1. Accueil
  2. Forums
  3. Communauté Lonely Planet
  4. Le coin des blogueurs
  5. Laponie en Suède et en Norvège en hiver en camion aménagé

Laponie en Suède et en Norvège en hiver en camion aménagé

Portrait d'anonyme
a666
  • Hors ligne
  • Autriche
  • Membre depuis :
  • 7 années 8 mois
  • Réponse(s) : 0

bonjour,

je conte ce voyage en peu hors du commun, qui était un compromis original après un voyage en été qui n'avait pas eu lieux à cause d'un plâtre mal tombé... l'idée était d'aller voir les aurores boréales et tous les gens qu'on a parlé avant de partir nous ont dit que c'est difficile si on est pas mobile car si on a une semaine de ciel couvert on ne verra rien. louer une voiture sur place est possible, mais cela coûte en plus des chalets et ce n'est pas une région bon marché.

alors partir en trafic avec: 

  • a pièce maître, le chauffage stationnaire (nécessaire quand pas de prise électrique)
  • une isolation (plus ou moins efficace)
  • des chaines neige type camion aux maillons renforcés (utilisés sur plus de 200km)
  • des pneus neige bien sûr, impossible sans, des pneus cloutés serait mieux, tous en ont sur place, mais impossible de traverser l'Allemagne avec.
  • seule modification: ne connaissant pas la composition d'origine j'ai fait changer le liquide de refroidissement avant de partir.
  • sacs de couchage sérieux et une couette sérieuse. on a eu besoin des deux en même temps une nuit à -14°C avec une panne du webasto...
  • vêtement d'hiver, laine "merino", etc.
  • à manger pour la moitié du voyage car c'est cher sur place et pas forcément bon.

le tout en 2 semaines. le but Tromsø sera atteint et on verra aussi les aurores boréales! l'idée était de monter par la Norvège et de redescendre par Suède car on craignait que la route en Norvège serait plus difficile et longue. en effet cela se confirmera car on inverse le plan à cause d'une météo désastreuse en Norvège la première semaine. le périple ressemble à ça, on voit qu'on a coupé beaucoup de zones touristiques classiques mais beaucoup n'était pas à atteindre (neige) et de plus c'est beaucoup trop vaste. le tour fait 7800km. 

jour 1: Tyrol - Kiel, 1000km sans encombres. 

La première étape est assez monotone c'est l'autoroute allemande A7 en presque toute sa longueur pour rejoindre Kiel. Comme on part l'après-midi et comme le bateau part à midi il nous faut passer la nuit dans la région de Hambourg. Je repère un grand parking entouré d'arbres près d'un lac naturel à 5 minutes de la sortie d'Egestorf. A notre surprise c'est une aire camping-car, le dimanche matin un retraité vient encaisser EUR7,- à vélo. L'emplacement est sympa, comme il n'y a aucun service c'est quand même cher (l'eau froide est disponible, mais payante). 

photo: Notre Trafic sur l'Aire campingcar au Lac d'Egestorf 

jour 2 et la nuit qui suit: Traversée en ferry de Kiel à Oslo: 638km tranquilles pour EUR280,- (deux personnes, voiture jusqu'à 2m de haut et 5m de long). 

on va d'abord voir notre quai d'embarquement 

photo: Ikea sur les panneaux d'autoroute 

et visite de la ville franchement maritime, car il nous reste du temps 

photo: Musée de la navigation et ancien porte-lanterne de bateau-phare «Kiel» 

retour au quai, oui, c'est la bonne adresse: 

photo: «Norwegenkai», Quai de Norvège à Kiel 

dans la file d'attente: 

photo: Notre trafic devant le navire Color Magic 

entrée dans la gueule, enfin l'arrière du bateau 

photo: Poupe du navire Color Magic lors de l'embarquement en voiture 

La traversée avec Color Line est un peu différente des autres traversées en ferry. Prix, méthodes et temps d'embarquement sont à peu près identiques, mais les cabines sont bien plus grandes et nobles. Il y a ainsi des vrais grands lits pour deux personnes et les cabines intérieures ont des fenêtres, même si elles donnent sur la «rue marchande». C'est d'ailleurs cette grande halle intérieure (et certains autres aménagement comme des salles de conférence) qui semblent financer le plus de qualité dans l'aménagement. Ce grand tam-tam commercial peut effrayer au début, mais personne n'est obligé de s'y plonger. Bien que notre cabine donnait sur cette «rue» et qu'au départ on entendait de la musique, la nuit était silencieuse.

