Le cardo (Cardo Maximus)

L'avis de l'auteur Lonely Planet

site historique

Le cardo (sous le niveau du sol et en partie souterraine), dont une partie a été mise au jour, est un axe commerçant romano-byzantin qui traversait la ville du nord au sud pour atteindre l’actuelle porte de Damas. Ce qu’il en reste part du sud de la rue David, le souk touristique, et permet l’accès principal au quartier juif à partir des quartiers musulman et chrétien.

À l’origine, le cardo était une avenue à colonnades bordée de galeries couvertes. La partie sud a été restaurée, mais le reste de l’ancienne avenue a été remplacé par une arcade réservée aux boutiques de souvenirs et d’articles judaïques. Des puits permettent de voir les couches successives d’un mur datant du premier Temple et du second Temple.

Non loin de la grande menora (candélabre à sept branches), près de l’extrémité sud du cardo, l’exposition permanente Alone on the Walls retrace la campagne de mai 1948 pour le contrôle de la ville à travers le vécu des habitants juifs et des combattants. Petite mais intéressante, la collection comprend un documentaire de 15 minutes et une exposition du photojournaliste John Phillips, qui travaillait pour le magazine Life et se trouvait dans le quartier lorsqu’il tomba aux mains de la légion arabe.

Le billet combiné pour l’exposition, la Maison brûlée et le musée archéologique Wohl s’achète auprès de ces trois sites (45 NIS).

. 02-626 5923 ; tarif plein/réduit 25/12 NIS ; 9h-17h dim-jeu, 9h-13h ven