1. Accueil
  2. Forums
  3. Destinations
  4. Asie
  5. Vietnam
  6. Les hauts Plateaux du Centre - 1ère partie

Les hauts Plateaux du Centre - 1ère partie

  • Le lun 06 mai 2013 à 11:56
  • 0
  • Vietnam
Portrait d'anonyme
larsay
  • Hors ligne
  • Hanoi, Vietnam
  • Membre depuis :
  • 12 années 11 mois
  • Réponse(s) : 0

Ça ne s’appelle pas les Hauts Plateaux pour rien ! Une fois arrivé en altitude moyenne (environ 1000 m) en partant de Hoi An et en prenant la 14B est-ouest jusqu’à la fameuse piste Ho Chi Minh (Route 14) plein sud, une grande route toute neuve construite pour désenclaver toute la région intérieure, paysages décevants de collines plutôt que de montagnes, avec des plantations de caféiers à perte de vue, le reste étant le plus souvent complètement déboisé. Je ne regrette pas d’y être allé, mais je n’y retournerai pas !

KON TUM

J’ai bien aimé son cadre avec le fleuve Dak Bla et les montagnes en arrière-plan. J’ai passé une nuit au Family Garden Hotel, derrière le Family Hotel, avec des chambres dans une maison en bois au fond d’un beau jardin ; pas cadeau  (400 000 D), et pour ce prix, vous avez droit a la figure fermée de la propriétaire et la royale impolitesse du fils. Le lendemain matin, j’ai donc déménagé en face, au Bac Huong, un petit hôtel familial tenu par un charmant couple (anglais seulement).  9 chambres.  Sgle/dble 13$ Tple 15$. Location de motos (10$ par jour). 196 Tran Hung Dao (en face du Family). 060 2200 424  Portable 0935 911 889 et 0905 065 278. hotelbachuong @yahoo.com.vn. Juste à côté, restau vietnamien sans prétention et pas mauvais.

Il faut voir dans Kon Tum la belle cathédrale en bois (Wooden Church) construite par les missionnaires français (très actifs dans tous les Hauts Plâteaux) en 1913. Balade d’une journée en moto sur les pistes menant au village banhar de Ko Katu (suivre la rivière et passer le petit pont suspendu, avant lequel il y a une belle maison banhar au grand toit pointu) et surtout, Histoire oblige, le village sedang de Kon Jari, rendu célèbre grâce à un aventurier français ; pas facile à trouver ! Il est avant Ko Katu ; une piste en terre monte à droite au milieu d’un virage de la route goudronnée (dans le virage se trouve un maison moderne avec épicerie) et on arrive sur une grande place avec une autre grande maison commune au toit pointu ; aucune indication de nom et personne n’a jamais entendu parler de Marie 1er ; dans le village, très belle grande maison en bois avec balcons, c’était peut-être le palais du roi ! Comme j’ignorais que j’étais à Kon Jari, car tous ceux à qui j’ai demandé « Kon Jari » ne parlait pas un mot de viet (plus il faut prononcer « jari » en roulant le « r » et en accentuant sur le « i ») ,  je me suis pris en moto pendant une heure des pistes complètement défoncées en pleine montagne, où j’ai pu constater que tous ces locaux vivent bien pauvrement, la base de la nourriture étant le manioc ; en plus, très peu parlent le viet ; retour au point de départ, où un gamin a enfin compris ce que je cherchais et m’a dit « Kon Jari ici » ; j’y étais sans le savoir !

 

Marie 1er, Roi des Sedang (1888-1890)

 Marie-David de Mayrena était un français de Saïgon marié à une Cham et parlant couramment le viet et le cham. Il vivotait d’articles dans Le Saïgonnais et autres « bricolages ». En 1888, craignant que les siamois, poussés par les allemands, ne pénètrent du Laos dans les Hauts Plateaux, alors sous influence des missionnaires français, le Gouverneur Général a l’idée d’essayer de créer une ligue des minorités bahnar, jaraï, moï et sedang et charge de Mayrena de partir là-bas sans mission officielle pour essayer de  créer cette ligue. En cas de réussite, il serait déclaré officiellement Chef de la Fédération Moï (on retrouve la même idée après 1945 avec la création de la Fédération Thaïe sous la férule de Déo Van Long à Lai Chau, cette fois-ci pour lutter contre le Vietminh).

