Vieille ville

L'avis de l'auteur Lonely Planet

patrimoine ouïgour

Les autorités chinoises ont passé ces vingt dernières années à démolir la vieille ville par pâtés de maisons entiers. Si l’exploration des secteurs récents peut présenter quelque attrait, il faut se rendre près du lac Donghai, dans la partie est de Kachgar, pour découvrir l’une des dernières enclaves autochtones. Des ruelles bordées d’ateliers ouïgours et d’habitations en pisé semblant tout droit sorties d’un livres d’images du début du XXe siècle s’étendent aussi de chaque côté de Jiefang Lu. Les maisons les plus anciennes ont 500 ans, les plus récentes à peine 50. Les venelles s’entrelacent dans ces quartiers où les Kachgaris vivent et travaillent à l’identique depuis des siècles. Au fil de la promenade, vous verrez des artisans marteler le fer et ciseler le cuivre.

Les maisons traditionnelles, qui dépassent rarement les deux étages, sont construites en bois de peuplier et en briques de terre crue. Des éléments sculptés décorent les cours intérieures et les balcons.

À l’extrémité est de Seman Lu subsiste un pan des remparts, haut de 10 m et vieux d’au moins cinq siècles.