Lyon

  1. Accueil
  2. France
  3. Lyon
  4. Fourvière

Fourvière

La basilique Notre-Dame, l’amphithéâtre gallo-romain… La “colline qui prie” – elle doit son surnom à ses nombreux cloîtres et monastères – recèle tant de trésors qu’elle est presque entièrement inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco. Il est très agréable de l’explorer en passant par le jardin du Rosaire et par le parc des Hauteurs, qui la traversent de part en part. Pour une ambiance de village, allez vous balader sur le plateau sud de la colline, dans le quartier Saint-Just.

L’essentiel en un jour

Rendez-vous sur l’esplanade de Fourvière et embrassez d’un coup d’œil toute la cité des Gones et les toits de Saint-Jean. Allez ensuite découvrir les trésors de la somptueuse basilique Notre-Dame et le musée d’Art sacré. Si vous avez envie de connaître tous les secrets de la basilique, alors revenez l’après-midi pour une visite insolite de Fourvière . Pour déjeuner, pique-niquez au jardin du Rosaire  ou sur le site archéologique de Fourvière .
Admirez les beaux restes de l’amphithéâtre, de l’odéon et, pourquoi pas, le Musée gallo-romain . Si vous cherchez l’ombre ou le calme, allez vous délasser dans le parc des Hauteurs ou dans le cimetière de Loyasse. Explorez le quartier Saint-Just, flânez dans le joli jardin des Curiosités. Avec des enfants, préférez une visite au parc France Aventures, où ils pourront voltiger d’arbre en arbre.
À l’heure de l’apéritif, gagnez le site de l’Antiquaille et le bar à vins Le Phosphore pour siroter un verre en profitant de l’une des plus belles vues sur Lyon. Prolongez ce moment avec la cuisine du chef étoilé Christian Têtedoie ou, plus abordable, optez pour celle de La Petite Auberge , à Saint-Just.

À ne pas manquer

L’extérieur de la basilique

Construit sur les plans de Pierre Bossan, l’édifice est de style néobyzantin. Il fut érigé à l’emplacement d’une précédente chapelle, construite en 1643 pour éloigner la peste de la ville. Deux tours octogonales encadrent le porche à colonnes sculptées : celle de droite incarne la Justice, celle de gauche, la Force. Au-dessus des portes en bronze, une galerie d’anges caryatides est surmontée d’un fronton triangulaire orné de sculptures de Marie et de l’Enfant Jésus. Il est entouré de sculptures qui évoquent à droite le vœu de 1643 et à gauche celui de 1870. L’abside, entourée de deux tours, se dresse face à la ville.

L’intérieur

Complètement rénové, il peut paraître un peu chargé avec ses dorures, ses couleurs et ses sculptures. Les vitraux méritent qu’on s’y attarde, de même que les magnifiques mosaïques des murs latéraux. Elles datent de la première moitié du XXe siècle et relatent des épisodes historiques et religieux. L’autel du chœur est orné de mosaïques vénitiennes.

La crypte

Accessible depuis l’intérieur ou l’extérieur (en contournant l’église sur la droite du parvis, par la porte des Lions) et dédiée à saint Joseph, cette “église dans l’église” contraste avec le reste de la basilique par l’absence de lumière. On peut aussi visiter l’ancienne chapelle, avec son autel rococo, depuis l’intérieur de l’église.

Tour de l’Observatoire

Du haut de ses 340 m, elle offre une vue inoubliable sur Lyon. La tour n’est accessible que dans le cadre des visites insolites de la basilique.

Le Grand Théâtre et l’Odéon

Construit peu de temps après la fondation de Lugdunum en 43 av. J.-C., le Grand Théâtre(mi-avr à mi-sept 7h-21h (18h en juin-juil en raison des Nuits de Fourvière), mi-sept à mi-avr 7h-19h ; entrée libre) date de 15 av. J.-C. D’une capacité de 11 000 spectateurs, il s’élève en demi-cercle sur le flanc de la colline – son diamètre est de 108 mètres en haut des gradins. À côté, l’Odéon(mi-avr à mi-sept 7h-21h (18h en juin-juil), mi-sept à mi-avr 7h-19h ; entrée libre), probablement construit aux environs de l’an 100, pouvait contenir 3 000 personnes et était destiné à des représentations plus élitistes, poétiques ou musicales. Son pavement géométrique des plus remarquables, fait notamment de porphyre vert et rouge, de granit ou de marbre jaune, violet et rouge, est un témoin du prestige passé du lieu. Le site fut probablement abandonné aux alentours du IIIe siècle. Beaucoup de pierres et la majorité des colonnes furent progressivement utilisées dans la construction de nouveaux bâtiments, comme la basilique Saint-Martin d’Ainay .

Le Musée gallo-romain

Pratiquement invisible de l’extérieur, ce musée ( mar-dim 10h-18h) en béton accroché à la colline possède une très riche collection de pièces archéologiques et retrace l’histoire de la ville, de la Préhistoire au VIIe siècle. L’essentiel de l’exposition est bien sûr consacré à la période romaine. La table claudienne, l’une des plus belles pièces, fut découverte sur les pentes de la Croix-Rousse au XVIe siècle. Cette plaque de bronze est gravée d’un discours que l’empereur Claude prononça au Sénat en 48.

Mis à jour le : 29 mars 2019

À voir à faire à Lyon

  • Jardins du Rosaire

    au vert

    Situés sous la basilique, ces jardins romantiques remplissent parfaitement la fonction initiale que...

    Lire la suite
  • Parc des Hauteurs

    au vert

    L’un des grands projets de parcs urbains de la ville ambitionnait d’aménager des promenades (à...

    Lire la suite
  • Espace culturel du christianisme

    histoire

    Ouvert en décembre 2014 dans l’ancien hôpital de l’Antiquaille, dans des bâtiments jadis occupés...

    Lire la suite
  • Cimetière de Loyasse

    stars locales

    Les premières tombes de ce Père-Lachaise local (mais sans Jim Morrison) datent du début du...

    Lire la suite
  • Esplanade de Fourvière

    panorama

    À gauche de la basilique en sortant du funiculaire, en arrivant sur l’esplanade, on découvre une vue...

    Lire la suite
  • Musée d’Art sacré de Fourvière

    art liturgique

    Ce petit musée plaira aux amateurs du genre. Situé dans un ancien bâtiment jésuite à droite de la...

    Lire la suite