-->

Sardaigne : Comment circuler

Se déplacer en Sardaigne

Si possible, vous avez tout intérêt à venir avec votre propre véhicule en Sardaigne. Toutefois, même si parcourir l'île en transports publics est compliqué et demande du temps, cela reste possible. De manière générale, préférez les bus aux trains, qui sont souvent plus lents et nécessitent de faire de longs changements.
Le site www.getaroundsardinia.com (en anglais) fournit des informations utiles pour se déplacer sur l'île sans voiture.

Avion

Étant donné la taille de la Sardaigne, les vols intérieurs ne sont pas forcément la solution la plus pratique. Meridiana (892928 ; www.meridiana.it) assure toutefois un vol quotidien entre Cagliari et Olbia. Il dure 35 minutes et coûte entre 30 € et 90 €.

Bateau

Les excursions en bateau sont un moyen prisé d’explorer le littoral sarde, surtout en été. Vous devrez également prendre un ferry pour rejoindre l’Isola di San Pietro, au large de la côte sud-ouest de la Sardaigne, et l’Isola di La Maddalena, au nord.
En hiver, les liaisons sont bien moins fréquentes : renseignez-vous à l’avance. Si vous souhaitez embarquer avec votre véhicule en été, pensez à venir assez tôt : les bateaux se remplissent vite.
Les excursions maritimes sont en général possibles de fin mars ou début avril à octobre. L’idéal pour rejoindre les sites côtiers difficiles d’accès de l’intérieur des terres.
L’excursion la plus prisée longe le Golfo di Orosei de Cala Gonone à Santa Maria Navarrese. Vous pourrez aussi découvrir les îles de l’Arcipelago di La Maddalena en partant de Palau. 
Depuis Porto San Paolo, au sud d’Olbia, des bateaux longent la côte et poussent jusqu’à l’Isola Tavolara. Depuis Alghero, des circuits conduisent à Capo Caccia et à la Grotta di Nettuno ; d’autres partent de la péninsule du Sinis pour l’Isola di Mal di Ventre.
Les excursions se font en général à bord d’embarcations à moteur ou de ferries, mais le voilier est une option à ne pas négliger. 
Enermar (0789 70 84 84 ; www.enermar.it), Saremar (199 118877 ; www.saremar.it) et Delcomar (0781 85 71 23 ; www.delcomar.it) relient Palau à l’Isola di La Maddalena. En été, des bateaux partent toutes les 30 min. La traversée de 15 min coûte 6,80 € par personne ou 16,50 € avec une petite voiture.
Saremar assure jusqu’à 15 liaisons quotidiennes entre Portovesme et Carloforte, sur l’Isola di San Pietro. Saremar relie également Carloforte et Calasetta sur l’île voisine, l’Isola di Sant’Antioco.
Delcomar propose des traversées de nuit de Portovesme à Carloforte, et entre Carloforte et Calasetta.

Bus

Le transporteur sarde principal est l'Azienda Regionale Sarda Trasporti (ARST ;800 865 042 ; www.arst.sardegna.it, en italien), il assure la plupart des trajets locaux et longues distances. Il gère également quelques chemins de fer privés, à l'image du trenino verde (voir ci-contre).

  • Chaque grande ville de province possède sa station de bus ARST, située en général dans le centre-ville, sauf à Nuoro. Ces stations peuvent parfois être utilisées par les autres compagnies. Dans les petites localités, les bus interurbains s'arrêtent à la fermata (arrêt), dont l'emplacement n'est pas toujours facile à repérer.
  • Vous devrez acheter vos billets avant de monter dans le bus, soit à la station, soit dans un café, un tabacchi, ou encore au kiosque à journaux le plus proche. Quand ils sont vendus à bord, ils coûtent un peu plus cher.
  • Sur certaines lignes, les liaisons se raréfient ou ne fonctionnent ni le dimanche ni les jours fériés. Pensez-y si vous ne voulez pas rester coincé dans un petit village.
  • De nombreuses compagnies privées couvrent les lignes locales et interurbaines, assurant des jonctions entre les petits villages. On peut se rendre à peu près n’importe où sur l’île par les transports publics, mais il faut s’armer de patience (il n’y a souvent qu’un départ par jour). Toutefois, les bus restent plus fiables que les trains.
  • Les horaires sont parfois affichés à l’arrêt, mais ne comptez pas trop dessus.
    Dans les grandes villes, les offices du tourisme peuvent fournir les horaires de leur secteur. Autrement, demandez au bar ou au kiosque à journaux où vous achetez vos tickets.
  • Dans les plus petites villes, vous devrez parfois demander où s’achètent les tickets. 

