-->

Rodrigues

Pourquoi y aller

À 560 km de Maurice, Rodrigues semble aux antipodes de sa “voisine”. Loin de la carte postale et du tourisme standardisé, cette île de poche (18 km de long et 8 km de large) a préservé son âme, juste et sincère. Plus créole que Maurice – car peu touchée par la culture indienne – et chrétienne à 95%, l’île abrite 42 000 habitants, la plupart descendants d’esclaves africains et malgaches, et vit au rythme de la pêche, de l’élevage, de l’agriculture et d’un tourisme naissant qui se veut respectueux de l’environnement.
La “Cendrillon des Mascareignes” affiche d’âpres paysages volcaniques, et un relief plissé d’une grande beauté qui descend jusqu’aux plages de sable fin. Les maigres pâturages, les collines pelées criblées de blocs de basalte, la végétation broussailleuse, les hameaux, quelques plages éparses et la franche simplicité de la population peuvent semer le trouble chez le nouveau venu, habitué à des visions tropicales plus convenues. Certes, le sublime lagon de 200 km2 qui lui sert d’écrin, paradis des plongeurs, colle déjà plus aux stéréotypes de l’océan Indien. Mais d’emblée, on comprend que Rodrigues cherche ses affinités du côté de l’écotourisme (les sacs plastique sont d’ailleurs interdits sur l’île). Plus qu’aux sens, Rodrigues plaît à l’âme. On y vient se ressourcer et marcher sur ses sentiers solitaires, au rythme de la mer et du ciel.

Quand partir

De climat plus chaud et sec que Maurice, Rodrigues se visite en toute saison. L’hiver austral, de mai à octobre, ménage des températures un peu plus douces (la mer l’est aussi !), ce qui permet également d’éviter la saison des cyclones (janvier-mars). Ceux-ci restent rares mais sont souvent plus destructeurs qu’à Maurice du fait de la faiblesse des infrastructures. La fête de l’Autonomie (12 octobre) est une date importante du calendrier, largement célébrée. Le trail de Rodrigues (début novembre ; www.trailrodrigues.com) est un nouveau temps fort de l’île. Les amateurs de kite préféreront la période qui s’étend de juin à septembre pour les conditions de vent.

À ne pas manquer

  1. La superbe balade entre Pointe Coton et Graviers à l’est de l’île
  2. Une excursion à la paradisiaque île aux Cocos
  3. La réserve François Leguat avec ses tortues géantes et sa caverne
  4. Une sortie plongée dans le somptueux lagon
  5. Une montée d’adrénaline en survolant de sublimes paysages en tyrolienne
Mis à jour le : 9 janvier 2019