Biélorussie : Environnement

Géographie et géologie

Sans ouverture sur la mer et aussi plate que la main (le point culminant s’élève à 345 m), la Biélorussie peut sembler peu attirante. Pourtant, une beauté calme émane de ses nombreux paysages pastoraux, sillonnés de fleuves (le plus long est le Dniepr, qui traverse le pays sur 700 km) et ponctués de quelque 10 000 lacs (le Narach, le plus grand, couvre 79,6 km2). Le pays possède également la plus vaste région marécageuse d’Europe. Avec 207 600 km2, la Biélorussie est à peine moins grande que le Royaume-Uni. Elle borde la Russie au nord et à l’est, la Lettonie et la Lituanie au nord-ouest, la Pologne à l’ouest et l’Ukraine au sud.

Faune et flore

Les marécages constituent un lieu de reproduction idéale pour de nombreuses espèces animales. On découvre les animaux et les végétaux les plus intéressants dans les régions marécageuses du sud, le long des marais du nord de la Dvina près de Polatsk et dans les épaisses forêts du parc national de Belavejskaïa Pouchtcha. Les nombreuses boulaies et les forêts composées de conifères et d’arbres à feuilles caduques qui couvrent 45% du territoire abritent 74 espèces d’animaux, dont des élans, des cerfs, des ours, des lynx, des loups, des renards, des écureuils, des martes et des lièvres. Le Pripiat (Pripet) est le plus grand circuit migratoire d’Europe des oiseaux aquatiques. Quelque 250 espèces d’oiseaux vivent, nichent ou traversent la région. Des cigognes blanches (plus rarement des noires) sont visibles dans les villages du sud de la Biélorussie. Parmi les autres oiseaux observés couramment figurent les hiboux, les faucons, les grouses, les bécasses, les coucous et les perdrix.

Parcs nationaux

Le parc national de Belavejskaïa Pouchtcha, à la frontière de la Pologne, est la plus grande forêt primaire qui subsiste en Europe. Autrefois terrain de chasse de la royauté polonaise et russe, la forêt est célèbre pour ses bisons d’Europe, les plus gros mammifères du continent. La parc national Pripiatski comprend des marécages du sud du pays. Les excursions – des séances de sauna exotiques à l’observation des oiseaux – vous feront découvrir les attraits des marais. Au total, 903 zones sont protégées, soit 100 de plus qu’en Chine, mais elles ne couvrent que 4,2% de la surface totale du pays.

Écologie

La catastrophe de Tchernobyl en 1986 a été un événement marquant pour l’environnement biélorusse, si ce n’est la république entière. S’il reste des zones très polluées dans le sud-est du pays, dont certaines interdites d’accès, les visiteurs ne sont pas touchés par les effets secondaires de ce désastre. Depuis le démantèlement de l’URSS et la fermeture de nombreuses usines qui en a résulté, les niveaux de pollution ont baissé de façon constante au cours des années 1990. Toutefois, l’air des grandes villes, notamment dans l’est de la république (autour de Polatsk par exemple), est pollué par les émissions d’usines vieillissantes et de voitures hors d’âge. En revanche, la plus grande partie du pays reste intacte et d’anciennes exploitations agricoles ont lentement été recouvertes par de nouvelles forêts. D’autres problèmes inquiètent les écologistes européens, tels l’abattage du bois à des fins commerciales dans le parc national de Belavejskaïa Pouchtcha et une certaine opacité au niveau des prises de décisions gouvernementales. Alors que la Biélorussie a signé de nombreux accords et traités avec ses voisins au début des années 1990, l’une des seules démarches progressistes de l’administration Loukachenko a été la ratification en 2000 de la Convention-cadre des Nations unies sur le changement climatique.

Mis à jour le : 8 avril 2014

Articles récents

Paramètres des cookies