse.

Compagnies aériennes au Chili

Les trois principales compagnies aériennes intérieures sont :

  • Air Comet (600 625 0000 ; Roger de Flor 2915, Las Condes). Anciennement Aerolíneas del Sur.
  • Lan (600 526 2000 ; www.lan.com) Centro (Paseo Huérfanos 926 B) ; Las Condes (Av El Bosque Norte 0194) ; Providencia (Providencia 2006). Le plus important et ancien transporteur chilien. Vaste réseau de correspondances, tant au nord qu'au sud de Santiago. Lan dessert aussi l'île de Pâques.
  • Sky Airlines (600 600 2828 ; www.skyairline.cl ; Andrés de Fuenzalida 55, Providencia). Principal concurrent de Lan. Nombreuses destinations.

Quelques compagnies régionales et des taxis aériens permettent aussi de gagner les régions isolées du Sud et font la navette avec l'archipel Juan Fernández.
De façon générale, les aéroports civils sont proches des villes. À l'Aeropuerto Internacional Arturo Merino Benítez de Santiago, un terminal est réservé aux vols intérieurs. Santiago possède aussi de petits aérodromes pour taxis aériens vers l'archipel Juan Fernández.
Une taxe de 11 000 CH$ à 14 000 CH$ est appliquée sur les vols intérieurs, en fonction de la distance. Elle est généralement comprise dans le prix du billet.

Forfaits aériens

Les meilleurs tarifs de la Lan (www.lan.com) sont accessibles en ligne, où des promotions hebdomadaires offrent des réductions allant jusqu'à 40%, surtout sur les itinéraires très fréquentés, comme Puerto Montt-Punta Arenas. Avec la Lan, plus vous réservez tôt, plus les prix sont bas. Ainsi, réserver une place 3 semaines à l'avance peut permettre d'économiser jusqu'à 30% du prix. L'aller-retour est souvent moins cher qu'un aller-simple, surtout par Internet. Pour l'île de Pâques par exemple, mieux vaut acheter son billet en ligne. Néanmoins, Internet a ses failles et les agents de la Lan ont pour instruction de ne pas s'occuper des problèmes liés aux achats en ligne ou du service après vente. Vous pouvez cependant demander le numéro de téléphone des ventes en ligne et rappeler pour confirmer votre vol.
L'autre façon de réduire les coûts est de souscrire au LanPass, un forfait pour grands voyageurs. Lan est membre de l'alliance One World regroupant American Airlines, British Airways, Iberia et Qantas.
Destination prix (aller-retour, CH$)

  • Antofogasta 101 000
  • Arica 133 000
  • Calama 90 000
  • Concepción 57 000
  • Copiapó 59 000
  • Coyhaique 90 000
  • Iquique 130 000
  • La Serena 44 000
  • Puerto Montt 68 000
  • Punta Arenas 121 000
  • Temuco 53 000

Bateau

La longue côte chilienne est parsemée de ports, mais c'est essentiellement dans le Sud que les voyageurs auront la possibilité de se déplacer en bateau.

Ferry

Voyager le long de la côte australe du Chili déchiquetée n'est pas qu'une question de déplacement d'un point à un autre : c'est une part essentielle du voyage. Au sud de Puerto Montt, la Patagonie et la Terre de Feu sont desservies par un réseau de ferries tissé dans un dédale d'îles et de fjords. Ainsi, alors qu'entre Puerto Montt et Coyhaique, les bus doivent passer par l'Argentine, les ferries, eux, se faufilent le long d'un littoral spectaculaire. Attention toutefois, car à la fin de la haute saison les services de ferry fonctionnent au ralenti.
La traversée de Puerto Montt à Puerto Natales sur les ferries de Navimag constitue l'un des plus beaux voyages sur le continent. Vous trouverez ci-dessous les principales compagnies de ferries puis la description des différents itinéraires. Certains tour-opérateurs proposent aussi leurs propres croisières.

