-->

Dublin : Si vous aimez

Quelles que soient vos inspirations – taper du pied sur de la musique traditionnelle, hurler dans l'ambiance survoltée d'un match de football gaélique ou s'abandonner à ce plaisir éminemment dublinois qu'est la causette au pub –, la capitale irlandaise et ses environs ne manquent pas d'attraits. Le plus difficile reste de choisir !

Prendre un verre

À chaque ville sa spécialité. à Dublin, l'expérience incontournable, c'est le pub, sans quoi il manquera à votre séjour quelque chose d'authentique. Avec près de 900 adresses, il y en a forcément pour tous les goûts. Où que vous soyez dans le centre de la capitale irlandaise, vous trouverez un pub sympa et pourrez participer au spectacle des conversations endiablées, aux réflexions métaphysiques seulement compréhensibles après quelques verres, aux concours de blagues et aux chants entonnés à l'improviste avec moult couacs. Et puis il y a la bière, ces pintes ornées de la harpe Guinness remplies de nectar sombre et velouté. Car aussi sophistiqué et cosmopolite que soit devenu Dublin, le pub y reste l'alpha et l'oméga de la vie sociale. N'imaginez pas comprendre cette ville et ses habitants sans avoir passé au moins une fois le seuil d'un pub accueillant pour une soirée pleine de surprises.
Les pubs sont toujours bondés, surtout dans le quartier touristique de Temple Bar, où l'authenticité a souvent été sacrifiée sur l'autel de la fête à tout prix. Vous trouverez de nombreuses adresses traditionnelles, accueillantes et animées aux abords de Grafton St. À SoDa, Wexford/Camden St est le nouveau temple de la branchitude, même si Dawson St, ancien tenant du titre, conserve de beaux restes. Les quais, longtemps emblématiques du Dublin sinistre, comptent quelques excellents pubs qui méritent le détour. Le Dublin georgien offre un éventail séduisant de bars dont beaucoup font le plein à la sortie des bureaux (phénomène sans doute moins rébarbatif que dans d'autres villes).
Inutile de chercher LE meilleur pub de la ville, il n'existe pas et c'est tant mieux. Chacun a ses adresses, mais la plupart des Dublinois s'accordent sur les ingrédients essentiels : ambiance chaleureuse, service de qualité et bière correcte. Évidemment, pour un Dublinois il n'est d'autre bière « correcte » que la Guinness, dont le service est considéré par beaucoup comme un art rarement maîtrisé. Allez juger vous-même par exemple chez Mulligan's, au Grogan's Castle Lounge ou au Sackville Lounge, tous réputés pour leur belle pinte excellemment servie.
Du lundi au jeudi, les pubs cessent de servir à 23h30, les vendredis et samedis à 0h30 et le dimanche à 23h. Passé cette heure, il vous reste une demi-heure pour finir votre verre. Plusieurs bars du centre-ville ont l'autorisation d'ouvrir plus tard. Pour connaître l'actualité des pubs dublinois, consultez www.dublinpubs.ie.

Top 5 des pubs pour…

  • Discuter autour d'une bonne pinte – Grogan's Castle Lounge
  • Bon son et beatniks – Anseo
  • Se faire voir – Bar With No Name
  • Violons et bodhráns – Cobblestone
  • De bonnes tapas – Market Bar

Les meilleurs bars avec DJ

  • Bernard Shaw
  • Dice Bar
  • Village
  • Twisted Pepper
  • Sin É

Pubs remarquables

  • Le plus ancien – Brazen Head
  • Les propriétaires les plus connus (U2) – Octagon Bar

