-->

Madrid : Si vous aimez

À Madrid, il s'agit d’être au fait des bons plans. Il existe des barrios où certaines activités sont surreprésentées (par exemple, la musique live à Huertas ou le shopping à Salamanca), mais la plupart du temps, elles sont disséminées en ville, ce qui implique de bien s'organiser en amont.

Bars et discothèques

Madrid compte plus de bars que n'importe quelle autre ville au monde : six pour 100 habitants. À Madrid, un bar est un lieu de rendez-vous, le centre de la vie sociale du barrio où se côtoient toutes les générations, autant pour manger des tapas que pour boire de l'alcool. Ceux qui ne boivent jamais s'y plairont donc autant que les amateurs de bière, de vin ou de boissons fortes. Oui, on boit ici plus qu'ailleurs, mais il est rare de croiser un Madrilène ivre. Aller au bar, c'est retrouver ses amis et profiter de la vie. L'alcool n'est qu'un accompagnement de ces nobles activités, rarement l'objectif premier.
La plupart des bars madrilènes sont des bistrots de quartier fréquentés surtout par les habitants de la zone alentour. Certains arborent de magnifiques façades en mosaïques, d'autres, plus modestes, sont appelés cutre, ce qui pourrait être traduit par « boui-boui ». Vous auriez tort de ne pas y entrer : ils offrent souvent d'excellentes tapas et jouissent d'une ambiance authentique. Jusqu’à récemment, Madrid n'abritait que ce genre de bars.
Ces dix dernières années, une vague de bars branchés a envahi la ville. Les intérieurs design rappellent Barcelone et la musique lounge ou chill-out fait penser à Ibiza, mais l'ambiance est typiquement madrilène.
Il en va de même pour les discothèques, même si la distinction entre les deux est souvent floue après minuit. Les fameuses grandes discothèques de Madrid battent toujours leur plein, mais ont été rejointes par des clubs plus petits et plus intimes où règne une ambiance raffinée. C'est dans ces lieux que vous donnerez raison à Ernest Hemingway : « Personne ne se couche à Madrid avant d'avoir tué la nuit. »
Chaque barrio abrite quantité de bars, mais Huertas, Chueca et Malasaña tiennent le haut du pavé. Huertas attire une clientèle locale et internationale quasiment tous les soirs de la semaine. Chueca est le quartier résolument gay mais ouvert à tous, tandis que Malasaña est le temple de la movida madrileña. À Lavapiés et La Latina, l'ambiance est à la fois brute, branchée et sympathique. La plupart des grands clubs se trouvent dans le centre.

Les meilleurs bars pour se détendre

  • Café Belén
  • El Jardín Secreto
  • Areia
  • Jazz Bar
  • Dos Gardenias
  • Penthouse

Le best of des grands clubs

  • Cool
  • Teatro Joy Eslava
  • Kapital
  • Room Club
  • Palacio Gaviria

Les anciennes Tabernas les plus typiques

  • Casa Alberto
  • La Venencia
  • Bodega de La Ardosa
  • Taberna de Antonio Sánchez
  • Taberna Alhambra
  • Almendro 13
  • Viva Madrid

Les clubs les plus branchés

  • Costello Café & Nightclub
  • Laydown Rest Club
  • Museo Chicote
  • Vervet
  • Local Café Bar Lounge