photo: Chambre intérieure avec grand lit et fenêtre intérieure sur le ferry Color Magic 

temps splendide au départ:

photo: Vue vers la sortie de la Fœrde de Kiel 


jour 3: Oslo - Kongsvinger - Lac Siljan: 370km. débarquement rapide, courte visite de l'opéra d'Oslo et direction nord-est et la Suède 

nous nous levons exprès assez tôt pour voir l'entrée dans le long fjord d'Oslo, mais la météo montre sont mauvais côté, pluie et visibilité médiocre 

photo: Pont arrière du ferry Color Magic lors d'entrée de le Fjord d'Oslo 

photo: Approche d'Oslo 

mais au débarquement la pluie cesse et au moins on verra l'Opéra sans pluie: 

photo: Opéra d'Oslo 

ici on voit un bout de ciel bleu au fond!

photo: Rampe sud de l'Opéra d'Oslo et reflets dans la façade de verre 

et effectivement, le ciel bleu marine se montre. 

photo: Drapeau norvégien d'État contre le ciel bleu d'hiver 

visite de la forteresse de Kongsvinger: 

photo: Fleuve Glomma et Lac Vingersjøen 

nous repartons, paysages composés de forêts et de lacs uniquement: 

photo: Lac Veslevatnet gelé près de la frontière suédoise 

les routes, assez droites en Suède encore: 

photo: Route droite en Suède 
 

vue de notre emplacement le soir. mais premières particularités nordiques: le camion s'était enfoncé de 2cm dans la terre décongelé. Les quelques minutes à rouler pour rejoindre la route ramaient sérieusement, comme si on avait oublié de libérer le frein à main. En fait on s’enfonçait d'environ 1cm en roulant. Les routes dégelés sont donc aussi potentiellement dangereuses. 

photo: Lac Siljan hivernal en fin de journée 

le matin 

photo: Eaux stagnantes et gelées 


jour 4: Lac Siljan - Leksand - Tällberg - Falun - Gävle - Norrfällsviken: 572km continuer vers la côte puis remonter l'E4 vers le nord en 1 jour et demi. 

visite de l'église de Leksand, on peut y faire rentrer 2300 personnes, aucune idée où les trouver dans la région, faudrait ratisser large. 

photo: Tour de guet au feu et église de Leksand 

un peu plus loin: 


photo: Vu de Tällberg sur le Lac Siljan 


...pour arriver à la Grande montagne de cuivre de Falun, site du patrimoine mondial de l'UNESCO. On peut admirer (sans payer d'entrée, le musée était fermé) un grand trou. Ce n'est pas la mine en soi, ce trou est le résultat d'un grand effondrement en 1687 car on y avait creuse un peu dans tous les sens.

particularité du lieu: la couleur rouge de toutes les maisons scandinaves vient d'ici.

photo: Couleurs de la roche de Falun 

photo: Chevalement Creutz à Falun 

pause café dans le Falu Antik & Byggnadsvårds Handel: 

photo: Café et petits gâteaux à se servir soi-méme 

arrivés à Gävle, une ville portuaire sur la mer Baltique. il y reste un centre historique: 

photo: Ruelle du centre de Gävle avec petites maisons en bois 


Gävle est une étape pour nous car ici nous changeons de direction, plein nord toutes! Enfin, on ne voit presque jamais la mer le long de cette route sud-nord car elle est toujours situé à quelques kilomètres à l'intérieur des terres. Nous ferons cependant quelques excursions vers la côte. 