De Mayrena arrive donc à Kon Tum en passant par Qui Nhon et An Khe et fait la tournée des tribus vêtu d’un bel uniforme, bicorne et sabre incrusté de nacre et d’or et avec un porteur d’oriflamme. Il réussit à convaincre les bahnar et rédige une Constitution de la Confédération bahnar. Il continue avec les sedang et les jaraï (toutes ces tribus se battaient entre elles). Il réussit tellement à convaincre les sedang qu’ils  le proclament roi, et de Mayrena écrit alors une 2e constitution, celle de la Confédération des Sedang, avec lui-même comme roi sous le nom de Marie 1er. Ladite constitution instaure un gouvernement avec un de ses aides français Ministre des Affaires étrangères et de la Guerre, et un père Grand Aumonier du Roi, et inclue deux articles, l’un interdisant les sacrifices humains et l’autre instaurant le catholicisme comme religion officielle du royaume. Il crée également deux décorations, l’Ordre de Sainte Marguerite pour récompenser la valeur militaire et l’Ordre du Mérite Sedang pour services rendus au roi.  Il fait également imprimer de la monnaie et des timbres-postes.

Royaume d’opérette, mais il n’empêche que de Mayrena réussit à arrêter pour un temps les guerres entre tribus, et est de ce fait remercier par les autorités françaises. Hélas pour lui, le Gouverneur Général change et le nouveau n’apprécie pas du tout ce qu’il considère comme une plaisanterie. De Mayrena part en France, puis en Belgique pour essayer de trouver des appuis et surtout de l’argent par la vente de titres de son royaume, ce qui ne réussit pas. Il retourne en Indochine en bateau avec un groupe de riches jeunes gens auxquels il a fait miroiter un eldorado mais, arrivé à Singapour, il est informé par le consul français qu’il est désormais interdit de séjour en Indochine. Obsédé par son royaume et désespéré, de Mayrena tente de se retourner vers l’empereur Guillaume 1er en lui offrant le protectorat du royaume, ce qui le fait accuser de haute trahison. Il se réfugie alors dans l’île de Tio Man en Malaisie, et meurt seul en 1890, sans doute en se piquant avec une aiguille empoisonnée. A noter que sa confédération sedang durera jusqu’en 1897, date à laquelle elle est rattachée au Protectorat français d’Indochine.

Malraux en parle beaucoup dans ses Anti-mémoires et il semblerait qu’il voulait en faire un film.

L’après-midi, balade en moto pour l’Histoire, jusqu’à Dak To (40 km au nord sur la route No. 14), siège d’une terrible bataille pendant la guerre du Vietnam (1967) dans les collines du village de Tan Canh, où les américains avaient une base (Rocket Ridge) protégeant Kon Tum et ont laissé plus de 200 morts  et 200 blessés en une demi-journée + la nuit. C’est dans les alentours qu’est mort en juin 1972 dans un accident d’hélicoptère John Paul Vann, le héros de l’excellent livre de Neil Sheehan L’Innocence perdue.

PLEI KU (province de Giai Lai)

Quel bled ! Ville moderne de grandes avenues sans un arbre. Je suis descendu à l’hôtel Dang Xua, 84 Hung Vuong ; OK sans plus (10$ la chambre) ; au coin de la rue, marché avec plusieurs restaurants de rue ; location de moto 8$ pour la journée (contact : 09 73 98 70 87). A côté, une excellente adresse : la très francophone agence Giai Lai Eco-Tourist de M. Nguyen le Hoang Anh ; ils s’occupent des guides obligatoires pour visiter les villages de minorités locales, dont le village Jaraï de Plei Fun.  82 Hung Vuong St.  0593 760 898    Portable 0976 144 977   hoangpleiku2003@yahoo.com.

J’ai décidé de ne pas m’embêter avec des guides, permis, etc. (plus j’avais vraiment envie de sortir de ce trou), donc je n’ai fait que visiter l’intéressant petit musée des Minorités locales du Gia Lai. Petite balade en moto sans grand intérêt jusqu’au lac de Tnung (8 km au nord sur la route No. 14 direction Kon Tum).