Vietnam

  1. Accueil
  2. Asie
  3. Vietnam
  4. Comment s'y rendre

Vietnam : Comment s'y rendre

Aller au Vietnam

Outre l'avion, d'autres moyens de transport permettent d'entrer au Vietnam. Si l'avion garde la faveur des simples vacanciers, le bus est plus utilisé par les voyageurs désireux d'explorer leur région d'arrivée, voire la péninsule Indochinoise. Le trajet en train entre Kunming, dans la province chinoise du Yunnan, et Hanoi s'avère spectaculaire, mais la voie ferroviaire est actuellement suspendue du côté chinois, nécessitant de combiner bus et train. Du Cambodge, la croisière sur le Mékong de Phnom Penh à Chau Doc est inoubliable.
Les formalités dans les aéroports internationaux vietnamiens sont généralement moins lourdes qu'aux frontières terrestres, car le volume de passagers est plus important. Cela dit, traverser par voie de terre depuis le Cambodge ou la Chine est aujourd'hui relativement simple. Le passage à la frontière laotienne reste en revanche moins reposant.

Passeport et visa

Pour entrer au Vietnam, il faut être en possession d’un passeport valable encore 6 mois après l’arrivée dans le pays et, pour la plupart des ressortissants, d’un visa. 
Les formalités dans les aéroports internationaux vietnamiens sont en général moins désagréables qu’aux frontières terrestres. Cela dit, traverser par voie de terre depuis le Cambodge ou la Chine est aujourd’hui relativement simple. Le passage à la frontière laotienne peut être fastidieux.

Voie aérienne

Aéroports et compagnies aériennes

Le Vietnam est doté de quatre vrais aéroports internationaux. Ceux de Phu Quoc et de Hué sont officiellement catégorisés comme “internationaux”, mais ne proposaient pas de liaisons vers l’étranger lors de la rédaction de ce guide.
Aéroport de Noi Bai (04-3827 1513 ; www.hanoiairportonline.com). Situé à 45 km de Hanoi, dans le centre-nord du pays. 
Aéroport international de Tan Son Nhat (08-3848 5383 ; www.hochiminhcityairport.com ; Tan Binh District). Situé à 6 km de Hô Chi Minh-Ville, dans le sud du pays. 
Aéroport international de Cam Ranh (058-398 9913 ; www.nhatrangairport.com). À 30 km au sud de Nha Trang, sur la côte sud-est. 
Aéroport de Danang (www.danangairportonline.com ; 0511-383 0339). Situé à 2 km de Danang, au centre du pays, c’est une plaque tournante importante du transport aérien dans cette région d’Asie.
Billets
Depuis l’Europe et l’Amérique du Nord, les vols pour le Vietnam coûtent en général plus cher que pour les autres pays d’Asie du Sud-Est. Une solution consiste à acheter un billet bon marché pour Bangkok, Singapour ou Hongkong, puis à prendre une correspondance. 
Il est difficile d’obtenir des réservations pour des vols depuis/vers le Vietnam au moment des vacances locales, notamment aux alentours du Têt, entre fin janvier et mi-février.
Depuis la France
La durée moyenne d’un vol sans escale entre la France et le Vietnam est d’environ 11 heures 10 à l’aller et entre 13 et 14 heures au retour. Selon les dates, les vols avec escale peuvent revenir moins cher, mais ce n’est pas systématique. 

Depuis la Belgique
Il n’y a pas de liaison directe pour le Vietnam depuis la Belgique. De Bruxelles, compter à partir d’environ 900 € pour un aller-retour pour Hanoi.

Depuis le Canada
Les tarifs y sont souvent plus chers que depuis les États-Unis. Un vol A/R pour Hanoi démarre autour de 1 500 $C.

Depuis la Suisse
Un aller-retour Genève-Hanoi se négocie à partir de 700 FS. Il n’y a pas de liaison directe.

Voie terrestre

Le Vietnam est frontalier avec le Cambodge, la Chine et le Laos. Les étrangers peuvent désormais emprunter de nombreux postes-frontières avec chacun de ces voisins (voir carte p. 504). Il s’agit d’un grand progrès par rapport aux années 1990. Le problème est qu’il n’est toujours pas possible d’obtenir un visa (www.visatovietnam.org) vietnamien en arrivant par ces frontières. 