En solo

  • Kehoe's
  • Globe
  • Mulligan's
  • Solas
  • Toner's

Dublin pour les enfants

La ville est assez accueillante pour les enfants, mais la médiocrité des transports impose de beaucoup marcher et les espaces publics où faire une pause sont rares (surtout au nord). Sachez que les moins de 16 ans ne sont pas admis dans les pubs après 19h (même accompagnés de leurs parents). Côté positif, les transports publics sont gratuits pour les moins de 5 ans et les moins de 16 ans bénéficient souvent de réductions sur les visites.
Il y a par ailleurs pénurie de toilettes publiques dans le centre-ville, mais les grands centres commerciaux en possèdent (ainsi que des coins tables à langer). Si l'on voit rarement des mamans donner le sein à Dublin (l'Irlande a l'un des taux d'allaitement maternel les plus bas au monde), vous pourrez le faire un peu partout sans attirer les regards.
De nombreux hôtels peuvent organiser un baby-sitting (10 à 12 € l'heure), et quelques agences proposent les services de baby-sitters professionnelles, plus chers. Vous devrez négocier le tarif avec la baby-sitter, mais la moyenne est d'environ 13-18 €, hors frais de taxi. Parmi les agences spécialisées figurent Belgrave Agency (280 9341 ; 55 Mulgrave St, Dun Laoghaire ; 15 € l'heure plus 21,5% de VAT) et Babysitters Ireland (www.babysitters.ie ; 7a Sweetman Ave, Blackrock ; 12-17 €l'heure). D'excellents ateliers et expositions pour enfants sont proposés par l'Ark (670 7788 ; www.ark.ie ; 11a Eustace St ; tarif variable ; horaires variables), un centre culturel qui leur est dédié.

Les meilleures visites avec des enfants

  • Airfield Trust Gardens
  • Dublin Zoo
  • Dublinia
  • Marlay House et Marlay Park
  • National Aquatic Centre

Les incontournables pour un week-end

  • Dublin City Gallery, Hugh Lane
  • Irish Museum of Modern Art
  • National Gallery of Ireland
  • National Museum
  • Temple Bar Diversions Festival

Architecture

Même si Dublin ne se distingue pas par ses trésors architecturaux, l'héritage de l'époque georgienne fait largement exception. En témoignent de sublimes demeures, des édifices publics, de larges artères, des places élégantes et des jardins conçus entre 1780 et 1830.
Le XXe siècle, en particulier, n'a guère été tendre pour Dublin. On retient la Busáras, la gare routière de style international conçue dans les années 1940 par Michael Scott et, au Trinity College, la Berkeley Library imaginée par Paul Koralek en 1967. Heureusement, le début du XXIe siècle semble avoir été plus bénéfique, notamment dans l'aménagement des Docklands.
Le National Convention Centre (hors), créé par Kevin Roche, est sans doute la plus fascinante des nouveautés bâties sur les docks, mais le Grand Canal Theatre de Daniel Libeskind, qui domine le Grand Canal Dock, n'a rien à lui envier. De nouveaux ponts sur la Liffey méritent également le détour, en particulier le Samuel Beckett Bridge (hors), dernière œuvre en date de Santiago Calatrava, qui enjambe le fleuve entre Sir John Rogerson's Quay et Guild St.
Reflecting City (www.reflectingcity.com) propose des visites virtuelles des grands quartiers en plein renouveau, tandis qu'Archéire (www.irish-architecture.com) est un site très complet sur l'architecture et le design irlandais.

Beautés georgiennes

  • Custom House
  • Four Courts
  • Leinster House
  • Powerscourt Centre
  • Newman House

Les plus beaux ponts

  • Ha'penny
  • Samuel Beckett (hors)
  • James Joyce
  • O'Connell
  • Millennium

Clubs

Passé le moment de folie et d'euphorie qui, à la fin des années 1990, transforma brièvement Dublin en capitale des noctambules, la scène club dublinoise tend aujourd'hui à rester dans la modération. Cependant, le choix reste vaste pour qui veut danser jusqu'au bout de la nuit. La multiplication des bars de nuit où l'on danse et l'on boit sans payer d'entrée a incontestablement sapé le monopole des discothèques. Enfin, parler de nuit est peut-être un peu excessif : parmi les visiteurs, il n'y a guère que les Britanniques pour ne pas s'étonner de ces soirées qui finissent à 2h30 ! À partir de cette heure, vous ferez partie d'une grande famille, celle des chasseurs de taxis.
Tout le monde semble se donner rendez-vous à Temple Bar, où vous trouverez au moins un excellent club. Les paparazzis en herbe retrouveront les people dans les clubs autour de Grafton St. SoDa reste, pour nous, la meilleure destination pour une bonne soirée de danse : du Rí Rá au Tripod, plusieurs clubs variés vous attendent pour bouger, que ce soit sur les tubes du moment ou sur de l'électro. Au nord de la Liffey, Abbey St recèle le tout nouveau Twisted Pepper, l'une des meilleures adresses de la ville.
Pour connaître l'agenda, consultez l'hebdomadaire gratuit Event Guide ou rendez-vous sur www.dublinks.com.