Dans la région de Kramfors nous cherchons une place pour passer la nuit. C'est une partie très escarpée de la côte, nous espérons y trouver quelque port local pour nous poser avec le camion mais c'est difficile. D'une part il fait déjà nuit, d'autre part, plus on monte vers le nord, moins il y a de petits chemins tranquilles. En effet s'il y a une route elle mène forcément à un lieu vraiment habité. Nous tournons donc en rond sur la presqu'île pour finalement arriver sur le parking du camping de Norrfällsviken, certes ouvert mais nous n'en avons pas besoin. On mange et avant de nous coucher nous essayons encore une route qui fait une boucle au nord de Norrfällsviken. Et surprise, il y a une forêt avec une piste qui mène directement à la plage. C'est une plage nudiste, bien sûr déserte en hiver, on a donc un site avec vue sur la mer. Il faut cependant faire attention, le sol n'est que du sable et si on peut y rouler ce n'est que grâce aux aiguilles de pin qui stabilisent le sol un peu.


jour 5: Norrfällsviken - Bjuröklubb - Pite Havsbad - Luleå Supermarkt - Luleå - Boden: 561km, donc en fin de journée on quittera la Mer Baltique presque au point le plus nordique (Luleå). 

réveil le matin: 

photo: Vue du trafic sur le Storstrand au nord de Norrfällsviken 

visite du village de pêche de Norrfällsviken. ici les baies et fjords sont encore en partie gelés! 

photo: Golfe gelé de Norrfällsviken 

photo: Maisons à Västerlandet à Norrfällsviken 

(la suite: bientôt)

pour finir cette 5e journée: nouvelle sortie vers la mer à Kallviken. rien de spécial là mais c'est sympa quand même, le fjord est couvert de glace: 

photo: Kallviken avec glaçons chamboulés par les vagues 

photo: Petit bateau de pêche retourné à terre 

un peu plus loin: 

photo: Phare de Bjuröklubb 

pas besoin de faire une grand tour quand il y a un rocher qui dépasse un peu du plat pays.

photo: Phare de Bjuröklubb 

photo: Passage du Bjuröfjärden au Bäckfjärden 

les routes non revêtues sont bien entretenues mais la voiture en sort forcément très sale. Ce qui est dangereux en hiver et au printemps: en forêt il y a plus d'ombre et là cette piste peut être couverte de neige et de glace, avec des profonds sillons des roues, surtout lors de la fonte.

photo: Route non-revêtue près de Lappviken 

on monte de plus en plus au nord, toujours au bord de la mer Baltique: 

photo: Phare historique de Skagsudde à Jävre 

photo: Glace empilée par le vent sur la plage Pite Havsbad 

 

Le reste de la journée est dédié à rouler. Nous faisons les courses (non sans détours) à Luleå pour ensuite chercher le camping local, un besoin de douche se faisant sentir. C'est un camping classique avec beaucoup de huttes et le tout ressemble plutôt à un hôtel. En sortant de la voiture un bruit assourdissant, le camping se trouve directement au bord de la route principale de Suède (l'E4). Nous verrons encore beaucoup de tels campings en Scandinavie sans comprendre la logique, car il y aurait bien assez de place pour faire des campings tranquilles. Bref une raison de repartir et d'avancer à l'intérieur des terres, donc en changeant e cap pour le nord-ouest maintenant puisque la Mer Baltique tourne maintenant du mauvais côté pour nous.

Nous nous retrouvons à Boden, près du centre sportif et la piscine et bien sûr tout est fermé. Mais il y a un numéro de téléphone et il y a effectivement quelqu'un qui vient pour nous indiquer une place, certes dans une flaque d'eau au milieu de la neige mais on nous dit que c'est préférable là car dans la neige on s'enfonce durant la nuit et il serait impossible de repartir le matin. Bon, ce n'est pas idéal, mais il y a tout ce qu'il faut: douche chaude, cuisine à utiliser, sauna et prise électrique 10 ampères. De quoi se tenir au chaud donc. 

le lendemain, voiture bien sale: 

photo: Notre trafic au camping de Boden en hiver


jour 6: Boden - Gammelstad - Jokkmokk - Avvakko - Jukkasjärvi Paksuniemi: 420km. 

