Vietnam : Sécurité

Le Vietnam est un pays des plus sûrs pour les voyageurs. La police veillant fermement au maintien de l’ordre public, très peu de cas d’attaques, de vols avec arme ou d’agressions sexuelles nous ont été rapportés. En revanche, les escroqueries et le harcèlement à l’égard des touristes sévissent dans certaines villes, en particulier à Hanoi et à Nha Trang. C’est en circulant en deux-roues au milieu de l’anarchie générale que les voyageurs courent en réalité le plus grand danger. Beaucoup de Vietnamiens conduisent en effet n’importe comment, d’où un taux d’accidents de la route effrayant.

Animaux marins

Des créatures plus ou moins dangereuses peuplent les fonds marins. Sur la liste figurent notamment les méduses, les poissons-pierres, les poissons-scorpions, les serpents de mer et les raies pastenagues. Ne vous privez pas de baignade pour autant : la plupart de ces animaux évitent les humains et le nombre d’accidents reste faible. 
Les méduses se déplaçant en groupe, il est assez facile de les éviter avant de plonger. Les poissons-pierres, poissons-scorpions et pastenagues séjournent plutôt en eaux peu profondes. Ils sont difficiles à voir, et le meilleur moyen de vous protéger est de porter des chaussures spéciales.

Munitions non explosées

Quatre armées différentes se sont employées, durant trois décennies, à mitrailler, pilonner, miner, piéger et bombarder le territoire vietnamien. À la fin des combats, presque tout ce matériel mortifère est resté exactement là où on l’avait déposé. Les Américains estiment qu’au moins 150 000 tonnes de mines et de bombes non explosées (UXO, Unexploded Ordnance) jonchent le sol du pays.
Depuis 1975, plus de 40 000 Vietnamiens ont été tués ou mutilés en défrichant leurs champs, où ces bombes avaient été “oubliées”. Vous ne risquez rien dans les villes, les régions cultivées, les petites routes et les chemins fréquentés. Toutefois, ne sortez pas des sentiers battus, au sens strict du terme. Les champs de mines sont connus des gens de la région, mais non signalés. 
Ne touchez jamais ces “reliques” de guerre. Certaines demeurent actives pendant des années. Ne marchez pas dans les cratères de bombes : on ne sait jamais ce qui peut rester au fond. Vous en saurez plus sur le problème des mines en contactant International Campaign to Ban Landmines (ICBL : www.icbl.org), lauréat du prix Nobel de la paix. Vous pouvez également visiter le site Internet (en anglais) du Mines Advisory Group (MAG ; www.maginternational.org), organisme britannique spécialisé dans l’élimination de mines et de bombes non explosées. 

Voyager seule

Le Vietnam ne présente pas de véritable danger pour les femmes occidentales en solo. Pour preuve, elles sont des milliers chaque année à se rendre dans ce pays sans rencontrer de problème particulier et à en revenir enchantées.
Les Vietnamiennes vivent assez librement, travaillent, se mélangent aux hommes et n’adoptent pas une attitude soumise. Elles se montrent très soucieuses de leur apparence dans une société où féminité rime obligatoirement avec beauté, grâce et minceur. Toutefois, la plupart des Vietnamiennes s’habillent de façon pudique et ne dévoilent guère leur peau (en partie pour éviter de bronzer). En dehors des plages, les épaules et le haut des bras dénudés attirent immanquablement l’attention.

 

Mis à jour le : 3 mars 2015

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir le Vietnam