Chah-i-Zinda

L'avis de l'auteur Lonely Planet

cimetière

Site le plus émouvant de Samarcande, cette extra-ordinaire avenue de mausolées renferme certaines des plus somptueuses mosaïques du monde musulman. Son nom signifie “tombeau du Roi vivant” et fait référence au sanctuaire d’origine, le plus retiré et le plus saint – un ensemble de salles fraîches et silencieuses autour du tombeau supposé de Qusam ibn-Abbas, cousin du Prophète qui aurait introduit l’islam dans la région au VIIe siècle.

Un sanctuaire dédié à Qusam existait ici, à la lisière d’Afrasiab, bien avant que les Mongols ne le mettent à sac au XIIIe siècle. Chah-i-Zinda commença à prendre son aspect actuel au XIVe siècle, quand Timur et, plus tard, Ulug Beg y enterrèrent leurs proches et favoris près du Roi vivant.

Après avoir remarquablement survécu pendant plus de sept siècles avec seulement quelques réparations mineures, de nombreux tombeaux ont subi une restauration cavalière et controversée en 2005. La plupart des mosaïques, majoliques et éléments en terre cuite que l’on découvre aujourd’hui ne sont pas d’origine.

Le plus beau tombeau est le mausolée de Chadi Mulk Aka (1372), le deuxième sur la gauche après les escaliers de l’entrée, où reposent une sœur et une nièce de Timur. Les ravissants carreaux de terre cuite et majoliques – remarquez l’espace minuscule entre eux – étaient d’une telle qualité qu’ils ne nécessitaient quasiment aucune restauration.

Chah-i-Zinda est un important lieu de pèlerinage ; habillez-vous correctement et faites preuve de respect. L’allée qui relie les mausolées débouche sur le principal cimetière de Samarcande, fascinant à explorer.

Avenue des Mausolées ; Shahizinda ; 6 000 S ; 7h-20h avr-oct, 9h-17h nov-mars