retour de 30km sur nos pas pour ne pas louper le site UNESCO de Gammelstad. le village de petites maisons n'est habité que lors de fêtes religieuses, et c'est toujours ainsi (car interdit sinon) 

photo: Entre les maisons du village-église de Gammelstad 

on voit qu'on est hors-saison, car il est impossible d'aller voir l'église de l'intérieur, ouverte que lors d'enterrements... 

photo: Face sud de l'église de Nederluleå 

sur la route du village l'ingrédient principal qui fait bosser carrossiers et sociétés spécialisées dans la réparation et de remplacement de vitrage automobile: 

photo: Gravier grossier sur la route 

on continue en direction ouest, tranquille au début: 

photo: route Riksväg 97 

photo: Panneau marquant le cercle polaire arctique 

pour arriver à Jokkmokk. cette ville est la "capitale" du peuple Sami. on va voir le musée et on fait le plein (gazole, bouffe, etc.) 

photo: Tente sami au musé de Jokkmokk

on voit de plus en plus l’équipement standard des gens d'ici: 

photo: voiture avec Chauffage électrique du moteur, phares longue portée et pneus cloutés 


à partir de Jokkmokk la route tourne vers le nord et on gagne un peu en altitude, le temps est gris. la route principale reste dégagée, mais à gauche et à droite les murs de neige montent. On ne voit pas grand chose de la route alors on en repère une qui part sur la gauche, assez plate, neige fraîchement chassée et assez large pour pouvoir faire demi-tour. 

on attaque en raquettes un affût perché à deux pas de la route mais aussi avec deux mètres de neige... 

photo: montée en raquettes à l'affût perché 

à l'intérieur c'est clair c'qu'on fait ici normalement: (jakt=chasse) 

photo: vue du haut de l'affût perché 

le spectacle du soleil qui passe sous les nuages en se couchant est fantastique (mais difficile à rendre en photos) 

photo: Soleil sur la tourbière Itnaáhpi 

on va aussi faire un tour dans la plaine: 

photo: en raquettes dans la tourbière Itnaáhpi 

 

Avant de trouver un emplacement la nuit tombe et nous chercherons une place autour de Jukkasjärvi. Mais il y a encore plus de neige et peu d'accès possibles en dehors de la route principale. Pour finir nous trouvons une place en sortant de la village par l'ouest. Nous mangeons et nous couchons pour nous reposer mais ressortirons les raquettes pour une randonnée de nuit au bord d'une petite tourbière tout près. Pareil que l'après-midi, la neige n'est pas tassée et même avec les raquettes nous nous enfonçons jusqu'aux cuisses. Mais il vallait la peine (et le froid) d'aller voir ce pays sauvage la nuit, n'éclairé que par les étoiles. 

photo:  

nous continuons et voyons de plus en plus de montagnes: 

photo: Vue sur la face sud des montagnes des Vesterålen 

avant d'avoir une pause involontaire de plus d'une heure, hors saison il n'y pas de ferry tous les quarts d'heure. la route E6 est interrompue ici. 

photo: File d'attente à Skarberget pour passer à Bognes 

Juste après le passage en ferry de Skarberget à Bognes il faut tourner à droite (chose que nous avons loupé car c'est vraiment la première bifurcation et il n'y qu'un seul panneau bien petit panneau). La petite route vaut la peine pour une petite rando vers les gravures pétroglyphes de Leiknes mais aussi pour la vue retour sur les grandes montagnes. 

photo: Abri de bateau en bordure du Tysfjorden 

photo: Vue sur le Tysforden du chemin menant aux gravures de Leiknes 

photo: Gravures des cygnes entrelassés de Leiknes 

photo: Gravure de la baleine à Leiknes 

photo: Poisson mis à sécher sur un abri de bateau 

nous arrivons à une destination phare de ce voyage, en l’occurrence un phare bien placé: Tranøy Fyr en face des Lofoten. Avec les températures très froides on avait la vue sur tout le flanc sud de cette chaîne de montagnes émergeant de la mer. c'est assez rare, surtout en été car ces montagnes forment une barrière au Gulf Stream, qui génère certes un climat clément sur les îles, mais les enrobe aussi toujours de nuages 

en gros notre vue du trafic 

photo: Banc près du phare de Tranøy avec les Îles Lofoten en arrière-plan 

avec le phare:

photo: Phare de Tranøy et Îles Lofoten 

il n'y avait qu'une courte aurore boréale, mais le phare donnait aussi un joli motif la nuit: 

photo: Passerelle et phare de Tranøy photographiés de nuit 

mais le matin c'était encore mieux! 