Mode

Au XVIIIe siècle, les Madrilènes se révoltèrent en apprenant que le roi leur interdisait de porter les grandes capes qui faisaient leur particularité. L’époque a beau être révolue, la mode demeure un sujet très sérieux dans la capitale espagnole.
Le coup de projecteur actuel sur la mode espagnole remonte aux années 1980, quand l'Espagne en général et Madrid en particulier ont embrassé tout ce qui était nouveau et expérimental, après l'austérité du régime dictatorial de Franco. Ce qui a changé récemment, c'est que Madrid a surpassé Barcelone au titre de capitale de la mode espagnole. Même si Madrid ne rivalise pas encore avec Milan ou Paris, les défilés de la Pasarela Cibeles tiennent une place de plus en plus importante.
La couleur est la clé du caractère espagnol. Les couleurs psychédéliques de la movida madrileña des années 1980 n'ont jamais vraiment disparu et les couleurs vives et acidulées d'Agatha Ruiz de la Prada (Andy Warhol était un grand admirateur de cette icône du Madrid moderne) ont acquis une certaine respectabilité. Cette approche à la fois stylisée et débridée a évolué vers une mode dominée par des couleurs osées, adaptées aussi bien au prêt-à-porter qu’à la haute couture.
Lignes classiques et plus conventionnelles sont le maître mot de Loewe, Sybilla, Ángel Schlesser et la Madrilène Alma Aguilar. Le chic décontracté est le terrain de prédilection de stylistes comme Amaya Arzuaga, Purificación García, Roberto Torretta et Roberto Verino. D'autres sont à surveiller sur les podiums, notamment le Madrilène Javier Larraínzar (l'une des grandes figures de la haute couture de la ville), Pedro del Hierro, Kina Fernández, Nacho Ruiz et Montesinos Alama. Armand Basi privilégie les lignes pures et le style décontracté, tandis que les vêtements de David Delfín gomment la frontière entre le provocant et le chic.
L'Espagne est également célèbre pour la qualité de ses chaussures, et les stylistes autrefois connus des seuls Espagnols et Madrilènes sont en train de se tailler une place sur la scène internationale. Manolo Blahnik est sans doute le plus connu, et ses chaussures sont plus incontournables que Penelope Cruz aux Oscars. De nombreux créateurs innovent aussi dans les sacs à main et autres accessoires (ils n'auraient pas les faveurs des Madrilènes si ce n’était pas le cas), et il n'existe pas de meilleur représentant de cet art qu'Iñaki Sampedro et ses modèles peints à la main, sophistiqués et ludiques.
L'explosion du shopping initiée dans les années 1990 à Madrid ne semble pas près de se tarir, même malgré la crise. Munis d'un ancrage local très fort, les stylistes espagnols sont en train de prendre le monde d'assaut. Même si la haute couture est très présente à Madrid et attire l'attention de la presse internationale sur les podiums, quelques marques de prêt-à-porter plus abordables tirent aussi leur épingle du jeu. Presque tous les quartiers de Madrid abritent au moins une enseigne comme Zara (1 500 magasins dans 73 pays), Adolfo Domínguez et Mango, qui sont parmi les plus importants produits d'exportation espagnols. Sans oublier les chaussures sympas et décontractées de Camper ; si c'est à travers elles que vous avez découvert la mode espagnole, vous adorerez Madrid, mais souvenez-vous qu'elles ne sont que la base d'un look beaucoup plus sophistiqué.
Succès de la vie culturelle nationale, aujourd'hui la mode espagnole emploie plus de 500 000 personnes (trois fois plus que les salariés de la tauromachie). Il s'agit d'une industrie qui vise haut mais les initiés admettent que les fashionistas espagnoles seront satisfaites quand Madrid aura été élevée au même rang que les grandes capitales européennes de la mode. Dans la conjoncture actuelle, leur vœu devrait bientôt être exaucé.

