Indonésie : Sécurité

Désagréments et dangers en Indonésie

Par rapport à d’autres pays, l’Indonésie est une destination assez sûre. Si la petite délinquance existe, elle reste peu fréquente.
Mise en garde : abstenez-vous d’acheter de l’arak, l’alcool local à base de riz ou de palme fermenté. Plusieurs personnes ont été gravement malades, notamment à Bali, car certains vendeurs diluent leurs stocks avec des produits chimiques.

Drogue

Une série d’arrestations et de procès retentissants ont apporté la preuve de la politique de tolérance zéro de l’Indonésie à l’égard de la drogue, y compris lorsque des étrangers sont impliqués.
Le pays est aujourd’hui une plaque tournante du commerce d’ecstasy, exporté ou vendu dans les raves de Bali, de Jakarta et d’autres grandes villes. Des descentes de la police ont régulièrement lieu dans les clubs de Jakarta et de Bali, avec analyse d’urine obligatoire pour toute personne surprise avec de la drogue. Des pièges sont aussi tendus aux éventuels consommateurs (ce dealer bien sympathique pourrait ainsi être un policier…).
À Bali, ces opérations visent également des soirées privées, et les propriétaires d’hôtels sont légalement contraints de dénoncer les contrevenants. La réglementation ne distingue ni les substances ni les quantités. Que l’on vous arrête avec un sac plein d’héroïne ou avec quelques brins de marijuana dans votre poche, votre sort sera scellé. 

Attentat et sécurité

La probabilité d’être victime d’un attentat est faible. Les mesures de sécurité, renforcées dans les zones touristiques après les attentats de Bali en 2002 et 2005, ont aujourd’hui tendance à se relâcher. Les hôtels de luxe appartenant aux chaînes internationales présentent la meilleure sécurité, mais ils sont aussi les premières cibles, comme le démontrent les événements de Jakarta en 2003 et 2009.
Les problèmes de la sécurité en Indonésie sont souvent accentués par les médias étrangers, pour qui tout rassemblement de protestation ou tout débordement mineur fait figure de véritable émeute, tandis que les gouvernements étrangers publient des mises en garde parfois alarmistes pour les voyageurs. S’il est vrai que de micro-régions d’Indonésie sont parfois le théâtre de violences, le reste de l’archipel demeure relativement sûr. Le mieux est de suivre l’actualité avant votre départ.

Escroqueries

Les malfaiteurs, en Indonésie comme ailleurs, ne manquent pas d’imagination pour délester les visiteurs de leur argent. Il est parfois difficile de distinguer une pratique “normale”, comme l’ajout d’un supplément, d’une escroquerie pure et simple – ces dernières sont néanmoins monnaie courante.
N’en voulez pas trop aux inoffensifs rabatteurs qui vous conduisent dans un magasin contre le versement d’une commission. Méfiez-vous en revanche des gens trop amicaux et des commissions exorbitantes.
Première destination touristique, Bali est le siège de nombreuses escroqueries. Les histoires d’agents de change volant leurs clients ne manquent pas, tout comme celles des habitants qui surgissent miraculeusement lorsque votre voiture tombe en panne. Ne cédez pas à la paranoïa et usez de bon sens : dans ce type de situation, la plupart des Indonésiens que vous rencontrerez souhaitent simplement vous aider. 
La majorité des Indonésiens sont honnêtes et ne vous demanderont jamais d’argent, même si leur misère est criante – à ce propos, si vous voulez faire un don d’argent, financez plutôt un programme d’aide à la population.

Vols

Si vous prenez garde à vos objets de valeur, le risque est mince. C’est par négligence ou naïveté que la plupart des touristes se font dépouiller. Le risque est évidemment plus élevé dans les lieux bondés et dans les bemo (minibus), bus et trains. Les objets laissés sans surveillance sur la plage et les chambres d’hôtel non sécurisées sont aussi des cibles de choix.
Notez que l’arrachage de sac par des voleurs en scooter est en augmentation dans les grandes villes et à Bali. Des cas de cambriolage de véhicules, dans lesquels des objets avaient été laissés en évidence, sont aussi enregistrés.
Tout vol doit être déclaré à la police, même si aucune action ne sera entreprise en l’absence de témoin. Les compagnies de bus et les hôtels rejettent systématiquement toute responsabilité. Les vols sont souvent qualifiés de kehilangan, ou “perte” : vous avez perdu vos bagages, et il vous appartient de prouver qu’il y a eu vol. La police vous remettra un procès-verbal, nécessaire pour le remplacement des passeports et des chèques de voyage comme pour la déclaration auprès de l’assurance.

Mis à jour le : 5 septembre 2013

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour un séjour inoubliable en Indonésie