Les destinations courantes sont :

  • De Chiloé à Chaitén. En été, les ferries de Transmarchilay, Naviera Austral et Navimag naviguent entre Quellón, sur Chiloé, et Chaitén, ou entre Castro et Chaitén.
  • D'Hornopirén à Caleta Gonzalo. En été, les ferries de Naviera Austral contournent le Parque Pumalín jusqu'à Caleta Gonzalo, à 60 km environ au nord de Chaitén.
  • De La Arena à Puelche. Les ferries font la navette sur l'estuaire pour relier deux segments de la Route australe, à 45 km au sud-est de Puerto Montt.
  • Du continent à Chiloé. Ferries réguliers pour relier Pargua et Chacao, au nord de Chiloé.
  • De Puerto Ibáñez à Chile Chico. Les ferries voitures/passagers de Mar del Sur traversent le Lago General Carrera, au sud de Coyhaique. Navettes de Chile Chico à Los Antiguos (Argentine).
  • De Puerto Montt à Chaitén. Naviera Austral propose des ferries voitures/passagers de Puerto Montt à Chaitén.
  • De Puerto Montt à Laguna San Rafael. Croisières onéreuses de Catamaranes del Sur et Cruceros Skorpios pour aller faire un tour sur la magnifique Laguna San Rafael.
  • De Puerto Montt à Puerto Chacabuco. Navimag relie Puerto Montt et Puerto Chacabuco. De là, une correspondance en bus permet de rallier Coyhaique et le Parque Nacional Laguna San Rafael.
  • De Puerto Montt à Puerto Natales. Départs hebdomadaires de Navimag pour Puerto Montt. Il faut environ 4 jours pour rallier Puerto Natales, si la météo imprévisible de Patagonie ne perturbe pas le trajet.
  • De Puerto Williams à Ushuaia. Toujours pas de ferry mais un service régulier de bateau à moteur
  • De Punta Arenas à la Terre de Feu. Les ferries de Transbordador Austral Broom partent de l'embarcadère Tres Puentes, à Punta Arenas, et rallient Porvenir ou Puerto Williams, sur la Isla Navarino. Depuis Punta Delgada, à l'est de Punta Arenas, ils partent pour Bahía Azul.

Bus

Les bus longue distance ont une réputation de ponctualité, d'efficacité et de confort. Les prix et les classes varient de façon significative. La plupart des villes disposent d'une gare routière centrale, mais dans certains cas, les bureaux peuvent être séparés de quelques pâtés de maison. Il est facile de s'orienter dans les gares routières, et les prix et les horaires sont bien indiqués. Les principaux axes sont goudronnés (sauf de grands tronçons de la Route australe au sud de Puerto Montt), mais les routes secondaires sont en gravier ou en terre. Les bus longue distance ont souvent des toilettes à bord et proposent parfois du café, du thé ou même des repas ; dans le cas contraire, les arrêts sont réguliers. Comparé à l'Europe, le bus n'est pas cher. Sur les petites routes, le transport est plus lent, et les bus (micros) sont moins fréquents, plus vieux et moins confortables.
Santiago, le centre névralgique du pays, possède quatre grandes gares routières, desservant tout le Chili.
Tur Bus (600 660 6600 ; www.turbus.cl) est la plus grande compagnie du Chili. Son réseau est vaste et elle a une réputation de grande ponctualilté. Des réductions sont possibles pour les billets achetés en ligne (il faut ensuite les retirer au guichet). La carte du Tur Bus Club offre des réductions de 10% sur les billets et un système de cumul de points permettant, à terme, de les échanger contre un billet gratuit. Pour acheter cette carte, rendez vous dans n'importe quel guichet Tur Bus.
Pullman (600 320 3200 ; www.pullman.cl) est le principal concurrent de Tur Bus ; son réseau est tout aussi vaste et sa carte de fidélité, le Pullman Pass, similaire.
Pachamama by Bus (02 688 8018 ; www.pachamamabybus.com ; Agustinas 2113, Barrio Brasil) est un système particulièrement bien adapté aux baroudeurs. On monte et l'on descend à sa guise sur deux grands itinéraires du nord et du sud du pays. C'est assez cher (compter 106 000/134 000 CH$ pour un pass de 7 jours dans le sud/nord du Chili), mais il vous emmène directement à de nombreux parcs nationaux hors des sentiers battus et dans des endroits assez reculés non desservis par les transports publics. Ce service se propose aussi de vous récupérer et de vous déposer dans l'auberge ou le camping de votre choix lors d'escales d'une nuit dans des lieux isolés.