Les plus grands ambassadeurs de la mode espagnole

  • Agatha Ruiz de la Prada
  • Manolo Blahnik
  • Purificación García

Les meilleures marques de prêt-à-porter

  • Amaya Arzuaga
  • Armand Basi
  • Davidelfín
  • Adolfo Domínguez

Shopping

Madrid est un paradis pour les amoureux du shopping, au point de n'avoir quasiment aucun équivalent en Europe. En témoignent la diversité des commerces et les prix proposés, que l'on ne pratique plus depuis longtemps à Londres ou à Paris. Mais ce n'est pas qu'une question d'argent. Les Madrilènes sont exigeants, et les enseignes qui ne privilégient pas la qualité ne durent jamais bien longtemps.
Si vous recherchez des vêtements, vous trouverez tout ce qu'il vous faut, des boutiques de créateurs aux grands noms de la mode internationale en passant par des tenues sexy, idéales pour sortir à Madrid. En ce qui concerne les souvenirs, vous n'aurez aucun mal à trouver des boutiques où faire imprimer à votre nom une affiche de corrida ou de flamenco. Pourquoi ne pas rapporter chez vous un ravissant abaníco (éventail), des carreaux de céramique peints à la main ou une figurine en papier mâché que vous ne trouverez qu’à Madrid ?
La règle, pour faire du shopping dans la capitale espagnole, est de choisir le barrio qui correspond à votre style de vie. Vous pouvez être sûr de le trouver.
Le quartier huppé de Salamanca est le temple des couturiers, le genre d'endroit où l'on se montre, habillé à la dernière mode, en quête du style de demain. Le barrio fourmille de magasins représentant le meilleur de la mode espagnole, des grandes chaînes aux petites boutiques alternatives, du prêt-à-porter aux lignes chic décontractées. La Calle de Serrano est à cet égard la rue la plus importante, mais vous pourrez faire du lèche-vitrine dans tout le quartier, notamment le long de la Calle de Claudio Coello, de la Calle de Jorge Juan ou de la Calle de José Ortega y Gasset.
Chueca semble avoir interdit les magasins dépassant une certaine grandeur. Ses petites boutiques font concurrence à Salamanca, mais avec un soupçon d'excentricité qui séduit la vaste population gay, et un contact plus amical et décontracté. À ce titre, Chueca fait office de pont entre le glamour de Salamanca et Malasaña, où le confort et la décontraction rehaussés d'une pointe d'originalité sont les maîtres mots, avec toujours un œil sur la dernière mode dans les rues. Ici, look d'avant-garde et style alternatif sont de mise. Malasaña est donc le barrio idéal où dénicher de vieux disquaires, des salons de tatouage, des articles rétro et tout ce que vous ne verrez pas à Salamanca.
Si vous recherchez des bijoux de créateurs, et autres accessoires avec des couleurs typiquement espagnoles, vous pouvez faire un tour dans le barrio de Chueca. Vous trouverez également votre bonheur à La Latina, près de la Calle de la Cava Baja.
Nous avons mis de côté le centre-ville de Madrid (Los Austrias, Sol et Centro), car il a beau abriter le plus grand nombre de boutiques, son caractère un peu fourre-tout ne lui confère pas de personnalité propre. C'est ici que vous trouverez les grandes chaînes de magasins. Ce ne sont pas les plus créatifs, mais ils demeurent un ingrédient essentiel du shopping à la madrilène et un excellent recours si vous ne trouvez pas ce que vous cherchez ailleurs. Si le centre de Madrid a une spécialité, ce sont les meilleures (et les pires !) boutiques de souvenirs.
Las rebajas, les soldes d'hiver et d’été avec des prix cassés sur à peu près tout, marquent la haute saison du shopping.

Les rues commerçantes les plus importantes

  • Calle de Serrano, Salamanca – Stylistes espagnols
  • Calle de José Ortega y Gasset, Salamanca – Stylistes internationaux
  • Calle de Piamonte, Chueca – Accessoires de mode
  • Calle de Fuencarral, Malasaña – Vêtements décontractés
  • Calle de Agusto Figueroa, Chueca – Chaussures

Les meilleures adresses pour des souvenirs de qualité

  • El Arco Artesanía
  • Antigua Casa Talavera
  • Fortunata – La Tienda de Madrid
  • Casa de Diego
  • Gil

