Cathédrale Sainte-Sophie

L'avis de l'auteur Lonely Planet

cathédrale médiévale

La plus ancienne église de Kiev vous éblouira par la beauté de son intérieur. Bon nombre des mosaïques et des fresques datent de 1017-1031, époque où la cathédrale fut érigée pour célébrer la victoire du prince Yaroslav contre les Petchenègues, un peuple rival. Tout aussi splendides, les coupoles dorées et la tour de l’horloge, haute de 76 m, ont été ajoutées au XVIIIe siècle dans le style baroque.

Inspirée de la basilique Sainte-Sophie d’Istanbul (désormais une mosquée), la cathédrale symbolisa par son architecture byzantine la nouvelle autorité religieuse et politique de Kiev. Centre du savoir et de la culture, elle abrita la première école et la première bibliothèque de la Rous kiévienne. Elle jouxtait alors le Palais royal et servait pour les couronnements et les cérémonies officielles, la signature des traités et l’accueil des dignitaires étrangers. Le prince Yaroslav y est enterré.

Chacune de ses mosaïques et de ses fresques avait une position spécifique dictée par le système décoratif byzantin, faisant de cette cathédrale le symbole géant en 3D de la vision orthodoxe du monde. Des explications en anglais décrivent chaque mosaïque, dont la plus frappante, celle de la Vierge orante, haute de 6 m, qui domine l’apside centrale. La Vierge orante est une conception typiquement orthodoxe de la Vierge, considérée comme le symbole de l’Église terrestre intercédant pour le salut de l’humanité. Ayant survécu aux siècles passés, cette mosaïque est aujourd’hui tenue pour indestructible par les fidèles (l’Unesco a quand même préféré lui offrir sa protection en inscrivant la cathédrale sur la liste du patrimoine mondial en 1990).

Ne manquez pas non plus les fragments de deux portraits de Yaroslav et de sa famille, dans la nef centrale et l’escalier nord. La tombe du prince est au rez-de-chaussée, au fond à gauche par rapport à l’entrée principale.

Devant la cathédrale, sur la place Sofiyska, se dresse une statue du héros cosaque Bohdan Khmelnytskyi. Juste devant la tour de l’horloge, vous noterez la tombe richement ornée du patriarche de Kiev, Volodymyr Romaniouk, qui n’a pas pu être inhumé à l’intérieur de Sainte-Sophie en raison de litiges religieux.

pl Sofiyska ; entrée enceinte/cathédrale/tour de l’horloge 3/53/13 uah ; enceinte 9h-19h, cathédrale 10h-18h jeu-mar, 10h-17h mer ; Maïdan Nezalejnosti