-->
  1. Accueil
  2. Forums
  3. Communauté Lonely Planet
  4. Quai des voyageurs
  5. Notre circuit club Med en Afrique du Sud : très décevant

Notre circuit club Med en Afrique du Sud : très décevant

Portrait d'anonyme
Leanthib
  • Hors ligne
  • France
  • Membre depuis :
  • 6 années 1 mois
  • Réponse(s) : 0

DU 16/11 AU 27/11 soit 12 jours/9 nuits

 

Nous venons d’expérimenter pour la première fois un Circuit Découverte du Club Med (novembre 2015). Nous sommes sidérés par sa mauvaise préparation et sa mauvaise organisation de la part du Club et de son sous-traitant local, l’agence African Eagle. Si vous êtes tentés par ce circuit, ne vous laissez pas abuser. Nous le déconseillons : il n’est pas du tout à la hauteur de l’image de marque du Club, les prestations sont bas de gamme. Nous avons fait confiance au Club Med dont nous apprécions les séjours, au final nous avons été très déçus tout au long.

 

Dès le départ en avion, plusieurs couples de notre groupe de 14 personnes ont été mécontents car ils n’ont pas bénéficié de sièges côte à côte, ils ont été séparés et assis aux places centrales dont personne ne veut. Quel « j’m’en foutisme » de la part du Club une fois que le client a payé!

 

Nous avons passé beaucoup de temps dans un minibus manquant d’espace, car nous nous étions 14 + le chauffeur et la guide locale. Les valises étaient dans la remorque. A l’intérieur du minibus, pas de place pour nos sacs à dos glissés à nos pieds ou sur nos genoux, insuffisamment de place pour les jambes. Les petites fenêtres empêchaient de voir correctement les paysages. Nous les avons contemplés à travers la vitre où était écrit en grosses lettres capitales : « EMERGENCY EXIT, NOODUITGANG »!! Les places en fond de car étaient pires encore avec les secousses.  

 

Nous aurions pu être 24 dans notre groupe (nombre plafond), nous étions 14. Une chance. Oui mais voilà, nous nous retrouvions tous les soirs dans des hôtels trustés par de grands groupes de touristes, bien plus nombreux que le nôtre. Affreux! Même traquenard dans les restaurants chaque matin, midi et soir. Les salles de restaurants étaient la plupart du temps envahies par des grands groupes de touristes. Il fallait jouer des coudes pour se servir, un véritable parcours du combattant. Parfois, le personnel était débordé.

 

Le catalogue du Club Med nous promettait des chambres dans des hôtels 3 et 4 étoiles. Au final, nous avons passé toutes nos nuits dans des 3 étoiles sauf une seule dans un 4 étoiles (au lieu de 4 nuits promises). 

Nos chambres se situaient dans les parties les moins agréables de l’hôtel, dans les secteurs les plus simples (bâtiments sans charme quand il y avait aussi des bungalow), les plus bruyants, les plus bas de gamme. Nous avions vue sur parking et les cars de tourisme. Nous avons même eu droit à une chambre dont les grandes fenêtres vitrées donnaient sur … un couloir intérieur de l’hôtel. Il fallait donc garder ses rideaux fermés. Au Cap, où nous sommes restés 3 nuits, notre chambre était balayée par des courants d’air terribles. Un vent vif et glacial passait par la porte. Le voilage de notre chambre se soulevait. On a calfeutré  le bas de la porte d’entrée avec une vieille couverture. D’autres membres de notre groupe, eux, ont fini par dénicher des vieux cartons pour isoler la baie vitrée de leur chambre et éviter que le vent ne l’agite.

Fort heureusement nous passions peu de temps dans notre chambre. Nous la quittions aux environs de 7h15 après le petit-déj, on n’entrait dans la chambre de l’hôtel suivant qu’en fin de journée, à l’heure du dîner. La piscine? Nous n’avons eu le temps d’en profiter que deux fois seulement et pour seulement une heure avant le coucher du soleil. Pas de regret, elles étaient mal entretenues.