Top 5 des clubs

  • Rí Rá
  • PoD
  • Twisted Pepper
  • Think Tank
  • Button Factory

Top 5 des DJ à suivre

  • Arveene
  • Billy Scurry
  • Bodytonic Crew
  • Mo Kelly
  • Johnny Moy

Top 5 des soirées en club

  • Pogo (Twisted Pepper ; ven)
  • Strictly Handbag (Sugar Club ; ven)
  • Antics (PoD ; sam)
  • Transmission (Button Factory ; sam)
  • Sundays (Ukiyo ; dim)

Les meilleurs clubs où sortir le grand jeu

  • Lillie's Bordello
  • Renard's
  • Rí Rá

Cuisine

Bonne nouvelle pour les gastronomes en goguette à Dublin : le paysage culinaire change, et pour le mieux. Un peu partout, les tables abordables se multiplient, offrant une cuisine de grande qualité à prix raisonnables.
Vous pouvez toujours vous offrir un dîner gastronomique irlandais (ou français) quand vous le souhaitez, mais désormais vous avez aussi le choix entre des saveurs coréennes, népalaises, brésiliennes et d'ailleurs.
Vous trouverez la plus forte concentration de restaurants dans Temple Bar, mais, excepté quelques bonnes adresses, la plupart de ces tables proposent une tambouille sans imagination et des menus touristiques sans intérêt. Cuisine et service sont globalement meilleurs autour de Grafton St, tandis que les restaurants chics sont regroupés autour de Merrion Sq et Fitzwilliam Sq. La rive nord est dominée par les chaînes de fast-foods, même si de bonnes tables commencent enfin à apparaître.
L'Irlande se distingue par la qualité du bœuf, du porc, des poissons et fruits de mer, des produits laitiers et des légumes d'hiver. Nombre de bons restaurants privilégient désormais les produits locaux, qui sont souvent bio et artisanaux.
Pensez à réserver votre table les vendredis et samedis soir, notamment dans le centre.

Top 5 des gourmands

  • Meilleur brunch – Odessa
  • Meilleur sandwich à emporter – Bottega Toffoli
  • Meilleure cuisine sans prétention – Honest to Goodness
  • Meilleur déjeuner – Gruel
  • Meilleure dépense somptuaire – Patrick Guilbaud

Top 5 pour les produits locaux

  • Green Nineteen
  • Juniors
  • L'Ecrivain
  • People's Park Market
  • Temple Bar Farmers Market

Football gaélique

Le hurling et le football gaélique (à ne pas confondre avec l'autre football), principales disciplines de la Gaelic Athletic Association (www.gaa.ie), sont extrêmement suivis par les Irlandais. Si le hurling est plus élégant, Dublin n'a d'yeux que pour le football, qui se joue avec un ballon rond (semblable à celui de l'autre) avec passes au pied (comme dans l'autre) ou à la main, comme au rugby. Pour une expérience authentique et fascinante, rendez-vous à Croke Park afin d'assister à un match de l'équipe du comté de Dublin comptant pour l'All Ireland Championship, qui a lieu du mois d'avril au troisième dimanche de septembre.
Les « Dubs » – au maillot bleu clair et bleu foncé – sont la locomotive du football gaélique et ont remporté le championnat à 22 reprises, juste derrière leurs grands rivaux de Kerry. Leurs supporters sont pour le moins turbulents : s'ils ne chantent pas « Molly Malone » ou « Dublin in the Rare Auld Times », c'est qu'ils hurlent à l'adversaire toutes sortes de noms d'oiseaux.