photo: Panorama avec le phare de Tranøy et les Lofoten un matin d'hiver 

nous retournons à "notre" route E6 et le temps splendide nous accompagne.


jour 12: Tranoya Fyr - Saltfjell - Mosjøen: 436km. 

photo: Sur le feu maritime de Brennvik 

Tout va bien, même sur le Saltfjellet, un haut plateau montant jusqu'à 800 m, couvert d'une épaisse couche de neige. La route est dégagée mais par endroit il reste de la glace (rugueuse car bien raclée cependant). Il fait très froid, -14°C, mais le soleil brille. Nous passons le cercle polaire et redescendons dans la vallée sur Mo i Rana. Ici le temps devient mauvais, mais nous pensons que la partie la plus critique sera passé avec ce fjell. Nous nous tromperons. 

photo: Route E6 bien dégagée sur le Saltfjellet en hiver 

photo: Grande fraise à neige en action sur la route E6 

Nous continuons jusqu'à Mosjøen où nous arrivons dans la nuit et où nous resterons au camping. les campings scandinaves sont assez bien équipés:

photo: dans la cuisine du camping de Mosjøen 

Le jour suivant nous visitons hâtivement le centre historique de maisons en bois de Mosjøen. D'une part il nous reste beaucoup de route à faire, d'autre part la météo est franchement mauvaise, un vent froid annonce de la neige. on voit qu'il fait froid: 

photo: Maison rouge en bordure de la Vefsna 

photo: Anciens entrepots en bois en bordure de la Vefsna 

Nous reprenons donc la route, mais pas pour longtemps. Après même pas 100 km accident de camion, route barrée, forte neige, route couverte de neige près de Majavatn. Vu l'excentricité du lieu nous retournons à la gare de Majavatn, là au moins possibilité de sortir, toilette ouverte et chauffé (quoiqu'elle ferme après le dernier train de 13h). Nous attendons là 2 heures en regardant passer les ambulances et les gros camions pour retirer les camions accidentés. Quand une partie de ceux-là repart vers Mosjøen nous retournons à la queue où tout à coup les choses avancent car il y a à cet endroit une route forestière parallèle qui passe deux fois sous la nouvelle route E6 ici. Nous demandons au pompier si on a des chances de passer avec notre camion sans 4x4 et sans pneus cloutés. Il nous regarde très étrangement et nous demande en gros comment on a fait pour arriver jusqu'ici. Bref, retour à la gare et nous chaussons les chaînes. Retour à la déviation qui est effectivement bien en pente. Le premier passage souterrain sous la route marche bien, mais après bouchon. Il faut passer sous le deuxième et là il y a juste après le passage sous la route un virage très serré et le tout dans 20 centimètres de neige fraîche. Ici même les 4x4 avec pneus cloutés n'avaient aucune chance. Mais nous avec les chaînes on était les rois ici, montés sans aucun problème. 

photo: Tempête de neige et conditions de route épouventables à Majavatn 

C'est après qu'on sera les plus lents car on gardera les chaînes sur 130 kilomètres! Les températures sont légèrement positives, la glace raclée sur la route a fondue et il neige par dessus. Inutile de dire qu'on patauge même avec les chaînes. Nous voyons sur la carte qu'il reste beaucoup de dénivelé à faire alors nous gardons les chaînes jusqu'au moment on l'on rejoint le niveau de la mer. Elles seront sérieusement usées ainsi, car il y a bien sûr pas mal de sections proprement dégagées, mais c'était ça ou rouler au pas et les remonter plusieurs fois. Nous continuons cependant jusqu'à Trondheim. 