En stop

Faire du stop présentant des risques dans n'importe quel pays, nous ne vous le recommandons pas.

  • Sachez de plus que les Sardes n'y ont pratiquement jamais recours et, en conséquence, se méfient des auto-stoppeurs.
  • Si vous pratiquez le stop, adoptez une tenue présentable et voyagez léger.
  • Indiquez en italien votre destination sur une pancarte.
  • Laissez de côté le traditionnel signe du pouce qui, en Sardaigne, est un geste d'insulte…

Train

En Sardaigne, le réseau ferroviaire est limité et de nombreux itinéraires s’effectuent plus rapidement en bus. Cela dit, voyager en train est simple et peu coûteux.

  • Vous trouverez l’orario (horaires) sur les panneaux d’affichage de la gare.
  • Les partenze (départs) et arrivi (arrivées) sont clairement indiqués.
  • Notez toutefois que les horaires sont à géométrie variable et que les trains circulent bien moins fréquemment le dimanche. Distinguer bien les horaires feriale (jours ouvrables, du lundi au samedi) et festivo (dimanche et jours fériés).
  • Il n’y a qu’une seule classe dans les trains sardes, 
  • la classe regionale. 
  • Quelques trains proposent cependant des wagons de 1re classe, qui ne se distinguent des autres que par le prix. Seuls ceux qui aiment payer plus cher les emprunteront. 
  • Si vous ne voyagez qu’en Sardaigne, inutile d’acheter une carte Eurail or InterRail. 

Trenitalia (89 20 21 ; www.trenitalia.com) est l’entreprise ferroviaire publique qui gère les linges sardes. La principale relie Cagliari et Oristano, et continue jusqu’à Chilivano-Ozieri, où elle se divise en deux branches. L’une se dirige vers Sassari et Porto Torres au nord-ouest, l’autre vers Olbia et Golfo Aranci au nord-est. De nombreux trains passent également par Macomer, avec des liaisons pour Nuoro.
Azienda Regionale Sarda Trasporti (800 865042 ; www.arst.sardegna.it). L’ARST gère un réseau limité de petits trains privés à voie étroite (servizi ferroviari), ainsi que le trenino Verde.
Trenino verde (070 58 02 46 ; www.treninoverde.com). Ce train touristique de l’ARST circule entre mi-juin et début septembre. Il existe quatre lignes : Arbatax-Mandas (avec des liaisons pour le Mandas-Cagliari), Isili-Sorgono, Bosa Marina-Macomer (relié à la ligne Macomer-Nuoro) et Palau-Nulvi (d’où vous pouvez prendre un train Trenitalia pour Sassari) via Tempio Pausania. En termes de transport, le trenino verde est très lent et dessert peu de destinations. C’est toutefois un excellent moyen de découvrir la campagne sarde spectaculaire et peu accessible que vous ne verriez probablement pas autrement. La ligne Mandas-Arbatax est particulièrement impressionnante.

Transports locaux

Les grandes villes disposent généralement d'un réseau de bus urbain.

  • La plupart du temps, vous n'en aurez pas besoin car les services touristiques, les hôtels, les restaurants et les gares routières sont concentrés dans un périmètre assez restreint.
  • Les billets (autour de 1 € le ticket) s'achètent dans les kiosques à journaux, et les tabacchi proches des arrêts, ou aux endroits indiqués sur les bus.
  • Des navettes relient toujours l’aéroport au centre-ville le plus proche. 

Voiture et moto

Conduire en Sardaigne est assez reposant. En dehors des grandes villes (Cagliari, Sassari, Olbia notamment), et en basse saison, la circulation pose rarement problème et les conducteurs sont plutôt courtois. Dans certains bourgs, vous croiserez peut-être quelques bandes de jeunes filant en direction des boîtes le samedi soir. Autrement, les troupeaux de moutons et les paysages spectaculaires constituent le seul danger.

  • Pour explorer l'île en profondeur, mieux vaut emprunter les strade provinciali (P ou SP sur les cartes). Ces axes, parfois de simples routes de campagne, traversent les paysages les plus beaux et donnent accès à de nombreux bourgs et villages.
  • La majorité des plus belles plages ne sont accessibles que par des routes de terre.
  • La fièvre du deux-roues n'a pas encore contaminé la Sardaigne, même s'il y a un bon nombre de motards autrichiens ou allemands qui parcourent les lacets sinueux de l'île. La moto permet de circuler plus facilement dans les villes et il n'est pas toujours nécessaire de réserver sur les ferries avec une moto.
  • Le port du casque est obligatoire.