Classes

Un nombre incalculable de noms désignent les niveaux de confort des bus longue distance. Le clásico ou pullman dispose de 46 sièges ordinaires s'inclinant à peine et placés en deux rangées de deux ; n'attendez pas trop des toilettes. Au cran supérieur : l'executivo puis le semi-cama, tous 2 composés en général de 38 sièges, avec plus de place pour les jambes et des repose-pieds. Les semi-cama ont des sièges plus confortables qui s'inclinent davantage et les bus sont parfois à double niveau. Le sommet du luxe, le salón cama, n'accueille que 24 passagers, avec 3 sièges par rangée qui s'inclinent presque complètement. Les bus premium sont rares et très luxueux puisque les sièges se transforment presque en lit. Notez que la qualité du film ne s'améliore pas avec le niveau de confort. Dans les bus de nuit, le petit-déjeuner est généralement compris, mais vous pouvez économiser en ne commandant pas de dîner et en prenant votre pique-nique avec vous. En cas de doute, demandez le diagramme de placement.
Les bus salón cama et premium partent en général le soir et coûtent jusqu'à 50% plus cher que les bus ordinaires, mais leur confort est précieux sur les très longs trajets. Néanmoins, les bus normaux sont très convenables, surtout en comparaison avec les bus péruviens ou boliviens vétustes et bruyants. Il est interdit de fumer dans tous les bus.

Tarifs

Les tarifs varient de façon significative selon la compagnie et la classe. Faites des comparatifs. Les promotions (ofertas), en dehors de la haute saison d'été, divisent parfois les prix par deux. La réduction étudiant est de 25%.

Réservations

En dehors des vacances (Noël, janvier, février, Pâques et la fête nationale à la mi-septembre), il n'est pas nécessaire de réserver plus que quelques heures à l'avance. Sur les très longs trajets, comme Arica-Santiago, ou sur les routes de campagne peu fréquentées, comme le long de la Route australe, la réservation est conseillée.

Circuits organisés locaux

Les tours-opérateurs se sont multipliés au Chili. Presque tous sont représentés à Santiago et dans des bureaux saisonniers sur les lieux de leurs circuits.

  • Altué Active Travel (02 235 1519 ; www.altue.com). L'un des pionniers chiliens du tourisme d'aventure : Il propose presque toutes les activités sportives mais se spécialise dans le kayak de mer et les voyages culturels à Chiloé.
  • Austral Adventures (065 625 977 ; www.austral-adventures.com). Spécialiste des croisières dans les fjords de Pumalín, de la pêche, du kayak et des circuits culturels personnalisés autour de Chiloé.
  • Azimut 360 (02 235 1519 ; www.azimut.cl). Propose de l'escalade de volcan, du VTT et des excursions sur l'Altiplano du Nord, ou des circuits multiactivités en Patagonie.
  • Cruceros Australis (02 442 3110 ; www.australis.com). Longues croisières de luxe entre Punta Arenas et Ushuaia. Compter au moins 5 jours.
  • Cruceros Skorpios (065 252 996 ; www.skorpioscruises.com ; Av Angelmó 1660, Puerto Montt). Croisières de luxe de Puerto Montt et Puerto Chacabuco à la Laguna San Rafael, avec escale dans sa propre réserve privée et ses sources chaudes. La plupart des croisières dans le sud passent par Puerto Natales.
  • Explora (02 206 6060 ; www.explora.com). Excellents établissements dans le Parque Nacional Torres del Paine, l'île de Pâques et à San Pedro de Atacama, proposant des forfaits tout compris avec hébergements et excursions haut de gamme.
  • Opentravel (065 260 524 ; www.opentravel.cl). Propose d'excellents treks et des aventures équestres dans des zones isolées du nord de la Patagonie et à travers les Andes jusqu'en Argentine.
  • Pared Sur (02 207 3525 ; www.paredsur.cl). Organisme entièrement dédié au VTT, avec de nombreux circuits dans tout le Chili.
  • Patagonia Connection (02 225 6489 ; www.patagonia-connection.com). Circuits de luxe dans des stations thermales du nord de la Patagonie. Voyages le long de la Route australe ou à Laguna San Rafael en catamaran.
  • Trails of Chile (065 330 737 ; www.trailsofchile.cl). Spécialiste des circuits et aventures haut de gamme et professionnels ; excellents services.
  • Yak Expediciones (02 227 0427 ; www.yakexpediciones.cl). Kayak de mer et rafting en eau vive par petits groupes.