Architecture

L'architecture madrilène illustre de façon magistrale de nombreux styles historiques, et des architectes contemporains de renommée internationale marquent la ville de leur empreinte.
Le terminal T4, de Richard Rogers, à l'aéroport de Madrid Barajas, ouvert en 2006, et est une œuvre d'art impressionnante. L'autre grand projet de rénovation urbaine est la transformation du périphérique le long du Manzanares, au sud-ouest de la ville, en parc paysager de 50 hectares.
Rafael Moneo, Madrilène d'adoption dont les travaux les plus célèbres incluent l’étonnante cathédrale de Los Angeles (2000), est l'auteur de la merveilleuse restauration de l'Antigua Estación de Atocha. Cette œuvre a le mérite d'aller à l'encontre de la tendance actuelle des constructeurs madrilènes, qui détruisent l'ancien au profit de nouveaux bâtiments sans caractère. Il a réalisé une extension pour l'emblématique musée du Prado, qu'il a également modernisé.
L'extension du Centro de Arte Reina Sofía par l'architecte français Jean Nouvel compte parmi les derniers grands projets de transformation qu'ait connu la ville. Henry Cobb, sir Norman Foster et César Pelli ont, quant à eux, commencé à modifier le paysage urbain en dessinant des gratte-ciel.

Le meilleur de L'ancien

  • Real Casa de la Panadería)
  • Palacio de Comunicaciones
  • Edificio Metrópolis
  • Sociedad General de Autores y Editores
  • Palacio Real
  • Plaza de Toros Monumental de las Ventas

Le meilleur du contemporain

  • Centro de Arte Reina Sofía
  • Terminal T4, aéroport Barajas
  • Hotel Puerta América
  • Antigua Estación de Atocha
  • Caixa Forum

Art

La capitale espagnole est l'une des plus importantes villes artistiques en Europe. L'art est profondément ancré dans la société madrilène depuis 1561, lorsque Philippe II y déplaça la cour royale. La plupart des artistes qui y vécurent et y travaillèrent alors n’étaient pas Madrilènes, comme le peintre crétois Domenikos Theotokopoulos (1541–1614), connu sous le nom d'El Greco (le Grec). La glorieuse période de l'art espagnol, le Siècle d'or, compte peu d'artistes madrilènes, même si la capitale abrite aujourd'hui beaucoup de grandes œuvres comme celles de José de Ribera (1591–1652) et de Murillo (1618–1682). L'artiste le plus célèbre de cette époque reste le sévillan Diego Velázquez (1599–1660), qui deviendra le peintre officiel de la cour. Au XVIIesiècle, les artistes du baroque tardif ont été regroupés de manière relativement aléatoire dans ce que l'on appelle l’école de Madrid. Après que le roi Charles IV ait nommé Goya peintre de cour en 1799, il s'exprima sans concession et son art devint presque impitoyable, comme vous pourrez le voir dans certaines œuvres exposés au Prado. Le Madrilène Juan Gris (1887–1927), porte-drapeau du mouvement cubiste, côtoya son compatriote Picasso (1881–1973) né en Andalousie, qui étudia quelque temps à Madrid.
Madrid a toujours attiré l'attention des amateurs d'art européens car elle offre unegrande variété de styles artistiques. Principal pôle artistique, le Paseo del Prado abrite trois musées d'envergure internationale : le Prado, le Reina Sofía et le Thyssen, comme les appellent les habitants. Les grandes expositions temporaires sont de véritables événements qui viennent compléter les collections permanentes déjà impressionnantes. Certaines galeries d'art combleront également les amateurs.

Les plus grands Musées

  • Musée du Prado
  • Centro de Arte Reina Sofía
  • Museo Thyssen-Bornemisza
  • Real Academia de Bellas Artes de San Fernando

D'autres incontournables

  • Museo Lázaro Galdiano
  • Museo Sorolla
  • Museo Municipal de Arte Contemporáneo
  • Museo de la Escultura Abstracta
  • Galería Moriarty