Les meilleurs joueurs

  • Anton O'Toole
  • Jimmy Keaveney
  • Brian Mullins
  • Paul Curran
  • Ciaran Whelan

Les meilleurs matchs depuis 35 ans

  • Dublin-Meath, 1991
  • Dublin-Mayo, 2006
  • Dublin-Kerry, 1978
  • Dublin-Kildare, 2009
  • Dublin-Kerry 1977

Parcs et jardins

Dublin recèle plusieurs sublimes jardins georgiens tirés au cordeau, et l'un des plus vastes parcs urbains au monde. Le merveilleux Phoenix Park, qui compte 709 ha, est plus grand que les principaux parcs londoniens réunis. Des daims, un zoo, une pléthore de terrains de sport, une résidence présidentielle…
Sans être aussi étendus, les parcs georgiens de la capitale irlandaise sont aussi impressionnants. St Stephen's Green est le plus couru de Dublin. Par une belle journée d'été, le défi est d'y trouver un coin où s'installer parmi la foule qui prend d'assaut ses pelouses magnifiquement tenues. Merrion Sq est sans doute plus beau encore, et Fitzwilliam Sq, quoique petit, affiche des proportions parfaites, mais notre préférence va aux Iveagh Gardens, relativement méconnus qui, quoique à deux pas de St Stephen's Green, vous offriront calme et tranquillité.

Top 5 des activités au vert

  • Un match de cricket, en été, au Trinity College
  • Donner à manger aux canards de St Stephen's Green
  • Un concert à l'heure du déjeuner, l'été, au kiosque de St Stephen's Green
  • Lire le trait d'esprit inscrit sur la statue d'Oscar Wilde dans Merrion Sq
  • Un match de polo au Phoenix Park

Top 5 pour les amoureux

  • Les rochers de St Stephen's Green
  • Le paisible parc central de Merrion Sq
  • Au fond des Iveagh Gardens
  • Près du terrain de polo de Phoenix Park – de jour uniquement !
  • N'importe où à Fitzwilliam Sq

Dublin gay et lesbien

Les homosexuels sont plutôt bien intégrés à Dublin, mais davantage de discrétion est recommandée dans les banlieues. Si vous êtes importuné dans la rue, n'hésitez pas à contacter le Gay and Lesbian Garda Liaison Officer (officier de liaison de la police pour les gays et lesbiennes, 666 9000) ou la Sexual Assault Unit (unité de lutte contre les agressions sexuelles, 666 6000, poste de la Garda de Pearse St).
Il existe diverses ressources utiles aux voyageurs LGBT :
  • Gay Switchboard Dublin (872 1055 ; www.gayswitchboard.ie ; 7h30-21h30 lun-ven, 15h30-18h sam). Cette équipe bénévole et serviable fournit toutes sortes de conseils, de l'hébergement aux questions juridiques.
  • National Lesbian and Gay Federation (NLGF ; 671 9076 ; 2 Scarlet Row, Temple Bar). Publie Gay Community News (www.gcn.ie), un mensuel d'actualités et de société gratuit.
  • Outhouse (873 4932 ; www.outhouse.ie ; 105 Capel St). Ce centre d'information gay, lesbien et bisexuel est une excellente étape pour savoir ce qui se passe en ville, consulter les panneaux d'annonces et faire des rencontres. Il publie les Pink Pages pour l'Irlande, un annuaire gratuit des services orientés vers les gays, accessible également en ligne.

