Cancún, Cozumel, Yucatán : Santé

Hépatite A

Le virus de l’hépatite A est présent dans toute l’Amérique Centrale. Il provoque une infection du foie et la transmission se fait généralement par l’ingestion d’eau, d’aliments ou de glace contaminés. Le virus peut aussi se transmettre par contact direct avec une personne infectée. Cette maladie existe dans le monde entier, mais les cas sont plus nombreux dans les pays en développement. Les symptômes incluent fièvre, malaises, jaunisse, nausées, vomissements et douleurs abdominales. Dans la grande majorité des cas, l’hépatite A évolue spontanément vers la guérison, sans séquelles, mais il peut arriver qu’elle provoque des dommages durables sur le foie. Il n’existe aucun traitement.
Le vaccin contre l’hépatite A est à la fois sûr et efficace. Si vous effectuez un rappel 6 à 12 mois après la première vaccination, il dure au moins 10 ans. Il est préférable de se faire vacciner avant de se rendre au Mexique.

Dengue

La dengue est une infection virale répandue dans toute l’Amérique Centrale. C’est sur le littoral du golfe du Mexique, notamment de juillet à septembre, que les risques sont les plus grands. Le virus de la dengue est transmis par les moustiques Aedes qui piquent habituellement pendant la journée et vivent à proximité des habitations, voire à l’intérieur. Ils se reproduisent dans des réservoirs d’eau artificiels – tonneaux, citernes, bidons ou pneus abandonnés. Ainsi, la dengue est particulièrement présente dans les environnements urbains.
Les symptômes sont habituellement proches de ceux de la grippe : fièvre, courbatures, douleurs musculaires, maux de tête et nausées, souvent suivis par une éruption cutanée.
Il n’existe ni vaccin ni traitement particulier, mis à part les analgésiques. Les cas sévères peuvent nécessiter une hospitalisation.

Paludisme

Le risque de paludisme, ou malaria, existe dans le Chiapas ; il est plus faible dans le Quintana Roo. La maladie est transmise par un moustique, l’anophèle, qui pique surtout entre le coucher et le lever du soleil. Le symptôme principal est une forte poussée de fièvre, parfois accompagnée de frissons, de sueurs, de maux de tête, de douleurs, d’une faiblesse globale, de vomissements et de diarrhées.
Les comprimés anti-malaria sont fortement recommandés lorsque l’on voyage dans les zones rurales.
Se prémunir contre les piqûres de moustiques est tout aussi important que de prendre ces comprimés, qui ne sont pas efficaces à 100%. Si vous êtes atteint de fièvre après votre retour, consultez un docteur : les symptômes peuvent survenir des mois après votre voyage. Une simple analyse de sang suffit à déceler la maladie.

Fièvre typhoïde

La fièvre typhoïde est causée par l’ingestion d’aliments ou d’eau contaminée par la Salmonella typhi. La fièvre est le symptôme principal courant de la maladie, mais elle peut s’accompagner de maux de têtes, de malaises, de douleurs musculaires, de vertiges, d’une perte d’appétit, de nausées et de douleurs abdominales. La maladie peut aussi causer diarrhée ou constipation.
Le traitement contre la fièvre typhoïde est généralement un antibiotique quinolone.

Piqûres de moustiques

Pour éviter les piqûres, optez pour les manches longues, pantalons, chapeaux et chaussures (plutôt que sandales). Dans les régions infestées de chaquistes (sortes de moucherons des sables qui peuvent laisser de vilaines marques), évitez d’exposer votre peau au crépuscule et à l’aube, quand ces insectes minuscules mais féroces passent à l’attaque.
Ne dormez pas la fenêtre ouverte, à moins qu’elle ne soit dotée d’une moustiquaire. Utilisez un bon insecticide (contenant de préférence du DEET) à appliquer sur la peau et les vêtements. Attention, les produits incluant du DEET ne doivent pas être utilisés sur des enfants de moins de deux ans.
L’efficacité des répulsifs à base de plantes, tels que ceux à l’huile d’eucalyptus ou de soja, se limite à deux heures maximum. Lorsque le risque de paludisme est élevé, recourrez uniquement au DEET. Les produits à la citronnelle ne sont pas efficaces.
Si vous dormez à l’extérieur ou dans des hébergements où les insectes peuvent pénétrer, munissez-vous de spirales anti-moustiques ou d’une moustiquaire traitée à la perméthrine.

Serpents et scorpions

Les serpents venimeux du Yucatán n’attaquent habituellement pas sans être provoqués, mais il arrive qu’ils mordent une personne qui s’est trop approchée d’eux. Les serpents corail battent en retraite et ne mordent généralement que si on les pousse dans leurs retranchements.
En cas de morsure de serpent ou de piqûre de scorpion, calmez la victime et maintenez immobile la zone touchée, puis rendez-vous immédiatement au centre médical le plus proche. Ne faites pas de garrot.
Pour éviter les scorpions, inspectez et secouez vos vêtements, chaussures et sacs de couchage avant de les utiliser. En cas de piqûre, appliquez de la glace ou des compresses froides.

Coup de soleil et insolations

Pour écarter le risque d’exposition excessive au soleil, évitez le soleil de midi, portez des lunettes de soleil et un chapeau à large visière. Appliquez enfin de la crème solaire avec un indice supérieur à 15, protégeant à la fois des UVA et des UVB.

Eau

En règle générale, l’eau du robinet est impropre à la consommation.
Faire bouillir l’eau pendant plus d’une minute est le meilleur moyen de la purifier.
Les pilules d’iode sont un autre moyen de désinfecter l’eau. Les instructions sont habituellement fournies avec et doivent être suivies à la lettre.
De nombreux filtres existent sur le marché. Ceux dotés de petits trous (filtrage par osmose inverse) sont les plus efficaces, mais ils sont relativement encombrants et s’obstruent rapidement. Ceux qui comportent des trous plus gros (filtres à microtamis) sont inopérants contre les virus, mais bloquent d’autres organismes. Lisez attentivement le mode d’emploi avant utilisation.

Mis à jour le : 30 novembre 2014

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir le Mexique