Comme la route de Mayavatn n'était pas encore assez stressante, nous réussissons l'exploit de rester coincé dans un mélange de neige et de boue au camping de Vikhammer. C'était méchant, il avait neigé sur un sol non-gelé et rien n'était dégagé dans le camping. Arrivé à peu près où je voulais (près d'une borne électrique) j'essaie de repartir et rien n'y fait. Une roue enfoncé de 15 centimètres dans la gadoue à moitié gelée. Nous allons voir le patron du camping qui arrive avec sa BMW 4x4 et qui n'arrive à rien si ce n'est de faire glisser le Trafic jusqu'à 15 centimètres d'une caravane. Mais il ne s'avoue pas vaincu et revient avec une pelleteuse. La corde de remorquage attachée à l'avant du Trafic d'un coté et à la pelle de l'autre il soulève carrément l'avant du trafic d'un demi mètre et me pose ainsi sur l'asphalte dégagé. Nous resterons devant les sanitaires, il y avait là aussi des prises... 

photo: Neige sur boue dégelée 

mais on voit que le soleil est revenu!

À Trondheim parking payants partout et routes aussi, on vient de recevoir une facture de EUR17 pour 9 différents tronçons et sur place on ne s'est rendu compte que de la moitié. on est photographié et visiblement les pays d'origine leur filent les adresses. normalement pas de risque si on ne paye pas, mais quand on veut retourner on sera sans doute fiché... 

les fameux entrepôts bien sûr: 

photo: Panorama des Entrepôts le long de la Nidelva 

il en reste à retaper: 

photo: Ancien entrepôt de la Nidelva à retaper 

le vieux pont: 

photo: Ancien méchanisme de pont basculant du Gamle Bybro 

nous montons à la forteresse, mais la vue n'est pas si grandiose 

au café étudiant 

photo: Anna dans Annas Kafé 

photo du centre: Olav Tryggvason sur une grande colonne sur la place Torvet 

fermée pour rénovation (de l'orgue...) 

photo: Façade ouest de la cathédrale de Nidaros 

photo: Statue avec modèle de la cathédrale sur la cathédrale de Nidaros 

photo: Descente vers l'église Vår Frue


jour 14: Vikhamer - Trondheim - Ringebu - Oslo - Frontière suédoise - Bagen: 700km. 

Le reste de la journée, nous roulons en direction sud, il y a un ferry à rejoindre à la pointe sud de la Suède et la route E6 nous avait déjà démontrée qu'elle n'est pas une garantie de passage. Tout ira bien, plus on approche d'Oslo la route se transforme en autoroute (et elle le reste ensuite). Il reste encore de la neige, mais il n'y en aura plus sur la route. Roulant ainsi il n'y avait quasiment pas de temps pour nous arrêter, la seule visite à côté de la route est pour l'église en bois de Ringebu que nous rejoignons tout juste avant la tombée de la nuit. 

photo: Vallée d'Oppdal 

sur les montagnes, toutes proches, l'hiver règne encore: 

photo: Tempête sur les montagnes au sud d'Oppdal

un arrêt, arrivés juste à la tombée de la nuit: 

photo: Stavkirke à Ringebu 

Le soir nous avions quelques problèmes à trouver une place pour passer la nuit, ce n'est jamais facile de trouver un coin tranquille la nuit tombée. Finalement nous en trouvons un même en bord de mer à Bågen (Västra Götaland) juste derrière la frontière. À d'autres bouts de routes il y avait des panneaux interdisant les campings-cars, ici non. Par contre le matin quelqu'un passe en klaxonnant, sans doute se sentant gêné pour faire demi-tour ici. Au moins cela nous permet de commencer la journée à 8h. Petit déjeuner rapide et puis nous faisons un saut à Strömstad, ville touristique mondaine mais pas du tout réveillée ce samedi matin. Ensuite nous nous dirigerons sur la côte plus sauvage de Tjärnö et de Saltö. 

photo: Notre Trafic au bout de la route en bord de mer

jour 15: Bagen - Strömstad - Saltö - Tanum - Fjällbacka - Sundsandvik Camping: 189km. 

