Duomo

L'avis de l'auteur Lonely Planet

lieu de culte

La Cattedrale di Santa Maria Assunta, plus communément appelée Duomo, constitue le monument phare de Spolète. Bâtie dans le style roman à l’emplacement d’une cathédrale détruite par l’empereur Frédéric Barbarousse (1155), elle fut consacrée par le pape Innocent III en 1198, puis remaniée au XVIIe siècle. Elle comporte un austère campanile du XIIe siècle, érigé avec des matériaux romains, paléochrétiens et médiévaux de réemploi. Sa façade est divisée en trois bandes horizontales : la partie basse se compose d’un élégant portail Renaissance, la partie médiane d’une rosace centrale flanquée de quatre plus petites, la partie supérieure de trois arcades ogivales, celle du centre ornée d’une mosaïque d’influence byzantine. Les pavements en mosaïque datent du XIIe siècle. À droite de la nef, la Cappella del Vescovo Costantino Eroli présente des fresques peintes en 1497 par Pinturicchio, alors au sommet de sa gloire et de retour dans sa ville natale après avoir décoré les appartements Borgia au Vatican. Ces œuvres s’inscrivent dans un modèle classicisant, dont témoignent en particulier les monochromes inspirés des sarcophages romains. Notez que la chapelle comprend deux parties et que les œuvres attribuées au maître sont celles de l’absidiole donnant directement sur la nef. Il s’agit de la splendide Vierge et l’Enfant avec saint Jean-Baptiste et saint Stéphane surmonté de Dieu le Père bénissant entre deux anges en prière (remarquez les beaux visages des personnages). La Pietà figurant en-bas est aussi de Pinturicchio. Un passage conduit à la très gracieuse Cappella Eroli, qui arbore des fresques de Iacopo Siciliano.

L’autre cycle pictural célèbre de la cathédrale a été réalisé dans l’abside par Filippo Lippi entre 1466 et 1469, avec l’aide de ses élèves Fra Diamante et Pier Matteo d’Amelia . Illustrant la vie de la Vierge (Annonciation, Nativité, Mort), il culmine avec la grande scène du Couronnement sur la voûte absidale. Il s’agit du dernier travail de l’artiste, qui mourut avant de l’achever. Le mausolée de Lippi, visible dans le transept droit, a été conçu par son fils Filippino à la demande de Laurent de Médicis, venu exprès de Florence.

Ne manquez pas dans la chapelle à droite le crucificix (1187) attribué à Alberto Sozio. Peint sur un support en bois recouvert de parchemin, il compte parmi les plus anciennes représentations du Christ triomphant. Au bout de la nef centrale, la Cappella della Santissima Icone renferme l’icône byzantine représentant la Vierge, peinte dit-on par saint Luc, que Frédéric Barberousse offrit à la ville en 1185 en signe de réconciliation. Dans la nef de droite, la Cappella delle Reliquie conserve une lettre autographe de saint François d’Assise.

Cattedrale di Santa Maria Assunta ; 0743 23 10 63 ; Piazza Duomo ; 8h30-18h tlj nov-mars, 8h30-19h tlj avr-oct