Rome

  1. Accueil
  2. Europe
  3. Italie
  4. Rome
  5. Les Incontournables

Rome : Les Incontournables

Le top des lieux à voir à Rome

Colisée

On a beau l’avoir vu maintes fois en photo, le monument le plus emblématique de Rome, le Colisée, ne laisse pas indifférent lorsqu’il surgit devant vos yeux. Depuis 2000 ans, ce gigantesque amphithéâtre symbolise la puissance de l’Empire romain et la crainte qu’il inspirait. Imaginer ses gradins en pente raide remplis de spectateurs frénétiques assoiffés du sang des gladiateurs donne le frisson. Carte : 1

Palatin

Des sept collines de Rome, le Palatin, surtout, dévoile un panorama superbe. Cette verte étendue de ruines, parsemées de pins, évoque le luxe inimaginable dans lequel vivaient les empereurs romains. C’est là que Romulus, après avoir assassiné son frère Remus, aurait fondé la ville en 753 av. J.-C. Carte : 2

Museo e Galleria Borghese

Si tout le monde a entendu parler de Michel-Ange et de sa chapelle Sixtine, Rome célèbre pourtant davantage l’art baroque que celui de la Renaissance. Les collections de ce beau musée leur rendent pareillement hommage, avec des sculptures du Bernin et des peintures du Caravage, de Raphaël et de Titien. Sans oublier des œuvres néoclassiques de Canova. Il faut réserver, mais le jeu en vaut la chandelle. Après la visite, le parc de la Villa Borghèse permet une pause agréable.  Carte : 3

Panthéon

Le mieux conservé des monuments antiques de Rome impressionne par son imposante façade à colonnade et ses murs extérieurs robustes, mais c’est une fois son seuil franchi qu’on perçoit toute sa mesure. Le puits de lumière qui descend de l’oculus au centre de l’immense coupole du Panthéon éclaire les tombeaux royaux le long des parois circulaires recouvertes de marbre de l’édifice. Carte : 4

Musées du Vatican 

De toutes les merveilles artistiques de la Ville éternelle, peu ont la puissance des fresques de Michel-Ange sur le plafond de la chapelle Sixtine. Ce kaléidoscope d’images et de couleurs forme le bouquet final des musées du Vatican, la plus importante collection d’art de Rome. Les œuvres se succèdent sur des kilomètres de galeries menant aux quatre chambres de Raphaël et, au-delà, à la fameuse chapelle. Carte : 5

Basilique Saint-Pierre

Pas besoin d’avoir la foi pour être subjugué par la basilique Saint-Pierre ! Avec sa place en ellipse, sa façade grandiose et son intérieur d’une incroyable opulence, que couronne la coupole hors du commun de Michel-Ange, la plus grande et la plus spectaculaire des églises de Rome, véritable incarnation du catholicisme, a été clairement conçue pour susciter l’admiration et le respect. Carte : 6

Ostia Antica 

Ostia Antica est un port de la Rome antique qui fut laissé à l’abandon et dont certaines parties sont aussi bien conservées que Pompéi. Vous ne regretterez pas le voyage jusqu’à ce complexe où s’articulent habitations, thermes, théâtre, temples et latrines, et qui égale largement les sites les plus célèbres du centre-ville. Il suffit de déambuler le long du Decumanus Maximus, l’axe principal, et d’entrer dans le Thermopolium (échoppe de restauration rapide) pour imaginer la vie quotidienne d’une ville romaine, ce qu’aucune visite du Forum romain ne vous permettra jamais. Carte : 7

Dîner en terrasse dans le centre historique

Manger en extérieur est l’un des grands plaisirs de Rome, surtout l’été quand la chaleur règne. Rien de tel qu’une terrasse dans une jolie ruelle pavée où l’on déguste une savoureuse cuisine italienne arrosée d’un vin robuste en contemplant le spectacle de la ville. Restaurant raffiné à l’ambiance romantique, pizzeria bruyante ou glacier de rêve, il y en a pour tous les goûts. 

