République Dominicaine : Comment circuler

Air Santo Domingo est la seule compagnie assurant des vols intérieurs. Sur le plan du confort, les avions utilisés n'ont rien des appareils modernes auxquels vous êtes sans doute habitué. Les principales villes sont desservies quotidiennement.
Voyager en bus est un excellent moyen de découvrir le pays. Ceux de Metro Bus et de Caribe Tours sont peu onéreux et confortables. Les gua-guas, plus petits et moins confortables, sillonnent les routes principales. Il suffit de faire signe au chauffeur au bord de la route. Quand aux públicos, minibus ou camionnettes privés, ils circulent dans les artères principales des villes. Vous les reconnaîtrez au nombre de passagers entassés dans le véhicule. Pour vous joindre à eux, faites un signe au chauffeur. Les localités les plus importantes sont pourvues de réseaux de bus publics.
Bien que le réseau des bus et des guaguas soit excellent, se déplacer avec son propre véhicule est toujours plus rapide et plus pratique. Si la location d’une voiture pour la totalité du séjour n’entre pas dans votre budget, en louer une quelques jours afin d’atteindre des lieux reculés ou mal desservis vaut vraiment la peine. Dans la partie sud-ouest, c’est même une nécessité.
Les grandes agences de location internationales connues comme Hertz, Avis, Europcar, Alamo et Dollar ont des bureaux dans les grands aéroports internationaux (ou un service de récupération des véhicules, à Punta Cana par exemple), ainsi qu’à Santo Domingo et dans d’autres villes. Leurs tarifs en ligne sont parfois beaucoup moins chers que ceux des agences locales et nationales. En outre, leurs véhicules sont de meilleure qualité, et elles fournissent un service et une assurance fiables et exhaustifs (notez qu’un supplément de “frais d’aéroport” d’environ 8% s’ajoute à la facture). Si vous prévoyez de sillonner les routes secondaires le long du littoral et dans les montagnes, il est recommandé de louer un 4x4. Généralement, il faut compter de 30 $US (voiture standard) à 120 $US (4x4) par jour. On peut aussi louer une moto, mais vu le mauvais état des routes, mieux vaut être un motard chevronné.
Bus et taxis seront un moyen plus sûr de vous déplacer presque partout. Les taxis sont rarement équipés de compteur : mettez-vous d'accord au préalable avec le chauffeur sur le prix de la course. Quant aux motoconchos, les moto-taxis, elles sont économiques mais quelque peu dangereuses, les chauffeurs-motards ayant une fâcheuse tendance à aller trop vite.

Mis à jour le : 15 décembre 2014

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir la République dominicaine