Passer la frontière

En général, les étrangers sont autorisés à passer de 7h à 17h, tous les jours.
On trouve aujourd’hui des infrastructures légales pour changer de l’argent du côté vietnamien, qui acceptent les dollars et d’autres monnaies locales (dong vietnamien, renminbi chinois, kip laotien et riel cambodgien). Les taux du marché noir sont à juste titre réputés peu intéressants, voire carrément malhonnêtes.
Au passage des frontières, il arrive que les étrangers aient à régler une “taxe d’immigration”, de 1 ou 2 $US.
Cambodge
Le Cambodge et le Vietnam partagent une longue frontière avec de nombreux points de passage. Des visas cambodgiens d’un mois sont émis à l’arrivée à tous les postes-frontières cambodgiens moyennant 20 $US, mais il est fréquent d’avoir à payer plus, hormis à Bavet.
Les postes-frontières cambodgiens ouvrent officiellement tous les jours de 8h à 20h.
Chine
Actuellement, les voyageurs peuvent traverser la frontière sino-vietnamienne en trois endroits : Huu Nghi Quan (col de l’Amitié), Lao Cai et Mong Cai. Le visa chinois doit être demandé à l’avance.
Notez que la Chine est en avance d’une heure par rapport au Vietnam.
Laos
Il existe 7 points de passage entre le Vietnam et le Laos. Des visas de 30 jours pour le Laos sont disponibles. 
La règle d’or est de privilégier des bus directs de ville à ville pour aller d’un pays à l’autre, afin de réduire les formalités. Si vous prenez plusieurs bus locaux en vous arrêtant dans différents endroits, attendez-vous à des procédures pénibles et à des tentatives d’arnaque (par l’application de tarifs plus élevés qu’ils ne devraient l’être) du côté vietnamien. 
On a déjà vu des conducteurs s’arrêter au milieu de nulle part pour renégocier le prix.
Les connexions des deux côtés de la frontière peuvent être très aléatoires, n’utilisez pas les passages les plus isolés à moins de disposer 
de temps et de patience. 

Bus

Des bus relient le Vietnam au Cambodge, au Laos et à la Chine. Le moyen le plus prisé depuis/vers le Cambodge est le bus international qui passe par le poste-frontière de Bavet-Moc Bai. Depuis le Laos, la plupart des voyageurs prennent le bus (cauchemardesque) qui relie Vientiane à Hanoi via Cau Treo, ou suivent l’itinéraire, plus facile, entre Savannakhet, dans le sud du Laos, et Hué, dans le centre du Vietnam, qui traverse la frontière à Lao Bao. Deux fois par jour, un bus relie aussi Hanoi et Nanning, en Chine.
Les passagers doivent sortir du bus aux frontières, afin de passer les formalités d’entrée sur le territoire et de douane.

Voiture et moto

Il est théoriquement possible d’entrer et de sortir du Vietnam en voiture ou à moto, mais seulement aux frontières avec le Cambodge et le Laos. En réalité, l’administration en fait un véritable cauchemar. S’il est souvent assez facile de passer une moto vietnamienne au Cambodge ou au Laos, la même opération dans l’autre sens est très compliquée et onéreuse. Il est actuellement interdit d’entrer en Chine à bord d’un véhicule. Consultez les forums en anglais de www.gt-rider.com pour avoir des informations récentes sur les passages de frontière à moto.
Les voyageurs motorisés (voiture ou moto) doivent être munis de la carte grise de leur véhicule, d’une assurance fiable et d’un permis de conduire international en plus de leur permis national. Vous aurez aussi besoin d’un carnet de passage en douane, qui est en fait le passeport du véhicule et tient lieu d’exemption temporaire de taxe d’importation. 

Train

Plusieurs trains circulent entre la Chine et le Vietnam. Un train relie tous les jours Hanoi à Nanning (et continue jusqu’à Pékin !). Le plus beau tronçon de la ligne se situe entre Hanoi et Kunming, via Lao Cai ; il n’y a toutefois qu’un seul train par jour entre la ville frontalière chinoise de Hekou et Kunming.
Aucune ligne ferroviaire ne relie le Vietnam au Cambodge ou au Laos.

Voie fluviale

La frontière entre le Cambodge et le Vietnam compte un point de passage sur les rives du Mékong. Des navettes rapides régulières convoient leurs passagers entre Phnom Penh au Cambodge et Chau Doc au Vietnam, avec un transbordement au poste-frontière de Vinh Xuong-Kaam Samnor. De luxueux bateaux avec cabines suivent également le cours du fleuve jusqu’aux temples d’Angkor, à Siem Reap, au Cambodge.

Circuits organisés à moto

Les circuits organisés à moto sont une manière originale d’explorer le pays en dehors des sentiers battus. Les deux-roues peuvent atteindre des lieux parfois inaccessibles aux voitures, en roulant sur de petits sentiers et des routes de campagne peu empruntées. Il est préférable d’avoir un peu d’expérience de la moto, mais de nombreuses agences proposent des formations pour les novices. Enfourcher une bécane pour partir à l’assaut des sommets du Nord vous fera vivre un moment inoubliable au Vietnam.
Les guides étrangers prennent beaucoup plus cher que les guides vietnamiens. Pour un groupe de quatre personnes, il vous en coûtera à partir de 100 $US par personne et par jour, pour un circuit tout compris (incluant la location de la moto, l’essence, le guide, l’hébergement et les repas). 

 

Mis à jour le : 30 janvier 2015

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir le Vietnam