-->

Zurich : Culture

Coutumes

À l'opposé de leurs compatriotes du Valais qui portent encore fréquemment leur costumes ruraux traditionnels, ou des yodelleurs alpins, les Zurichois sont urbains et branchés : portées par la Street Parade d'août, les nuits zurichoises se sont imposées depuis quelques années à travers l'Europe, pour la folie de leurs clubs, la classe des bars et des restaurants de Züri-West et leur faune de beautiful people. Les traditions ne sont pourtant pas en reste, puisque chaque troisième lundi d'avril, est célébré le Sechseläuten, la fête du printemps. Cette manifestation rassemble plus de 7 000 participants en costumes, dont 2 000 enfants, près de 500 chevaux, des dizaines de chars carnavalesques et de fanfares. Le cortège traverse la vieille ville, en direction du lac, pour se terminer sur la place du Sechseläuten, où le Bonhomme Hiver (Böögg), truffé de pétards, est brûlé sur un gigantesque bûcher. Selon la légende, plus vite le mannequin brûle, meilleur est l'été.

Langue

La Suisse compte quatre groupes linguistiques : allemand (65 % de la population), français (18%), italien (10%), et enfin romanche (1%), parlé spécifiquement dans le canton de Graubünden, et reconnu comme quatrième langue nationale, mais non officielle. Ces groupes correspondent à des aires géographiques distinctes, bien que les plus grandes villes (Genève, Zurich, Bern) rassemblent des membres de chaque communauté. Zurich est traditionnellement germanophone, mais sa dimension internationale fait qu'on y parle, en plus des autres langues de la Fédération helvétique, l'anglais. D'une manière générale, les Suisses urbains passent facilement des unes aux autres, et utilisent souvent des expressions empruntées à un autre groupe linguistique.

Nourriture

Bien que faisant partie des cantons de tradition culinaire plutôt germanique, la gastronomie zurichoise témoigne de racines françaises. Les poissons, fraîchement péchés dans le lac (Zürichzee) y tiennent une place de choix : perche cuisiné façon meunière, brochet servi en quenelle avec une sauce homard ou champagne, truite, féra. La sauge est très appréciée, présentée en hors-d'œuvre, dans une pâte à la bière, ou en garniture de brochettes de foie de veau et de lard. L'agneau et le veau, dont la recette phare est le célèbre émincé à la zurichoise (noix et rognons préparés dans une sauce brune, crème, champignons et vin blanc) sont également des habitués des bonnes tables du canton, ainsi que la terrine de foie de canard en pâte briochée. Côté légumes, on retrouve la traditionnelle choucroute rouge ou blanche, un assortiment potager assez éclectique (soupe froide aux concombres et tomates), mais la pomme de terre, râpée et cuite en galette (rösti), demeure une valeur sûre. Les desserts font enfin la part belle aux tartes aux fruits et aux spécialités diverses à base de chocolat.

Religion

La Suisse compte deux cultes majoritaires : catholique romain (42%) et protestant (35%), le reste de la population étant déclarée "non-affilié". À l'image de la répartition des groupes linguistiques, la religion dominante varie d'un canton à l'autre : les cantons de Zurich, de Bern, de Vaud, de Thurgau, de Neuchâtel et de Glarus sont protestants, tandis que le Valais, Ticino, Uri, Schwyz, Zug et le Jura sont majoritairement catholiques.

Arts

Ville de l'écrivain Max Frish, Zurich est surtout connue pour avoir été le berceau du mouvement Dada. Construit sur la révulsion inspirée par les boucheries de la guerre de 1914-1918, ce courant artistique antibourgeois et anticonformiste affirma son rejet par l'absurde et la provocation. Dada exploita aussi bien les techniques de collage, que les arts primitifs dans le dessin. Il soumit l'écriture, le cinéma ou la performance à l'abstrait, et redéfinit l'objet usuel en tant que création artistique. L'un des exemples les plus explicites reste l'Urinoir de Marcel Duchamp (lui-même plus surréaliste que dadaïste). Le nom du mouvement – parmi les hypothèses sujettes à controverses – aurait été choisi de manière aléatoire après qu'on eut planté un couteau dans un dictionnaire français-allemand, la pointe s'arrêtant sur "dada". Défunt dès 1923, le groupe a considérablement inspiré des artistes tels que Georg Grosz, Hans Harp, Max Ernst ou Man Ray.

Mis à jour le : 11 novembre 2012
Vizeat

Articles récents

Guide de voyage

Lonely Planet : un guide tout en couleurs illustré par des centaines de photos pour découvrir le meilleur de la Suisse