En stop

Faire du stop est une pratique répandue au Chili, qui est en outre l'un des pays les plus sûrs en la matière en Amérique latine. Néanmoins, les voitures particulières sont souvent pleines à craquer, et l'attente peut être longue. Postez-vous dans les servicentros (stations-services) de la Panaméricaine, à la sortie des villes, pour espérer être pris par un camion. Cela dit, le stop présente toujours des dangers et Lonely Planet le déconseille. Les voyageurs qui optent pour ce mode de déplacement doivent savoir qu'ils prennent des risques et qu'il est plus sûr de voyager à deux et de prévenir une personne de son itinéraire.
En Patagonie, en raison de l'importance des distances et de la rareté des véhicules les autostoppeurs doivent se préparer à de longues attentes. Équipez vous de vêtements chauds et imperméables. Dans le désert d'Atacama, vous attendrez peut-être longtemps, mais parcourrez de plus longues distances à la fois. Pensez à emporter de quoi manger et beaucoup d'eau, surtout dans le désert du Nord.

Train

La voie ferrée chilienne s'est développée à la fin du XIXe siècle grâce aux mines. Au début du XXe siècle, des milliers d'hectares de forêt native furent rasés pour ouvrir la voie à la ligne Santiago-Puerto Montt. Toutefois, malgré les investissements et les sacrifices, le système ferroviaire ne connut pas d'essor et de nombreuses voies sont aujourd'hui mal entretenues ou désaffectées.
Les rénovations ferroviaires promises au sud de Santiago n'ont pas dépassé Chillán. Le centre du Chili est tout de même desservi et un metrotren va de Santiago à San Fernando.
Les voyages en train comptent des départs plus rares, sont plus lents et plus chers qu'en bus. consultez le site Internet de la Empresa de Ferrocarriles del Estado (EFE ; 600-585-5000 ; www.efe.cl).
Il n'existe pas de lignes longue distance de transport de passagers au nord de Santiago. Il est difficile mais pas impossible de voyager en train de marchandises, de Baquedano (sur la Panaméricaine au nord-est d'Antofagasta) jusqu'à la ville frontière de Socompa, puis jusqu'à Salta, en Argentine.

Transports urbains

Bus

Même dans les petites villes, le réseau chaotique de lignes de bus peut être déroutant de prime abord. Les tarifs sont très bon marché (environ 250 CH$ pour un trajet court). Les bus (micros) sont clairement numérotés et portent un panneau indiquant leur destination finale. Dans la mesure ou des bus de même numéro empruntent des itinéraires différents, ces panneaux sont précieux. En montant à bord, précisez votre destination au chauffeur ; il vous donnera le prix et un ticket. Ne le perdez pas, car vous pouvez être contrôlé. Les bus sont souvent bondés ; surveillez vos poches et votre sac.
Le nouveau système de bus de Santiago, Transantiago (www.transantiagoinforma.cl), propose des bus flambant neufs avec des machines pour le paiement, mais les passagers se plaignent des longs intervalles entre chaque bus. Vous pouvez organiser votre trajet en ligne.

Colectivo

Presque toutes les villes du Chili possèdent des taxis colectivos, qui ressemblent à des taxis normaux mais ont des itinéraires fixes, comme les bus. Leur destination est indiquée sur le toit ou sur une pancarte placée derrière le pare-brise. Ils sont rapides, confortables et à peine plus chers que les bus (généralement 300 CH$ à 500 CH$ en ville).

