Cénacle

L'avis de l'auteur Lonely Planet

site religieux

Le bâtiment identifié comme le cénacle (du latin cena, le diner), aussi appelé coenaculum (salle à manger), est un petit édifice de deux étages situé dans un ensemble de bâtiments plus important, au sommet du mont Sion. Ce lieu, qui serait l’endroit où Jésus et ses apôtres auraient partagé leur dernier repas, est l’un des plus sacrés du christianisme (avec la basilique du Saint-Sépulcre et l’église de la Nativité à Bethléem).

Ce serait ici aussi que le Saint-Esprit serait descendu sur les disciples rassemblés et tous s’en seraient trouvés investis du don des langues (Actes II, 1-5). Marquant le début du christianisme et la formation de la première communauté chrétienne, 3 000 fidèles furent par la suite baptisés.

Le bâtiment d’origine abritait la première église chrétienne. Il fut détruit deux fois avant d’être reconstruit sous cette forme par les croisés au XIVe siècle. À droite de l’entrée, le mur est orné de deux armoiries croisées, patinées par le temps. Un agneau (symbole chrétien) est représenté au plafond (le lustre y est attaché). Au Moyen Âge, l’édifice appartenait aux moines franciscains avant qu’ils n’en soient expulsés par les Turcs. Sous la domination ottomane, la salle fut transformée en mosquée, dont elle garde des vitraux et un mihrab. Les chrétiens avaient interdiction d’y entrer et les juifs ne pouvaient se rendre sur la tombe de David, en dessous. Pendant la période du mandat, les Britanniques interdirent de prier en ces lieux pour ménager les susceptibilités entre les différentes religions et obédiences.

On rejoint le cénacle par un escalier menant à un atrium. Pour le trouver, dirigez-vous vers le site principal et grimpez le premier escalier à gauche après l’arche sculptée. Un autre escalier part de la cour devant le monastère franciscain, près du tombeau du roi David.

8h-18h