Assurance

  • En Italie, l'assurance responsabilité civile et la carte verte d'assurance internationale, que vous obtiendrez auprès de votre assureur, sont obligatoires.
  • Votre assureur vous fournira un formulaire européen de déclaration d'accident qui simplifiera les choses le cas échéant.
  • Une assurance couvrant les pannes s'avère utile.

Automobile-clubs

L'association italienne Automobile Club d'Italia (ACI ; www.aci.it) est une excellente source d'informations et fournit une assistance routière 24h/24 ; appelez le 803 116 ou le 800 116 800 depuis un mobile étranger.
Il n'est pas nécessaire d'être inscrit à l'ACI pour bénéficier de l'assistance, mais il faudra s'acquitter de 100 € à 120 € de frais (supplément de 20% week-end et jours fériés).

Carburant

Le prix des carburants est élevé en Sardaigne. Comptez 1,70 € par litre pour la benzina senza piombo (super sans plomb) et 1,60 € par litre pour le gasolio (diesel). Les stations-service sont nombreuses, que ce soit dans les villes ou en périphérie, ou sur les axes principaux.

Code de la route

En Sardaigne, la conduite est à droite.

  • Sauf indication contraire, vous devez céder la priorité à droite aux croisements.
  • La ceinture de sécurité est obligatoire à l'avant comme à l'arrière sous peine d'amende payable sur-le-champ.
  • La police effectue occasionnellement des tests d'alcoolémie. Les peines encourues en cas d'accident en état d'ébriété sont lourdes. Le taux d'alcool autorisé dans le sang est de 0,05%.
  • La vitesse est limitée à 110 km/h sur les voies rapides (il n'y a pas d'autoroute en Sardaigne), à 90 km/h sur les routes secondaires et à 50 km/h dans les agglomérations. Les amendes pour excès de vitesse suivent les critères de l'UE et sont proportionnelles à l'excès ; elles peuvent atteindre 1 433 € et être accompagnées d'une suspension de permis.
  • Depuis 2002, les feux de croisement doivent être allumés nuit et jour sur les voies rapides.
  • Pour conduire un deux-roues de moins de 50 cm3, il faut être âgé de 14 ans minimum mais aucun permis n'est nécessaire. Vous ne pouvez pas transporter de passager ni circuler à plus de 40 km/h. Les engins jusqu'à 125 cm3 nécessitent d'avoir 16 ans minimum et d'être détenteur au moins d'un permis voiture. Le casque est obligatoire. Au-delà de 125 cm3, un permis moto est nécessaire. Un deux-roues permet d'entrer sans difficulté dans les zones urbaines restreintes au trafic automobile, et la police de la route se montre généralement indulgente avec ceux qui se garent sur les trottoirs. Les motos n'ont pas à garder leurs phares allumés de jour.

État des routes

L'état des routes sardes dépend des reliefs de l'île : une grande partie des routes de montagne ne sont pas bitumées, et il est généralement plus facile de circuler entre le Nord et le Sud qu'entre l'Est et l'Ouest.

  • L'artère principale de l'île est l'autoroute deux voies SS131 Carlo Felice, entre Cagliari et Sassari (et jusqu'à Porto Torres), via Oristano et Macomer. Elle se dédouble à Abbasanta et devient la SS131dcn jusqu'à Olbia via Nuoro. Un autre tronçon (la SS130) part de la Carlo Felice vers Iglesias. Une nouvelle extension à quatre voies (SS291) relie Sassari à Porto Torres et, sur une partie du trajet, à Alghero.
  • Le long de la côte nord, la SS200 part de Porto Torres, contourne Castelsardo et continue jusqu'à Santa Teresa di Gallura. Depuis Palau, juste à côté, la SS125 (Orientale Sarda) est une autre grande route de l'île qui longe le littoral est jusqu'à Cagliari, au sud.
  • Dans l'ensemble, les routes côtières très touristiques sont en bon état, mais étroites et sinueuses.
  • En été, vous vous trouverez souvent pris dans les embouteillages, en particulier entre Olbia et Santa Teresa di Gallura.
  • À l'intérieur de l'île, les routes sont inégales ; les voies principales, bien entretenues mais étroites, n'en finissent pas de tourner, et les routes secondaires présentent de nombreux nids-de-poule.
  • Sortir ou entrer dans des villes comme Cagliari ou Sassari met les nerfs à rude épreuve aux heures de pointe. Vous serez également surpris par la quantité de routes pavées qui ne manqueront pas de vous inquiéter – et de vous secouer – lorsque vous roulerez en pleine montagne au volant de votre précieuse voiture de location.