Navettes ferroviaires

Santiago et Valparaíso disposent de trains de banlieue. Dans le premier cas, c'est un metrotren moderne qui part de San Fernando, passe par Rancagua, capitale de la Región VI et arrive à la Estación Central, sur l'Alameda, à Santiago. La seconde relie Viña del Mar à Valparaíso.

Métro

Santiago possède un métro très efficace. Il est propre, pas cher, et en expansion.

Taxi

L'utilisation des compteurs s'est presque généralisée, mais les prix varient. À Santiago, bajar la bandera (« baisser le drapeau ») coûte 200 CH$, auxquels s'ajoutent 80 CH$ tous les 200 m. Chaque taxi affiche les prix pratiqués.
Dans certaines villes, comme Viña del Mar, les taxis sont deux fois plus chers ; dans d'autres, comme Coquimbo, les compteurs sont rares et il faut convenir du prix au préalable. Les taxis sont parfois plus chers la nuit. Les pourboires ne sont pas nécessaires, mais les chauffeurs apprécient qu'on arrondisse le prix de la course.

Vélo

Les cyclistes sont de plus en plus nombreux à parcourir le Chili. Si vous envisagez de vous joindre à eux, un todo terreno (VTT) ou un vélo de randonnée équipé de bons pneus est essentiel. En outre, le climat peut constituer une vraie difficulté : au sud de Temuco, le temps est variable et il faut être équipé contre la pluie et la neige, alors qu'au nord de Santiago, surtout dans le désert d'Atacama, les sources d'eau sont rares et les villes très éloignées les unes des autres. Dans certaines régions, le vent est si fort qu'il peut vous freiner sérieusement. Il est généralement plus facile de rouler du nord vers le sud que l'inverse, mais certains lecteurs nous ont signalé de puissants vents contraires en été alors qu'ils se rendaient vers le sud. Les routes de montagne ne sont pas une partie de plaisir, même pour les voitures. Les Chiliens sont généralement courtois au volant, mais sur les routes étroites à deux voies et sans accotement, se croiser peut être dangereux.
En Patagonie, les ferries pour voiture font payer la traversée aux vélos, sauf s'ils sont à l'arrière d'un pick-up ; il suffit de le demander gentiment à son propriétaire. Il y a des réparateurs de cycles dans toutes les villes.
Les compagnies de bus longue distance sont souples sur le transport des vélos en soute, sauf à la période de Noël ou les soutes sont remplies. Les vélos sont autorisés sur les vols intérieurs ; ils sont comptabilisés comme bagage s'ils sont démontés et emballés. D'un seul tenant, ils comptent pour 1,5 bagage. Si vous avez d'autres bagages, le vélo est considéré comme supplément et facturé en conséquence.

Location

Il est extrêmement simple de louer des vélos dans les villes les plus touristiques, mais leur qualité est très variable. En fait, il y a peu de loueurs de vélos, mais les hospedajes et les voyagistes en ont souvent à disposition. Comptez entre 5 000 CH$ et 10 000 CH$ par jour. Un VTT de qualité, avec amortisseurs avant et de bons freins peut dépasser les 15 000 CH$ par jour, mais vous n'en trouverez que dans les régions dédiées aux activités sportives, comme celle des Lacs et San Pedro de Atacama. Une copie de votre passeport peut souvent suffire comme garantie.

Achat

Les vélos ne sont pas bon marché au Chili. Compter 100 000 CH$ et plus pour un bon VTT avec amortisseurs. Si vous comptez revendre le vôtre au bout du voyage, rapprochez-vous des voyagistes qui en louent.

Voiture et moto

Être motorisé permet non seulement d'être libre, mais aussi d'accéder à certains endroits reculés, comme certains parcs nationaux. C'est particulièrement vrai dans le désert d'Atacama ou à certains endroits de la Route australe. Le moyen le plus simple d'explorer l'île de Pâques est de louer une voiture. Les problèmes de sécurité sont rares, mais veillez à fermer systématiquement vos portières et à ne pas laisser vos objets de valeur en évidence. Les mesures antipollution restreignent fréquemment la circulation des véhicules particuliers dans la capitale et ses alentours.
Les guides annuels de Turistel sont une bonne source d'information pour connaître l'évolution du réseau routier (routes goudronnée ou non), et disposer de cartes des villes et villages.

