Haein-sa

L'avis de l'auteur Lonely Planet

temple

Ce temple, inscrit au patrimoine mondial par l’Unesco, mérite absolument une visite.

Le Haein-sa n’est pas seulement l’un des temples les plus importants du pays, c’est aussi l’un des plus beaux. Une beauté qui tient aussi en partie à son cadre naturel : une forêt de conifères et de feuillus entourée de hauts sommets et sillonnée de cours d’eau bouillonnants. À l’heure des prières (3h30, 10h et 18h30), on est transporté dans un autre monde.

Les 81 258 textes sacrés sculptés dans le bois qui y sont conservés en font l’une des plus importantes bibliothèques bouddhiques.

Connues sous le nom de Tripitaka Koreana, les tablettes sont entreposées dans quatre bâtiments, situés dans la partie supérieure de l’ensemble ; un ingénieux système de ventilation les préserve de toute détérioration. Ces bâtiments sont habituellement fermés, mais on aperçoit facilement les tablettes à travers les lattes des fenêtres.

Le pavillon principal, Daegwangjeon, fut dévasté par un incendie durant l’invasion japonaise de 1592, puis à nouveau, accidentellement, en 1817. Miraculeusement, le Tripitaka échappa aux flammes. Durant la guerre de Corée, il fut sauvé une troisième fois par un pilote sud-coréen de l’armée alliée, qui empêcha les militaires de bombarder le temple.

Récemment rénové, le musée Haein-sa donne à voir quelques trésors du temple, notamment des copies de textes sacrés et des œuvres bouddhiques. Il est situé à une courte distance à pied du sentier, tandis que le temple se trouve 1 km plus haut.

Les randonneurs peuvent escalader le Gayasan (1 430 m), point culminant du parc, et l’un de ses plus jolis sommets. Les 1 100 m de dénivelé à partir du Haein-sa sont cependant réputés difficiles.

055 934 3105 ; 5 000 ₩ ; 8-11h et 12h-17h mer-lun