Côte nord

Pourquoi y aller

Cette côte sauvage présente des paysages désertiques dignes de Mad Max, émaillés çà et là de vertes vallées et des seules forêts de mangrove du Pérou. Mais cette région côtière recèle surtout de remarquables villes coloniales et des sites archéologiques exceptionnels. Les vestiges en adobe de Chan Chan, qui fut la plus vaste cité des Amériques, et ceux de Caral, qui appartiennent à la doyenne des civilisations du continent, suscitent l’émerveillement.
Les amateurs de plaisirs balnéaires et de sports nautiques mettront le cap sur Puerto Chicama, un spot de surf de premier ordre, ou sur les stations de Máncora et de Huanchaco, fiefs des jeunes baroudeurs. Enfin, des villages de pêcheurs en pleine renaissance, comme Zorritos et Cabo Blanco, attendent les voyageurs en quête de tranquillité.

Quand partir

  • Mars Le soleil est toujours au zénith, mais les prix retrouvent un niveau raisonnable.
  • Avril-novembre Plus on monte vers le nord, plus le soleil brille et moins les touristes sont nombreux.
  • Novembre-février Saison du surf (et prix en hausse) à Máncora, Huanchaco et Puerto Chicama.

cajamarca-cc

À ne pas manquer

  1. La cité de Chan Chan et ses hauts murs en terre, ornés de frises réalisées il y a sept siècles
  2. Le soleil, la plage et le surf à Máncora, station balnéaire la plus branchée du Pérou
  3. Les trésors archéologiques du Museo Tumbas Reales de Sipán, le plus intéressant musée de la côte nord, non loin de Chiclayo
  4. La quête de la vague parfaite à Huanchaco, Playa Lobitos, Puerto Chicama, Pacasmayo et Máncora
  5. Une escapade dans les dunes méconnues de Pimentel, de Zorritos et de Colán
  6. Un ceviche à déguster en plein désert côtier, dans les restaurants Mar Picante ou Big Ben
  7. Une séance d’observation de l’insaisissable ours à lunettes d’Amérique du Sud dans la Reserva Ecológica Chaparrí
Mis à jour le : 1 février 2017