Tauromachie

Spectacle héroïque de sang et de sable, ou « sport » cruel et barbare n'ayant pas sa place dans l'Europe moderne ? Cette tradition espagnole ancestrale et controversée est tout cela à la fois et bien plus. Elle a été immortalisée en littérature (notamment par Ernest Hemingway dans Le soleil se lève aussi et Mort dans l'après-midi) et en art, avec les formes cubistes de Picasso qui reproduisent parfaitement cette discipline artistique déconcertante et étrangement élégante. C'est peut-être Hemingway qui en parle le mieux, en la décrivant comme un « merveilleux cauchemar ».
Quel que soit votre avis, la corrida fait partie intégrante de la vie madrilène, en particulier pendant la saison d'un mois qui se tient chaque année sur la Plaza de Toros Monumental de las Ventas et s'ouvre avec la Fiesta de San Isidro, le 15 mai. Il s'agit de la plus grande saison tauromachique au monde, dans l'arène la plus prestigieuse d'Espagne : quand les toreros font une performance remarquée à Las Ventas, leur carrière est faite.
La corrida réunit généralement six taureaux et trois grands toreros vêtus de leur éblouissant traje de luces (habit de lumière), ainsi que leur équipe (cuadrilla) respective. Le spectacle touche certes à la mort, mais l'ambiance dans l'arène est festive, avec une fanfare jouant des paso doble, des célébrités et des aficionados sur leur trente et un et le vin qui coule à flots.
Pour mieux comprendre le point de vue des Espagnols sur la tauromachie, la liste des prochaines corridas et leur compte rendu figurent dans la rubrique « culture » (et non « sport ») des journaux.

Football

En matière de records sportifs, le Real Madrid est sans égal, et vous ne devriez sous aucun prétexte négliger la visite de l'Estadio Santiago Bernabéu. Si vous êtes fan de football, votre passage ici pourrait prendre la dimension d'un pèlerinage, et assister à un match (la saison va de septembre à mai) est une expérience inoubliable.
À la fin des années 1990 et au début des années 2000, le Real Madrid est devenu synonyme de glamour et de stars. Sous la présidence du magnat du bâtiment Florentino Perez, l’équipe la plus chère de tous les temps a raflé de nombreux titres, ce qui lui a valu le surnom de « Los Galácticos ». Tout s'est effondré entre 2003 et 2006 (la plus longue période sans trophée dans toute l'histoire du club), jusqu’à la démission de Perez en 2006. Si le Real Madrid a remporté La Liga en 2007 et 2008, il a fallu attendre 2009, après une autre saison sans grande victoire, pour que les choses commencent à changer. Perez a repris la présidence du club et a commencé à acheter « Los Galácticos II », pulvérisant les propres records du Real Madrid en matière de transfert, avec Kaká (65 millions d'euros), puis Cristiano Ronaldo (93 millions d'euros). Reste à savoir si cela se traduira par une nouvelle ère de gloire.
Les visiteurs sont néanmoins souvent surpris de voir qu’à Madrid, une proportion importante de la population déteste le Real Madrid et soutient en fait l'autre équipe de la capitale, l'Atlético Madrid, la troisième équipe la plus victorieuse de l'histoire espagnole. L'Atlético compte des supporters fervents, qui considèrent les rojiblancos (les « rouge et blanc ») comme la vraie équipe de Madrid, contrairement aux méprisables et aristocratiques Madridistas d’à côté.

Le Madrid gay et lesbien

Madrid est l'une des villes au monde où les homosexuels sont les mieux acceptés. Sa tolérance et sa vie nocturne débridée en font une destination très prisée des voyageurs homosexuels. Depuis la loi adoptée par le Congrès espagnol en juin 2005, le mariage homosexuel jouit de la même protection juridique que celui hétérosexuel, ce qui inclut le droit à l'adoption et à l'héritage. La loi a reçu un accueil très défavorable des conservateurs, en particulier de la part du clergé catholique espagnol, autrefois puissant. Les sondages d'opinion ont montré que cette réforme était soutenue par plus des deux tiers des Espagnols.
Chueca est le centre névralgique de la communauté gay madrilène et espagnole, et l'un des barrios les plus branchés et animés de la capitale. Les restaurants, cafés et bars clairement orientés vers une clientèle gay et lesbienne abondent, et les vidéoclubs, librairies et sex-shops spécialisés continuent de revigorer ce quartier autrefois en ruine. On trouve sur place plusieurs hôtels où les homosexuels sont les bienvenus.
Le défilé de la fierté gay, lesbienne et transsexuelle se tient le dernier samedi de juin : homosexuel ou non, vous profiterez de l'ambiance festive dans la ville si vous séjournez à cette période. Le bimensuel Shanguide et Mapa Gaya de Madrid fourmillent d'informations culturelles et de petites annonces. Disponibles à Berkana (91 522 55 99 ; Calle de Hortaleza 64, Chueca).