Strömstad, ville touristique morte hors saison 

photo: Restaurant Skagerack 

Saltö est une réserve naturelle dans la commune de Strömstad, nous allons d'abord au bout de la route puis retournons au parking officiel pour traverser l'île sur des sentiers aménagés. 

photo: Notre trafic au bout de la route de Saltö 

photo: Bateau de pêche à Västra Bryggan 

on ce n'est pas encore la bonne saison: 

photo: allongé sur les rochers 

Au sud de Tanumshede se trouvent les gravures rupestres les plus célèbres de Suède. Le site est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Les sites de Vitlycke et de Litsleby que nous avons visité sont libres d'accès, à Vitlycke se trouve aussi le musée, fermé à cette époque de l'année. 

photo: gravure de deux grands et d'un petit bateau à Tanum 

photo: Guerriers avec arcs, haches, bouclier et lances sur la dalle principale de Vitlycke 

photo: «Dieu au javelot» à Litsleby 

le sud de la Suède n'était pas prévu ainsi (on aurait dû venir direct de Stockholm), mais on fait avec, le temps est sympa, plus aucune neige, mais il reste bien sûr froid. donc journées de petits village sur la côte:
Fjällbacka est connu par les touristes pour son aspect de village de pêche typique avec maisonnettes rouges en bord de mer, mais aussi parce que des romans policiers suédois de Camilla Läckberg y ont des scènes importantes. Au mois de mars il n'y a pas grand monde, le soleil est présent, mais un fort vent souffle sur la côte. 
 

photo: Pièges de homard devant une maison de pêcheur 
 

photo: Maisons de pêche rouges et habitations à Fjällbacka 
 

Hamburgsund est un point de départ des ferrys pour rejoindre l'île de Hamburgö toute proche. Rien de spécial ici cependant, mais un grand supermarché pour nous munir de produits suédois et une poissonnerie avec des poissons tellement frais qu'ils ne sentaient pas le poisson. Cette odeur spécifique pas forcément agréable n’apparaît qu'après un certain temps. 

photo: Église sur l'île de Hamburgö et maisons de pêche du Hamburgsund 

photo: Svenneby gamla Kyrka 

Nous longeons encore un peu la côte mais pour continuer plus au sud il faut l'Åbyfjorden et reprende la route E6. Le soir nous restons au camping de Sundsandvik (Hafsten). 

photo: au bord du Havstensfjorden 

on se croirait presque en ... Bretagne 

photo: Plage de Sundsandvik 

photo: Île de Kråkan dans le Hafstensfjorden 


jour 16: Sundsandvik Camping - Mollösund - Falsterbo Fyr - Trelleborg Hamn: 468km dont la plupart sur l'autoroute en ignorant Göteborg et Malmö. 

photo: Îlots entre Gullholmen et la terre ferme 

Gullholmen est une île sans voitures. C'est bien, mais cela rend la circulation et le parking sur la terre ferme encore plus grande. Nous ne l'admirons que d'en face. 

photo: Bateau délabré au sec 

Möllosund est un village touristique mort hors saison. Jolies maisonnettes cependant. 

photo: Maisons de pêcheurs rouges 

photo: Une maison au bord de la Sandvik 

Phare de Falsterbo: de l'autoroute puis une dernière sortie sur la pointe sud-ouest de la Suède où se trouve un des plus vieux phares, il date de 1796. 

photo: Phare de Falsterbo avec sa maison de gardien 


Embarquement à la pointe sud de la Suède, Trelleborg, avec la TT-Line pour Travemünde en Allemagne. Le navire est bien plus basique, même la construction n'a aucun charme. Chose curieuse: le pont à véhicules est à ciel ouvert à l'avant. 

photo: Ferry Nils Holgerson de la TT-Line 

photo: dans la cale à véhicules sur le ferry Nils Holgerson de la TT-Line 

photo: Cabine du ferry Nils Holgerson de la TT-Line 

photo: Chaises rangées sur le pont supérieur public en hiver 


jour 17: Trelleborg - Travemünde (ferry): 221km. Travemünde - Tyrol: 1000km. 

voilà c'est fini, le retour par l'autoroute A7 traversant toute l'Allemagne était simple, le comité d'accueil en Autriche: de la neige.... je reste à votre disposition pour toute question relative à ces contrées boréales.