Synagogues Rabban Yohanan Ben Zakkai

L'avis de l'auteur Lonely Planet

synagogues séfarades

Baptisées en l’honneur d’un tanna’ite (chef spirituel) du Ier siècle, les quatre synagogues de ce complexe ont une histoire et une décoration très différentes. Les deux premières datent de la fin du XVIe siècle, et toutes quatre étaient en ruine avant d’être restaurées entre 1967 et 1972. Avec leurs études et institutions caritatives attenantes, les synagogues formaient le cœur de la vie spirituelle et culturelle séfarade jusqu’à la fin du XIXsiècle.

Pour respecter une loi qui stipulait que les synagogues ne devaient pas dépasser la hauteur des bâtiments voisins, les architectes firent creuser de profondes fondations. Cela leur permit de résister au bombardement du quartier en 1948, mais elles furent pillées par les Jordaniens et utilisées comme bergeries. Restaurées grâce à des matériaux récupérés sur le site des synagogues italiennes détruites pendant la Seconde Guerre mondiale, elles sont reliées entre elles et se visitent avec un billet unique.

La première synagogue du complexe (la plus proche de la billetterie), Eliyahou Ha’navi, est la plus ancienne (XVIe siècle). Ses arches et son dôme rappellent l’architecture byzantine. On accède à deux des autres synagogues par son côté nord : la synagogue Ben Zakkai, ou Qahal Qadosh Gadol (Grande Congrégation), construite entre la fin du XVIe et le début du XVIIe siècle, arbore des fenêtres de style mauresque espagnol, et la synagogue Emtza’i (du milieu), la plus petite, a la forme allongée. Elle date du milieu du XVIIIe siècle, lorsque la construction d’un toit au-dessus d’une cour coincée entre les deux synagogues la transforma en synagogue “du milieu”.

Depuis Emtza’i, des portes mènent à une petite exposition retraçant l’histoire des synagogues et à la synagogue Istanbuli, la plus grande des quatre et la plus récente. Elle fut construite dans les années 1760 par des immigrants turcs d’Istanbul.

054 665 5487 ; adulte/enfant 10/7 NIS ; 9h-16h dim-jeu, 9h-13h ven