Piazza Navona 

Depuis des millénaires, les espaces publics sont au cœur de la vie de la cité. C’est là qu’avaient lieu marchés, cérémonies, jeux et même exécutions, et encore aujourd’hui, ils attirent une foule dense et animée de Romains, touristes, hipsters, gastronomes et revendeurs de billets. La Piazza Navona est sans doute la plus spectaculaire. C’est sur cet immense espace construit sur un stade du Ier siècle que se tint le marché de la ville pendant des siècles. Elle offre un tableau en constant mouvement, avec ses fontaines baroques déchaînées, ses artistes de rue et ses terrasses de cafés. Carte : 8

Forum romain 

La promenade à travers ces ruines éparses suit les pas des grandes figures de l’histoire romaine, tels Jules César et Pompée qui remontèrent triomphalement la Via Sacra, l’axe principal du forum. L’affluence sur le site ne date pas d’hier car il formait jadis le centre bourdonnant de Rome, où se déroulait la vie économique et civique. Carte : 9

Musées du Capitole

Dans l’Antiquité, deux temples majeurs s’élevaient au sommet du Capitole. Aujourd’hui, les touristes gravissent la colline pour admirer la vue et découvrir les musées qui bordent la Piazza del Campidoglio. Premiers musées publics au monde, ils recèlent une formidable collection de statuaire antique, comprenant des pièces comme la fameuse Lupa Capitolina (Louve capitoline), bronze emblématique attribué à tort aux Étrusques, ainsi que des peintures magnifiques. Dans la cour d’entrée gisent les fragments d’un colosse à l’effigie de Constantin. Carte : 10

Shopping dans le Tridente 

En contrebas de l’escalier de la Trinité-des-Monts s’étend le quartier commerçant le plus huppé de Rome. On trouve dans le Tridente tous les grands noms de la mode : Dolce & Gabbana, Gucci, Bulgari, Valentino, Prada, Fendi, etc. Bien qu’il s’adresse à une clientèle aisée, le quartier jouit d’une atmosphère unique et renferme aussi quelques petits ateliers d’artisans (souvent cachés au premier étage) confectionnant sculptures en marbre, sacs et ceintures sur mesure. Carte : 11

Basilique Sainte-Sabine et Parco Savello

La Basilica di Santa Sabina est un bel édifice du IVe siècle dont l’atmosphère se démarque de celle des autres églises de Rome. Ses portes en bois sculpté d’origine arborent l’une des premières interprétations de la crucifixion, et les 24 énormes colonnes corinthiennes qui la bordent furent construites spécialement pour elle. À côté de l’église, le joli petit Parco Savello est un jardin planté d’orangers offrant une vue romantique sur la ville.  Carte : 12

Marché du Campo de’ Fiori

Les stands d’alimentation – olives charnues, nombreux fromages, pain, poisson, fruits et légumes de saison, etc. – et de fleurs envahissent le charmant Campo de’ Fiori (“champ de fleurs”) tous les jours jusqu’à 14h environ pour le plus central des marchés de Rome. C’est peut-être le plus touristique de la capitale et les tarifs y sont légèrement plus élevés qu’ailleurs, mais les produits sont frais et alléchants et il est agréable de s’y promener. La place à elle seule est particulièrement vivante : touristes et riverains viennent y faire leur marché et prendre un verre le soir. Une foule jeune et pleine d’entrain prend alors possession des lieux. Carte : 13

La voie Appienne à pied ou à vélo 

La voie Appienne permettait jadis de rallier Brindisi, dans le sud de l’Italie. Fouler les pavés de l’ancienne “reine des voies” (560 km), usés par des siècles d’utilisation, est une expérience extraordinaire. La route est bordée de vestiges de villas de campagne de l’époque romaine et de monuments funéraires grandioses, qui témoignent de l’importance qui était accordée aux défunts. Carte : 14