 

A Soweto, la brochure annonce un déjeuner « chez l’habitant ». Grosse déception unanime en arrivant : un car de 34 touristes est déjà stationné devant la maison, comme dans les restaurants à touristes. L’annonce est trompeuse, notre groupe s’indigne et crie à l’arnaque. Les deux WC viennent d’être investis par un groupe de touristes français arrivés juste avant nous (escortés par un guide appartenant à l’agence African Eagle, celle de notre guide). Aucune des deux portes ne ferme par un verrou. Déjeuner chez l’habitant oui mais dans le garage pour le premier groupe arrivé. Nous, il nous restait le jardin.

 

L’image de marque du Club Med oblige, on s’attendait à une guide locale accueillante, en empathie envers ses clients. Hélas, notre guide était un véritable adjudant-chef, ne supportant pas d’être contredite. Toute  observation critique sur l’organisation la contrariait, elle adoptait illico une attitude défensive. 

 

On n’attend pas d’un guide choisi par le Club Med - cela vous donne le ton - qu’il menace dès le premier jour de laisser sur le carreau tout client en retard et qu’il se débrouille seul pour trouver un taxi et rejoindre le groupe. Quand on lui posait une question, notre guide n’hésitait pas à nous rembarrer avec une réponse cassante. Elle manquait de décontraction, de bienveillance à l’égard des personnes en solo.

Dès la première visite dans un jardin botanique, la découverte a été faite au rythme très lent du plus âgé d’entre nous, 79 ans, qui avait du mal à marcher au rythme de tous. La guide n’a pas voulu qu’on fasse la visite chacun à notre rythme pour se retrouver à la sortie. Elle nous a répliqué qu’on n’avait pas à se plaindre parce qu’on aurait pu avoir dans le même groupe un handicapé moteur et un aveugle.

 

L’organisation du circuit nous faisait passer trop de temps dans le minibus. On a vu trop souvent une grande partie du pays depuis notre petite fenêtre du minibus. La visite de Durban s’est limitée à une visite éclair du front de mer derrière la vitre. Soweto? En minibus toujours, sauf la rue la plus chic. Johannesburg ? Vue du périphérique. Quel dommage! La visite de Pretoria n’était pas planifiée alors qu’on passait juste à côté. Quel dommage!

Plusieurs fois par jour la guide nous poussait à acheter des souvenirs dans les marchés artisanaux. 

La seule visite d’un marché local prévu au programme a été ratée. L’organisateur avait choisi un jour à côté de la plaque : un dimanche, quand le marché est fermé comme la plupart des boutiques. Notre guide nous a même fait remarquer un étal recouvert d’une bâche en plastique pour nous montrer comment c’est quand c’est fermé!

 

Il ne fallait pas avoir très soif. Quand on s’inscrit au circuit, la brochure Club Med indique « trajet par la route en véhicule climatisé (eau à disposition) ». Quand on reçoit ensuite le petit guide-calendrier peu avant le départ, la promesse est réduite à « une bouteille d’eau ». (Le volume n’est pas indiqué.) En fait, l’eau se limite à une bouteille de 50 centilitres par jour et par personne que la guide distribue dans le minibus. C’est peu et mesquin. Cela nous oblige à stocker des bouteilles supplémentaires alors qu’on manque de place et qu’on n’a pas de quoi les garder au frais.

 

Certains voyageurs avaient souscrit une extension pour aller au Zimbabwe. A leur retour ces membres du groupe nous ont raconté à leur retour que l’organisation n’avait été à la hauteur. ILs se sont retrouvés parfois sans guide. Ils n’ont pas tous pris le même avion pour le retour : une personne s’est retrouvée seule dans son vol, les autres l’ont accompagnée et attendu une heure de plus à l’aéroport pour embarquer à leur tour.  Ouf, nous avons échappé à ce bazar. 

 

C’est certain, nous ne referons plus un circuit Club Med Découverte.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Portrait d'anonyme
webmaster
  • Hors ligne
  • Paris, France
  • Membre depuis :
  • 9 années 7 mois
  • Réponse(s) : 1

Le jeu 03 déc 2015 à 09:51

Bonjour,

J'ai déplacé cette discussion dans notre forum "Quai des voyageurs".

Bonne journée,

Malvina
Lonely Planet