Alegría de Pío

L'avis de l'auteur Lonely Planet

site historique

Véritable haut lieu de la révolution, c’est ici qu’en 1956 les rebelles de Castro firent naufrage et furent forcés de se séparer et de fuir devant l’armée de Batista. C’est également ici que s’achève la randonnée de 18 km depuis Las Coloradas, qui retrace le parcours des rebelles en décembre 1956. On peut faire des randonnées guidées, observer des oiseaux et explorer un superbe réseau de grottes, à condition d’endurer les 28 km de l’enfer de nids-de-poule sur la route partant de Niquero. Emportez beaucoup d’eau.

Un monument commémorant l’événement a été édifié dans le champ de canne à sucre où les rebelles se sont fait surprendre. Il porte les noms des victimes, ainsi que la phrase “¡Aquí no se rinde nadie, cojones !” (“Ici, personne ne se rend, bordel !”). Ces mots auraient été prononcés par Camilo Cienfuegos et repris par Juan Almeida au moment de la déroute. Un guide vous montrera le site, qui comporte plusieurs tombes, des panneaux d’affichage et une grotte dans laquelle Che Guevara et Juan Almeida se cachèrent deux jours durant.

Mais les amateurs d’aventures seront surtout bluffés par l’impressionnant réseau de grottes. Le sentier Morlotte-Fustete (2 km) traverse des terrasses marines spectaculaires nécessitant par endroits l’utilisation d’échelles en bois. Il mène à la Cueva del Fustete, une grotte de 5 km de long hérissée de stalactites et de stalagmites, et à l’Hoyo de Morlotte, une cavité karstique (dépression circulaire due à l’érosion des calcaires) de 77 m de profondeur. Le sentier El Samuel (1,3 km) débouche quant à lui sur la Cueva Espelunca, où les premiers habitants auraient tenu des cérémonies religieuses. La Boca de Toro, sentier de 6 km, conduit à de hautes falaises dominant une vallée fluviale. Il passe par le Farallón de Blanquizal, un superbe belvédère naturel.

De là, le sentier des rebelles partis de Las Coloradas continue vers l’est jusqu’à Cinco Palmas avant de s’achever à la Comendancia La Plata.