Automobile-clubs

L'Automóvil Club de Chile (Acchi ; 600 464 4040, 02 431 1000 ; www.automovilclub.cl ; Andres Bello 1863, Providencia) est représenté dans toutes les grandes villes chiliennes. Il dispense des informations pratiques, vend des cartes routières et loue des véhicules. Il offre certains avantages aux membres d'automobile-clubs étrangers et propose des cartes de membres comprenant une assistance et un service de remorquage gratuit dans un rayon de 25 km autour de ses bureaux.

Transport de véhicule

Étant donné son ouverture au commerce international et au tourisme, le Chili est l'un des meilleurs pays du continent où faire venir son propre véhicule. Consultez votre annuaire pour trouver des transporteurs d'automobiles. Ne laissez rien dans votre voiture lors de l'expédition.
Les permis pour véhicules touristiques importés temporairement peuvent être prolongés au-delà des 90 premiers jours, mais il est plus simple de traverser la frontière argentine et de renouveler les papiers.
Pour faire transporter une voiture depuis le Chili, adressez-vous à Ultramar (02 630 1000 ; www.ultramar.cl).

Permis de conduire

Vous devez être muni de votre permis de conduire national et d'un permis international (certaines agences de location ne le demandent pas, mais il vaut mieux l'avoir de toute façon). Les policiers qui effectuent des contrôles sont intransigeants, mais justes et courtois. Leur réputation d'intégrité est bien meilleure que dans les autres pays d'Amérique latine. Ne tentez jamais de les soudoyer.

Essence et pièces détachées

Le prix de la bencina (essence) commence, selon le calibre, à environ 800 CH$ le litre. Le gas-oil (diesel) coûte moins cher. Le común (octane 93) existe avec ou sans plomb (con ou sin plomo), alors que le 95 et le 97 sont systématiquement sans plomb.
Vous trouverez, même dans le plus petit hameau, au moins un mécanicien compétent et imaginatif.

Location

Les grandes agences de location comme Hertz (02 601 0477 ; www.hertz.com), Avis (600 368 2000 ; www.avischile.cl) ou Budget (02 598 3200 ; www.budget.cl) sont présentes à Santiago, dans les grandes villes et dans les zones touristiques. L'Automóvil Club de Chile loue aussi des voitures dans certains bureaux. Pour cela, il faut disposer d'un permis de conduire international valide, avoir 25 ans (même si des lecteurs nous ont signalé des exceptions) et présenter une carte de crédit (MasterCard ou Visa) ou laisser une importante caution en espèces. Même si les Canadiens n'ont théoriquement pas besoin du permis international, il vaut mieux l'avoir.
Louer une voiture au Chili est cher. Pour les véhicules les plus petits et les moins chers, les prix s'échelonnent entre 38 $US et 103 $US par jour, 150 km à 200 km inclus, voire avec un kilométrage illimité. À cela s'ajoutent les assurances complémentaires, le carburant et l'IVA de 19% (impuesto de valor agregado, TVA). Les tarifs week-end ou semaine avec kilométrage illimité sont plus avantageux.
Rendre une voiture dans une autre agence que celle de départ est assez délicat. Certaines grandes agences le permettent moyennant des frais substantiels (209 $US pour les longues distances en moyenne). C'est presque impossible avec les petites agences. Certaines de ces dernières s'occuperont toutefois des papiers nécessaires pour aller en Argentine, à condition que la voiture soit rendue dans l'agence de départ. Si vous allez en Argentine, prévoyez un important surcoût éventuel pour l'y introduire et de devoir contracter une assurance complémentaire.
Pensez à vous équiper d'un bidon d'essence pour parer à l'imprévu dans les zones les plus reculées. Les agences fournissent souvent le bidón en question.

