Château de Neuschwanstein

L'avis de l'auteur Lonely Planet

belle au bois dormant

Hohenschwangau inclus Apparaissant tel un mirage au milieu des sommets, le château de Neuschwanstein servit de modèle au château de la Belle au bois dormant de Disney. Le roi Louis II dessina lui-même les plans de cet édifice féerique, aidé d’un décorateur de théâtre (et non d’un architecte). Il le voyait comme une immense scène destinée à recréer le monde de la mythologie germanique, inspiré des œuvres lyriques de son ami Richard Wagner. Pièce maîtresse du château, la salle des Chanteurs (Sängersaal) est ornée de fresques représentant des scènes de l’opéra Tannhäuser.

Le château d’inspiration médiévale et romantique plonge ses racines dans les rêves mêmes du jeune roi. Les travaux débutèrent en 1869 mais, comme beaucoup des grands chantiers de Louis II, ne furent jamais achevés. Malgré les sommes faramineuses dépensées sur sa cassette personnelle, le roi n’y résida finalement qu’à peine plus de 170 jours.

Autre pièce achevée, la chambre à coucher de Louis II, hommage à l’opéra wagnérien Tristan et Isolde, s’organise autour d’un lit néogothique aux allures de cathédrale avec son ciel de lit hérissé de pinacles. Le roi vit réalisées également la fausse grotte (identique à celle de Tannhaüser) et la byzantine salle du Trône (Thronsaal) au sol recouvert de plus de 2 millions de tesselles composant une mosaïque. Autre château rêvé par le roi mais jamais construit, celui qui apparaît sur le tableau face à la plateforme vierge qui devait accueillir le trône. Chaque fenêtre ou presque offre une vue imprenable sur la plaine environnante.

La visite s’achève par la projection d’un film de 20 minutes sur le château et son créateur. Difficile d’éviter les boutiques de souvenirs à la sortie, mais le café aux tarifs raisonnables permet de se remettre de tant d’émotions !

À 10 minutes de marche, au-dessus, le pont de Marie (Marienbrücke), qui surplombe la spectaculaire cascade de la Pollät, offre un spendide panorama sur le château et la vallée. On dit que Louis II adorait venir à la nuit tombée observer d’ici les lueurs des chandelles de la Sängersaal.

Schloss Neuschwanstein ; billets 08362-930 830 ; www.neuschwanstein.de ; Neuschwanstein­strasse 20 ; tarif plein/réduit 12/11 €, 23/21 € ; 9h-18h avr à mi-oct, 10h-16h de mi-oct à mars