Basilique Saint-Jean-de-Latran

On se sent tout petit dans l’intérieur baroque de la plus ancienne basilique chrétienne de la ville. La Basilica di San Giovanni in Laterano, cathédrale de Rome, est un chef-d’œuvre somptueux et écrasant. Sa façade est surmontée de statues de 7 m de haut représentant le Christ, saint Jean-Baptiste, saint Jean-l’Évangéliste et les 12 apôtres. L’intérieur, doté d’un sol en marbre polychrome, fut réalisé par Borromini au XVIIe siècle. Carte : 15

Museo Nazionale Romano : Palazzo Massimo alle Terme

Ce musée, un peu à l’écart, près de la gare de Termini, est l’un des meilleurs de Rome et regorge d’œuvres classiques spectaculaires, dont l’envoûtant Pugiliste des Thermes et l’Hermaphrodite endormi, du IIe siècle av. J.-C. Mais les sensationnelles fresques du troisième étage en sont les pièces maîtresses – notamment la représentation d’un jardin paradisiaque de la Villa Livia, l’une des demeures de Livia, épouse de l’empereur Auguste, qui occupe une salle entière. Carte : 16

Basilique Sainte-Marie-Majeure 

La Basilica di Santa Maria Maggiore fut construite au Ve siècle au sommet du mont Esquilin, à l’endroit où de la neige serait miraculeusement tombée durant l’été 358. C’est l’une des quatre basiliques majeures de Rome. Elle compte, outre son intérieur splendide au sol de marbre coloré, au plafond à caissons doré du XVe siècle et aux mosaïques du Ve siècle bordant l’abside, de belles mosaïques du XIVe siècle sur la façade et un clocher du XIVe siècle, le plus haut de la ville. Carte : 17

Cuisine romaine dans le Testaccio

Le quartier, qui s’articule autour des anciens abattoirs, est le foyer de la cuisine “sang et tripes” – du temps où chaque partie de l’animal comptait. Ses trattorias et restaurants permettent de s’en faire une idée : rigatoni con la pajata (pâtes aux intestins de veau de lait), coda alla vaccinara (queue cuisinée façon boucher)…Vous trouverez également des spécialités plus passe-partout comme les bucatini all’amatriciana (pâtes à la pancetta et à la sauce tomate). Carte : 18

Chiesa di Santa Maria del Popolo

L’église Sainte-Marie-du-Peuple est l’une des églises Renaissance les plus anciennes et les plus riches de Rome. Des artistes comme Pinturicchio, au XVe siècle, Bramante et le Bernin, par la suite, y laissèrent leur trace. Aujourd’hui, c’est un incroyable dépositaire d’art, dont les somptueuses chapelles, commandées par des familles nobles, furent décorées par le Caravage, le Bernin ou Raphaël. Carte : 19

Villa Farnesina

La Villa Farnésine fut construite au début du XVIe siècle pour Agostino Chigi, l’ immensément riche banquier des papes. L’extérieur est doté d’une architecture Renaissance classique – construction symétrique à deux ailes –, mais c’est l’intérieur qui est le plus époustouflant. On y trouve d’impressionnantes fresques de Sebastiano del Piombo et de l’architecte d’origine de la villa, Baldassare Peruzzi, ancien assistant de Bramante. Les œuvres les plus magistrales restent les décorations de Raphaël, dont la plus célèbre est le Triomphe de Galatée. Carte : 20

Basilique Saint-Clément 

Plongez dans les couches successives de l’histoire de Rome. La basilique du XIIe siècle, dont l’abside est ornée de belles mosaïques, s’élève sur une église du IVe siècle aux fresques décolorées, qui, à son tour, repose sur un temple de Mithra du IIe siècle avec un autel et une maison romaine du Ier siècle. Encore en dessous, gisent des fondations datant de la République romaine. En regardant par un trou, on aperçoit un canal souterrain dont les eaux s’écoulent sous le Colisée.  Carte : 21
Voir une liste de nouveaux lieux tendance à Rome
 

Mis à jour le : 3 janvier 2017

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Une nouvelle collection issue d'un partenariat entre Lonely Planet, acteur majeur du monde des guides de voyage et Casterman…

Paramètres des cookies