Assurance

Tous les véhicules doivent avoir un seguro obligatorio (assurance minimum) et l'assurance responsabilité civile est fortement recommandée. Les loueurs offrent les assurances de base. Vérifiez aussi l'étendue de votre propre police. Rouler sur des routes de terre est permis puisque indispensable dans certaines régions, mais s'aventurer hors des voies carrossables est strictement interdit. Vérifiez avant la location : votre carte de crédit comprend peut-être une sorte d'assurance pour votre voiture.

Achat

Pour un voyage de plusieurs mois, l'achat d'une voiture (puis sa revente) peut être très économique par rapport à la location. Cependant, toute voiture d'occasion présente un risque sur des routes de campagne cahoteuses. Les véhicules d'importation (la grande majorité au Chili) sont plus chers qu'en Europe ou aux États-Unis.
Une fois le véhicule acheté, vous avez 30 jours pour faire changer le titre de propriété, sous peine d'une grosse amende. Pour cela, rendez-vous chez un notaire et demandez une compraventa (environ 5 000 CH$). Vous aurez besoin d'un RUT (Rol Unico Tributario, numéro d'identification fiscale unique) disponible auprès du Trésor public chilien, Impuestos Internos (www.sii.cl), et délivré en 10 jours environ. Pour aller en Argentine il faut contracter une assurance spéciale (auprès de n'importe quelle agence d'assurance ; comptez environ 10 000 CH$ pour 10 jours). Si vous achetez une voiture au Chili, vous n'avez pas le droit de la revendre à l'étranger.
Bien que beaucoup de véhicules soient en vente à petit prix dans les zones détaxées des régions I et XII (Tarapacá et Magallanes), seuls les résidents permanents sont autorisés à sortir des véhicules de ces zones, pour une durée ne pouvant excéder 90 jours par année calendaire.

État des routes

La Panaméricaine s'est sensiblement améliorée, surtout dans le Centre, mais tout a un prix : deux types de peajes sont apparus. Le premier consiste à payer en fonction de la distance parcourue (400 CH$ à 1 500 CH$) et le second, à payer pour sortir de l'autoroute et entrer en ville (500 CH$). Bien souvent, en payant le premier, vous n'aurez pas à payer le second.
Plus on s'approche de Santiago, plus les prix montent. À titre d'exemple, le trajet de Santiago à La Serena (474 km) coûte environ 10 000 CH$ en péage, mais le trajet de La Serena à Arica (1 588 km) ne coûte rien. L'emplacement des péages est consultable sur www.turistel.cl.
Les indications routières font souvent référence à des bornes kilométriques disposées tous les 5 km sur les deux principaux axes du Chili : la Panaméricaine (Panamericana) et la Route australe (Carretera Austral).

Sécurité

Attention aux nombreux chiens errants, même sur les autoroutes. Les Européens sont aussi souvent surpris de voir des piétons utiliser l'autoroute comme trottoir.

Code de la route

Les Chiliens font preuve de maîtrise en comparaison avec les chauffards d'autres pays d'Amérique du Sud. Ils sont aussi très courtois avec les piétons. Cependant, en ville, ils grillent beaucoup de feux rouges et oublient leurs clignotants, restez donc attentifs. Il est déconseillé de conduire après la tombée de la nuit surtout dans les zones rurales du Sud où piétons, mais aussi animaux domestiques et charrettes de bois sont peu visibles à l'abord des autoroutes ou sur celles-ci. L'amende pour excès de vitesse s'élève à 35 000 CH$, et soudoyer un agent est la pire solution.
À Santiago, en cas de pic de pollution, les voitures sont soumises à la restricción vehicular. En d'autres termes, en fonction des derniers chiffres de vos plaques d'immatriculation, vous serez autorisé ou non à utiliser votre véhicule. Les chiffres en question sont annoncés la veille, aux informations. Les contrevenants s'exposent à une amende. Pour plus de détails et pour connaître les restrictions, consultez www.uoct.cl.

 

Mis à jour le : 9 janvier 2013

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Qu’ils partent deux mois ou deux ans, ce guide est le compagnon indispensable des grands voyageurs.