Les meilleurs bars gays

  • Mamá Inés
  • Café Acuarela
  • Antigua Casa Ángel Sierra
  • Susan Club
  • Diurno

Les meilleurs clubs gays

  • Why Not ?
  • Local Café Bar Lounge
  • Cool

Espaces verts

Les étroites venelles du centre de Madrid sont trompeuses, car c'est l'une des capitales les plus verdoyantes d'Europe. Une photo aérienne de Madrid révèle de vastes étendues de verdure qui peuvent offrir une bien agréable parenthèse au milieu du tumulte et de la circulation parfois étouffants.
Certains barrios sont plus verts que d'autres, et ce n'est pas un hasard si les rues bordées d'arbres de Chamberí et Salamanca sont les quartiers du centre-ville les plus agréables à vivre (et donc les plus chers). Le Paseo de la Castellana (le Paseo del Prado et le Paseo de los Recoletos), qui traverse le centre-ville comme une rivière, était autrefois un petit ruisseau à la périphérie est de Madrid : les nombreux arbres qui restent en font l'un des boulevards les plus luxuriants d'Europe. De là, des kilomètres de feuillage grimpent vers l'est. De l'autre côté de la ville, Madrid descend du Palacio Real et s’éloigne vers l'ouest en une étendue apparemment infinie de verdure luxuriante.
Ces espaces verts sont de véritables aimants à Madrilènes et, quand il fait beau, les parcs sont joyeusement animés de promeneurs et d'artistes de rue.

Les meilleurs parcs publics

  • Parque del Buen Retiro
  • Parque del Oeste
  • Casa del Campo via le Teleférico

Les plus beaux jardins publics

  • Real Jardín Botánico
  • Jardines de Sabatini
  • La Rosaleda (Parque del Buen Retiro)

Concerts et flamenco

La scène musicale madrilène n'a jamais été aussi florissante. Madrid devient une halte de plus en plus incontournable pour les stars internationales en tournée européenne, qui se produisent parfois dans les arènes de la Plaza de Toros Monumental de las Ventas. Mais la scène jazz, flamenco et rock, qui bat son plein tout au long de l'année, fait le bonheur d'un public avisé et aimant la musique.
À Madrid, le flamenco opère à deux niveaux. Tout d'abord, les tablaos (lieux proposant un dîner-spectacle) qui offrent des représentations de flamenco de grande qualité presque tous les soirs et constituent une formidable introduction à cet art. Sachez que les aficionados espagnols fréquentent de petits bars enfumés où le flamenco est plus brut et spontané, ou bien vont danser sur des airs de flamenco dans des discothèques.
Le jazz est un autre pilier de la nuit madrilène. Vous trouverez des clubs de jazz un peu partout, mais Huertas est sa véritable patrie, avec des lieux intimes et pleins à craquer qui attirent des artistes locaux et internationaux. Le rock n'a pas de quartier attitré. Chamberí abrite Honky Tonk et Clamores, mais c'est à Malasaña que l'on peut entendre du rock sous toutes ses formes, quand la musique s’échappant des bars vient grossir la clameur de la rue.

