-->

Crète : Histoire

6500 av. J.-C

Les premiers habitants de la Crète chassent, pêchent et honorent leurs ancêtres.

3000 av. J.-C.

Les immigrants venus d’Afrique du Nord et les Levantins introduisent le bronze. Période prépalatiale ; début du commerce et développement de la fabrication des poteries et des bijoux.

2O00 av. J.-C.

Construction des premiers palais à Cnossos, Phaistos, Malia et Zakros. Apogée de la civilisation minoenne ; amélioration des techniques de production des poteries, avancées architecturales et apparition de la première écriture crétoise.

1700 av. J.-C.

Destruction des palais minoens, probablement par un séisme. Les Minoens les reconstruisent en adoptant une architecture plus complexe.

1450 av. J.-C.

Interruption brutale et inexpliquée de la culture minoenne. Destruction des palais (sauf celui de Cnossos), sans doute par un gros tsunami consécutif au séisme de Santorin (Thíra).

1400 av. J.-C.

Invasion de la Crète par les Mycéniens et construction de nouvelles cités. Épanouissement de la fabrication des armes et déclin des arts.

1100 av. J.-C.

Prise des villes mycéniennes par les Doriens. Division de la société en plusieurs classes. Une démocratie rudimentaire succède à la monarchie.

431-386 av. J.-C.

Tandis que la Grèce plonge dans la guerre du Péloponnèse, la Crète fait face à ses propres batailles. Violent séisme en 386 av. J.-C.

67 av. J.-C.

Conquête de la Crète par les Romains. Gortyne devient la nouvelle capitale. La fin des luttes internes inaugure une nouvelle ère de paix.

63

Visite de saint Paul et introduction du christianisme.

250

Massacre des premiers martyrs chrétiens, les Agii Deka (Dix Saints), dans le village du même nom. Début des persécutions chrétiennes.

395

Partage de l’Empire romain. La Crète, contrôlée par Byzance, devient une province autonome et Gortyne, son centre administratif et religieux.

824

Conquête de la Crète par les Arabes. La réputation criminelle de l’île grandit, l’économie chancelle et la vie culturelle se fane.

1204

Après le sac de Constantinople, la Crète est vendue à Venise, qui entreprend la construction de villes et de fortifications – à Rethymnon, La Canée, etc.

1363

Les Vénitiens répriment promptement la révolte des chefs féodaux (vénitiens et crétois) et leur tentative d’établissement d’un État indépendant.

1453

Prise de Constantinople. Les lettrés byzantins s’enfuient en Crète, initiant une renaissance de l’art byzantin. Émergence de l’école crétoise de peinture d’icônes.

1669

Après avoir repoussé l’ennemi pendant 21 ans, Candie (Héraklion) finit par tomber. Les Ottomans contrôlent toute la Crète, sauf Spinalonga et Souda (qui capituleront en 1715). Construction des mosquées et monuments ottomans.

1821

Début de la guerre d’Indépendance grecque.

1830

Les grandes puissances cèdent la Crète à l’Égypte. L’ère égyptienne apporte des progrès – égalité des religions, construction d’écoles et d'équipements.

1832

Le traité de Londres proclame l’indépendance du royaume de Grèce ; le prince bavarois Otton Ier, alors adolescent, est désigné pour occuper le trône.

1900

Sir Arthur Evans commence les fouilles à Cnossos. Le palais est mis au jour. La découverte de la civilisation minoenne stupéfie le monde de l’archéologie.

1913

Traité de Bucarest. Unification officielle de la Grèce et de la Crète.

1941

L’Allemagne envahit la Grèce ; les troupes alliées volent à la rescousse de la Crète. L’Allemagne lance une attaque aéroportée pour prendre l’aéroport de Maleme, à l’ouest de La Canée, dans la fameuse bataille de Crète. Les Alliés évacuent Hora Sfakion.

1967

Coup d’État des colonels, qui instaurent la loi martiale.

1981

La Grèce devient le 10e membre de la CEE.

2002

Intégration de la Grèce dans la zone euro. L’euro remplace la drachme.

2004

Athènes organise avec succès les Jeux olympiques.

2007

Réélection de la Nouvelle Démocratie, le parti de Kostás Karamanlís, plusieurs semaines après des incendies dévastateurs.

2008

Nombreuses grèves générales et manifestations massives contre la proposition de réforme du travail et des retraites, ainsi que contre les projets de privatisations censés réduire la dette publique. En décembre, émeutes de jeunes à Athènes et dans tout le pays suite à la mort d’un ado de 15 ans, tué par les forces de police.

2009

Le 4 octobre, le PASOK (parti social-démocrate) obtient 43,94% des suffrages aux élections législatives. Geórgios Papandréou, secrétaire général du PASOK, devient Premier ministre. La tâche est lourde : la Grèce, endettée, traverse une grave crise et subit la pression de l'Union européenne, qui craint pour sa stabilité monétaire.

2010

En échange d'une aide financière massive du FMI (c'est la première fois que cet organisme est sollicité pour un pays de la zone euro) et de l'Union européenne, le gouvernement socialiste met en place un plan d'austérité : lutte contre une très forte fraude fiscale, coupes sévères dans le budget d’un service public surdimensionné, hausse de nombreuses taxes. Forte mobilisation sociale sans précédent contre ce plan de rigueur.

2011

La crise de la dette en Grèce doublée de la crise économique européenne contraint le premier ministre Geórgios Papandréou à démissionner. Il est remplacé par Lucas Papademos, ancien vice-président de la Banque centrale européenne. Ce dernier doit désormais superviser la mise en oeuvre de l'accord européen, en lancant les réformes qui conditionnent l'aide européenne, notamment la décôte de 50% de la dette grecque.

Mis à jour le : 11 novembre 2012

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide de référence, à la fois pratique et culturel, pour découvrir la Crète