Les meilleurs événements gays et lesbiens

  • Mardi gras
  • International Dublin Gay Theatre Festival
  • Lesbian and Gay Film Festival (www.gaze.ie)

Les meilleures soirées gays

  • Dolly Does Dragon (Dragon, lun)
  • Space ‘N’ Veda (George, mer)
  • Panti Show (Panti Bar, jeu)
  • Bingo (George, dim)

James Joyce

Bien que James Joyce soit considéré comme le plus grand écrivain irlandais de tous les temps, rares sont ceux qui ont simplement essayé de le lire du fait de la difficulté que présentent ses deux œuvres majeures, Ulysse et Finnegans Wake. Pourtant, James Joyce le mérite bien (ainsi, sans doute, que le prix Nobel qui lui a toujours échappé), ne serait-ce que pour ses Gens de Dublin, sublime recueil que tout visiteur de Dublin serait bien avisé de lire : ces nouvelles forment un portrait du tempérament de la ville qui reste aussi intime et fidèle aujourd'hui que lorsque Joyce les écrivit il y a un siècle.
De son vivant et même quelques années encore après sa mort, Joyce fut maltraité par la censure irlandaise, mais de l'eau a coulé sous les ponts : en ces temps plus ouverts d'esprit (et plus commerciaux), il est promu comme LE grand génie littéraire dublinois et l'office du tourisme ne se prive pas d'exploiter le Bloomsday et tout ce qui a trait à l'écrivain.
Le 16 juin, les fous de Joyce envahissent les rues pour une reconstitution du trajet de Leopold Bloom à travers Dublin dans Ulysse. Revêtez vos plus beaux atours édouardiens pour participer à ce Bloomsday, avec lectures, mises en scène et festins de gorgonzola et de bourgogne. Entre autres foyers d'activité, rendez-vous au James Joyce Museum de Sandycove, où commence Ulysse, à la pharmacie Sweny's Chemist, au pub Davy Byrne's et à la National Library.

Top 5 des adresses joyciennes

  • James Joyce House of the Dead
  • Leopold & Molly Bloom's House
  • Davy Byrne's
  • James Joyce Cultural Centre
  • James Joyce Museum

Pour découvrir James Joyce

  • Un roman autobiographique : Portrait de l'artiste en jeune homme (Gallimard, coll. « Folio classique » n°2432, 1992)
  • Un film : Gens de Dublin (comédie dramatique de John Huston, 1987)
  • Une œuvre : Ulysse (Gallimard, coll. « Folio », n°4457, 2006)
  • Un recueil de poésie : Poèmes (bilingue, Gallimard, éd. Du monde entier, 1979)
  • Une citation : « Les erreurs sont les portes de la découverte »

Musique

La ville est une rockeuse, mais elle danse aussi la jig (gigue) et le reel.
Sur des scènes modestes comme le Vicar Street ou des salles à la pointe des technologies comme le nouvel O2, des concerts de tout style vous attendent presque tous les soirs.
Si Dublin n'est pas le creuset de la musique traditionnelle, de nombreux pubs accueillent des « sessions » programmées ou improvisées auxquelles assistent une majorité d'étrangers, bien plus friands du genre que les Dublinois, qui tapent du pied avec enthousiasme sur des performances virtuoses. La Comhaltas Ceoltóirí Éireann est le QG de la musique et de la danse traditionnelles : le céilí (bal de danse irlandaise) du vendredi soir sera le clou de votre séjour à Dublin.
Smithfield abrite deux des meilleurs bars traditionnels de la ville, le Cobblestone et le Hughes' Bar, adresses incontournables pour plonger dans une ambiance à l'ancienne.
Pour rapporter un peu de musique irlandaise dans vos bagages, rendez-vous chez Claddagh Records, où vous trouverez un choix imposant et un personnel accueillant et bien informé qui vous aidera à faire la différence entre jig et reel, bodhrán (tambour irlandais) et bouzouki.

