Ouzbékistan : Culture

Coutumes

Les hommes portent de longs manteaux matelassés, noués par une ceinture de couleurs vives. Presque tous se coiffent du dopy ou doppilar, une calotte noire à quatre pans, brodée de blanc. En hiver, les vieux enfilent un telpek en fourrure. Les femmes privilégient les robes en ikat (un textile de couleurs éclatantes), s’arrêtant souvent aux genoux, avec un pantalon du même tissu. Une ou deux tresses dans la chevelure indique une femme mariée ; les célibataires en ont davantage. Les sourcils qui se rejoignent au-dessus du nez, au besoin grâce à un trait de crayon, sont considérés comme un élément esthétique. Les dents en or sont tout autant prisées par les hommes que par les femmes.

Langue

L’ouzbek est la langue officielle et, avec 15 millions de locuteurs, la langue non slave la plus parlée dans les anciennes républiques soviétiques. Il appartient à la branche turque.
De 1918 à 1941, l’ouzbek s’écrivait en caractères latins. Par la suite, il a été transcrit dans un alphabet cyrillique modifié, mais le pays reprend désormais l’alphabet latin. Il existe par ailleurs plus d'une cinquantaine de langues minoritaires, parmi lesquelles le tadjik, le kazakh, le tatar, le kirghiz, le coréen, le yiddish ou l'arménien.

Nourriture

La gastronomie ressemble aux cuisines moyen-orientales et méditerranéennes : on y retrouve du riz cuisiné façon pilaf, des pâtes, des épices parfumées, des fruits et des légumes, du yaourt, des ragoûts et des viandes grillées type kebab - sans oublier les pâtisseries (la cuisine du Sud se distingue par la finesse de ses sucreries). Les samosas (samsa) et une grande variété de nans sont par ailleurs extrêmement courants. Les plats nationaux sont le plov, dont il existe une infinité de variations (avec pour base du beurre, du riz, des carottes et du mouton), et le chachlik (brochette de viande et de gras servie avec beaucoup d'oignons). Le chou farci est aussi très populaire. Le thé, généralement servi sans lait, est omniprésent. Après un siècle d'influences russes, la vodka se trouve partout. Le fait d'être musulman n'empêche d'ailleurs pas la grande majorité des Ouzbeks de boire, même pendant le ramadan.

Religion

L'islam sunnite est majoritaire à 88%. L'implantation de la religion musulmane date des invasions arabes des VIIe et VIIIe siècles. Aux siècles suivants, les maîtres du soufisme, doctrine mystique de l'islam, contribuèrent largement à la conversion des populations. Pratiqué de façon individuelle et prônant une relation directe avec Dieu, le soufisme remporta l'adhésion des nomades. Toléré durant la période tsariste, l'islam fut réprimé durant la période soviétique avant de connaître un nouvel élan après l'indépendance. Depuis les attentats de 1999 à Tachkent, les mosquées n’ont plus le droit de diffuser l’azan (appel à la prière), et les mollahs doivent faire l’apologie du gouvernement dans leurs sermons. La fréquentation des mosquées, déjà en baisse, a fortement décliné à la suite des événements d’Andijan en 2005. On notera également l'existence d'une minorité catholique orthodoxe issue de l'ancien empire russe.

Arts

L'Ouzbékistan compte parmi les plus belles et les plus audacieuses architectures islamiques du monde. Ces chefs-d'œuvre (mosquées monumentales, minarets, mausolées, medersa, dômes de céramique, mosaïques) se trouvent à Boukhara, Khiva, et en particulier à Samarcande, cité mythique de la route de la Soie et grande métropole islamique, culturelle et intellectuelle à partir du XIVe siècle, sous l'impulsion de Tamerlan, qui en fit la capitale de son empire, et jusqu'au XVIe siècle, époque à laquelle la capitale devint Boukhara (c'est aujourd'hui Tachkent). L'islam interdisant les représentations du vivant, les arts traditionnels se sont tournés vers une forme de calligraphie combinant l'écriture islamique et les arabesques, les portes sculptées et les grilles ouvragées. L'époque soviétique à connu une expansion de la peinture dans un délicieux mélange de réalisme soviétique et d'imitation traditionaliste. L'artisanat, enfin, est tourné vers des objets précieux mais transportables - vêtements brodés, bijoux, armes, tapis -, en phase avec la vie de semi-nomade.

Mis à jour le : 11 novembre 2012
Vizeat

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir l'Asie Centrale