Le meilleur du flamenco

  • Cardamomo
  • Villa Rosa
  • Casa Patas
  • El Juglar
  • Almonte
  • El Callejón

Les meilleurs clubs de jazz

  • Café Central
  • El Berlín Jazz Café
  • Populart
  • Sol y Sombra
  • El Junco Jazz Club

Restaurants et cafés

Madrid est un endroit idéal où dîner, et les Madrilènes étant de fins gastronomes, seuls les établissements de qualité tiennent la distance. La cuisine régionale espagnole est réputée dans le monde entier, et la capitale propose des spécialités des quatre coins du pays. Des saveurs internationales ont fait leur apparition, le palais des Espagnols devenant plus aventureux.
C'est à Malasaña et Chueca qu'ont lieu les plus grandes innovations, mais La Latina, Lavapiés, Huertas et Chamberí suivent. Salamanca, le Paseo del Prado et El Retiro abritent des restaurants raffinés au climat feutré.
L'ambiance qui accompagne le dîner est tout aussi importante que la myriade de saveurs proposées. C'est ce qui a élevé Madrid au rang de grande capitale culinaire. Manger n'est pas un simple passe-temps coincé entre deux rendez-vous. C'est l'un des plus délicieux plaisirs de la vie, que l'on prend le temps de savourer entre amis, autour d'un ou deux verres de vin.
Capitale du monde hispanophone, Madrid abritait jadis de nombreux cafés littéraires. Certains existent encore autour de la Glorieta de Bilbao et le long du Paseo de los Recoletos.

Les meilleurs restaurants de nouvelle cuisine

  • A Dos Velas
  • Ene Restaurante
  • La Musa
  • Nina
  • Taberna Matritum
  • Bazaar
  • El Original

Les meilleurs grands restaurants

  • Restaurante Sobrino de Botín
  • Lhardy
  • La Gastroteca de Santiago
  • Sula
  • Santceloni
  • Sergi Arola Gastro

Les meilleurs restaurants végétariens

  • La Isla del Tesoro
  • El Estragón
  • Al Natural
  • Yerbabuena
  • Restaurante Integral Artemisa

Les grands cafés les plus emblématiques

  • Café Comercial
  • Gran Café de Gijón
  • Café-Restaurante El Espejo
  • El Parnasillo
  • Café del Círculo de Bellas Artes

Tapas

Sortir manger des tapas – à l'apéritif ou pour tout un repas – est sans doute la tradition la plus attachante d'Espagne, et Madrid est l'une des meilleures villes où les déguster.
À Saint-Sébastien ou Séville, les tapas sont généralement à base de spécialités locales. L'intérêt des tapas madrilènes réside dans leur variété. La cuisine de toutes les régions – en particulier le Pays basque, la Galice et l'Andalousie – est représentée, souvent dans le même bar. Arrosez le tout d'un vin espagnol et vous tomberez amoureux de Madrid.
Dans la capitale espagnole, les tapas se présentent sous la forme d'une sélection de bouchées ou bien de raciones, une assiette entière de tapas de même sorte. Dans un bar proposant des raciones, vous pouvez prendre une petite assiette et vous servir ou montrer du doigt les bouchées de votre choix. Dans ce cas, il faut vous souvenir de ce que vous avez mangé (en conservant par exemple les cure-dents) et le dire au serveur au moment de payer. Si vous appréciez particulièrement quelque chose, vous pouvez en prendre une media ración (moitié de portion) ou même une ración entière – la plupart des bars disposent d'une carte de ce qui est disponible. Parfois, vous vous verrez offrir une petite tapa gratuite en commandant une boisson.
Si les Espagnols ont bien mangé à midi, ils peuvent choisir de tapear ou ir de tapeo le soir. Le dimanche, à partir de 13h, est un bon moment pour tapear.

Les meilleurs Choix de Tapas

  • Casa Lucas
  • Bocaito
  • Los Gatos
  • Juanalaloca
  • Casa Alberto

Les meilleures tapas régionales

  • Biotza
  • Sagaretxe
  • Txakolina
  • La Trucha
  • Maceiras
Mis à jour le : 8 avril 2014
Vizeat

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir Madrid et le centre de l'Espagne