Location

  • Réserver son véhicule avant d’arriver en Sardaigne revient toujours moins cher.
  • Tous les grands loueurs disposent de bureaux dans les aéroports où vous pouvez retirer votre véhicule au départ et le laisser à la fin de votre séjour. Vous trouverez aussi des agences dans certaines grandes villes et dans la plupart des stations balnéaires. 
  • L’âge minimum requis varie suivant les agences, mais il faut généralement avoir plus de 21 ans.
  • Si vous avez moins de 25 ans, un supplément jeune conducteur peut être appliqué. 
  • Une carte bancaire et un permis de conduire valide vous seront demandés.
  • Vous pourrez louer motos ou scooters dans les endroits les plus touristiques comme Santa Teresa di Gallura et Alghero. 
  • La plupart des agences ne louent pas de deux-roues aux moins de 18 ans.
  • Beaucoup d’agences exigent une importante caution et vous risquez même d’être amené à rembourser une partie du véhicule en cas de vol.

Voici les principales agences internationales ou nationales :

Permis de conduire

Tous les permis de conduire délivrés au sein de l'Union européenne sont reconnus. Si vous venez d'un autre pays, procurez-vous auprès de votre automobile-club national un permis international d'une validité d'un an.

Transport de véhicules

Les voitures qui entrent sur le territoire italien doivent obligatoirement posséder une plaque d'immatriculation et une carte grise en règle. Ayez toujours sur vous les papiers du véhicule. Comme en France, un triangle de signalisation et un gilet jaune ou orange sont obligatoires en cas d'accident. Une trousse de premiers secours, un kit d'ampoules de rechange et un extincteur sont également recommandés.

Vélo

La Sardaigne se prête bien au vélo : les routes sont peu fréquentées en dehors de la haute saison, les paysages sont splendides et il pleut rarement. Toutefois, il faut tenir compte des reliefs vallonnés (voire montagneux) qui peuvent venir à bout des plus endurants, et de la chaleur en été.

  • Il n'est pas compliqué d'apporter son vélo en Sardaigne. Les consignes diffèrent selon les compagnies aériennes, mais la plupart vous demanderont de ranger votre cycle dans un sac ou une boîte spéciale, pédales et guidon démontés et pneus dégonflés. Un supplément de l'ordre de 25 € à 40 € est habituel.
  • Embarquer sur un ferry avec votre vélo vous reviendra moins cher, autour de 3 € à 10 €.
  • La plupart des trains acceptent les vélos gratuitement.

Voyages organisés

  • De nombreux tour-opérateurs proposent des circuits, week-ends et séjours divers en Sardaigne. En voici quelques-uns.
  • Akaoka (01 83 62 19 68 et 04 99 53 08 57 ; www.akaoka.com ; Hameau de la Combe, 30440 Saint-Laurent-Le-Minier). Plusieurs séjours mêlant marche à pied et déplacements en voiture, ainsi qu’une formule sportive (kayak de mer, descente de canyons, spéléologie…).
  • Arts et Vie (01 40 43 20 21 ; www.artsetvie.com). Séjour culturel sur les traces de la civilisation nuragique. 
  • Bravo Voyages (01 45 35 43 00 ; www.bravovoyages.fr ; 5, rue de Hanovre, 75002 Paris). Ce spécialiste du voyage en Italie programme différentes formules pour découvrir l’île.
  • Chamina Voyages (04 66 69 06 09 ; www.chamina-voyages.com) propose des itinéraires d’une semaine à la découverte de la Sardaigne.
  • Comptoir de l’Italie (0 892 239 339 ; www.comptoir.fr). Des séjours sur mesure.
  • Donatello (0 826 10 2005 ; www.donatello.fr ; plusieurs agences à Paris et en province). Le spécialiste du voyage individuel et sur mesure en Italie a régulièrement des offres intéressantes pour la Sardaigne.
  • Images du monde (01 44 24 87 88 ; www.images-du-monde.com ; 14 rue Lahire, 75013 Paris). Organise différents circuits à travers la Sardaigne.
  • Intermèdes (01 45 61 90 90 ; www.intermedes.com ; 60 rue La Boétie, 75008 Paris). Plusieurs circuits culturels, de 5 à 8 jours. 
  • Mérîlia (01 56 68 12 00 ; www.merilia.com). Au moins une douzaine de propositions avec des hébergements dans de luxueux hôtels.
  • Nomade Aventures (0825 701 702 ; www.nomade-aventure.com). Ce spécialiste du trek propose un séjour de marche autour du Golfo di Orosei.
  • Voyageurs du Monde (0892 23 56 56 ; www.vdm.com ; La Cité des Voyageurs, 55 rue Sainte-Anne, 75002 Paris). Plusieurs séjours et circuits.

 

Mis à jour le : 12 mars 2015

Articles récents

Guide de voyage Guide de voyage

Le guide qui va à l'essentiel, pour découvrir le meilleur de l'Italie