Risshaku-ji

L'avis de l'auteur Lonely Planet

temple bouddhique

立石寺  Le “temple des pierres levées”, plus connu sous le nom de Yamadera, se dresse au sommet d’un escalier de pierre érodé par les éléments au fil des siècles. Au pied de la montagne, le Konpon-chudo根本中堂 abrite la flamme sacrée, protégée par une petite lanterne. C’est celle que l’on dit avoir été transportée depuis Kyoto, des siècles auparavant.

La porte San-mon (山門) marque le début d’un escalier de 1 015 marches, qui vous fait passer devant des sculptures si usées et moussues qu’elles semblent faire partie du paysage. L’ascension étant très raide, la vue sur les montagnes alentour et la campagne bucolique n’en paraît que plus spectaculaire depuis le sommet. En été, le chant strident des cigales est presque assourdissant.

à la Nio-mon (仁王門), porte que “seules les âmes pures peuvent franchir”, le chemin se scinde en deux, vers l’Oku-no-in (奥の院 ; sanctuaire intérieur) d’un côté, et vers le Godaido (五大堂), un remarquable pavillon du XVIIIe siècle, de l’autre. Celui-ci, à flanc de falaise, surplombe une vue saisissante.

Pour mieux prendre la mesure de la félicité méditative qui inspira tant le poète Basho, il est recommandé de venir tôt le matin ou en fin d’après-midi. Il est possible de visiter Yamadera en hiver, mais si vous arrivez juste après des chutes de neige, les accès n’auront peut-être pas été dégagés.

023-695-2843 ; www.rissyakuji.jp ; 8h-17h.