Top 5 des albums de musique traditionnelle

  • The Quiet Glen (Tommy Peoples)
  • Paddy Keenan (Paddy Keenan)
  • Compendium : The Best of Patrick Street (divers artistes)
  • The Chieftains 6 : Bonaparte's Retreat (The Chieftains)
  • Old Hag You Have Killed Me (The Bothy Band)

Top 5 des chansons sur Dublin

  • « Raglan Road » (Luke Kelly and the Dubliners)
  • « Old Town » (Phil Lynott)
  • « One » (U2)
  • « The Auld Triangle » (The Pogues)
  • « I Don't Like Mondays » (Boomtown Rats)

Shopping

Les enseignes de chaînes britanniques et américaines dominent le shopping en Irlande, mais de nombreuses boutiques indépendantes vendent des produits de très belle qualité fabriqués sur place. Vêtements de créateurs irlandais, bijoux artisanaux, articles de maison étonnants ou fromages excellents sont proposés un peu partout – il suffit de savoir où aller. Si les amateurs de souvenirs trouveront toujours magnets Guinness et torchons ornés de trèfles, des boutiques d'artisanat d'un nouveau genre proposent des objets uniques ou en édition limitée. Les produits irlandais emblématiques, comme le cristal et la laine, restent très appréciés : vous les trouverez en version classique ou revisitée.
C'est dans et autour de Grafton St que se concentrent les meilleurs grands magasins et chaînes d'habillement ou de musique. Juste à l'ouest, le dédale de ruelles appelé SoDa regroupe boutiques spécialisées et adresses branchées. Pour les disquaires, la mode vintage, les bibelots farfelus et les marchés, direction Temple Bar. Au nord de la Liffey, Henry St, qui croise O'Connell St, est dédiée aux grandes chaînes et aux grands magasins de moyenne gamme. Les amateurs d'antiquités fileront dans Francis St.
Les magasins ouvrent généralement de 9h-10h à 18h du lundi au samedi (jusqu'à 20h le jeudi) et de 12h à 18h le dimanche. Presque tous acceptent les cartes de crédit, et les distributeurs de billets sont nombreux.

Top 5 du « made in Ireland »

  • Avoca Handweavers
  • Barry Doyle Design Jewellers
  • Cathach Books
  • Louis Copeland
  • Sheridan's Cheesemongers

Top 5 des boutiques de musées

  • Chester Beatty Library
  • Dublin Writers Museum
  • Irish Museum of Modern Art
  • National Gallery
  • Trinity Library Shop

Top 5 des boutiques

  • Chica
  • Alias Tom
  • Smock
  • Costume
  • Cleo

Top 5 des marchés de Dublin

  • Cow's Lane Designer Mart
  • Coppinger Row Market
  • Moore Street Market
  • George's Street Arcade
  • Blackrock Market

Théâtre

Les Dublinois vivent une véritable histoire d'amour avec le théâtre, et l'art dramatique semble couler dans leurs veines. Voilà probablement pourquoi les dramaturges Oliver Goldsmith, Oscar Wilde et George Bernard Shaw ont pu conquérir le monde du théâtre londonien avant même que n'existe un vrai théâtre irlandais. Si Dublin et les planches sont liés de longue date (le premier théâtre fut fondé en 1637), il fallut attendre le mouvement du renouveau celtique, à la fin du XIXe siècle, et la création de l'Abbey Theatre pour que la scène dramatique irlandaise prenne son envol.
Des années de marasme suivirent le succès des grands dramaturges que furent Wilde, Yeats, Shaw et Beckett, mais le théâtre irlandais semble aujourd'hui renaître. L'Abbey a trouvé ses stars en Conor McPherson et Mark O'Rowe, tandis que le Gate joue à guichets fermés des productions de haut vol avec souvent un ou deux grands noms : il n'est pas rare de voir une star hollywoodienne sur ses planches.
Pour un autre genre de théâtre, quelques compagnies récentes montent des pièces contemporaines qui invitent à la réflexion, souvent dans des espaces plus petits, voire des salles de pubs aménagées. Pensez par exemple à Rough Magic (www.rough-magic.com).
Vous pouvez généralement réserver par téléphone en donnant un numéro de carte bancaire et récupérer vos places juste avant le spectacle. Comptez en général entre 12 et 20-25 €. La plupart des pièces commencent entre 20h et 20h30. Renseignez-vous sur www.irishtheatreonline.com.
Mis à jour le : 8 avril 2014
Vizeat

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Sur la route, itinéraires clés en main : tout pour partir à l'aventure au volant le long de routes mythiques