Hwaeom-sa

L'avis de l'auteur Lonely Planet

temple

Fondé en 544 par le prêtre Yeongi après son retour d’Inde, ce temple dédié au Bouddha Birojana se niche dans un superbe paysage naturel du parc national de Jirisan. Reconstruit pour la dernière fois en 1636, il a subi cinq dévastations majeures au cours de son histoire, notamment lors de l’invasion japonaise de 1592.

Sur le parvis principal, le Gakgwang-jeon, un immense pavillon à deux niveaux, renferme des peintures qui sont des trésors nationaux – longues de 12 m et larges de 7,75 m, elles représentent des bouddhas, des disciples et diverses divinités. Les plus anciennes – et les plus grandes – lanternes en pierre de Corée sont installées devant le Gakgwang-jeon, jadis entouré des tablettes en pierre du Tripitaka ; réalisées à l’époque Silla, ces dernières furent détruites durant l’invasion japonaise.

Plusieurs volées de marches grimpent vers le plus célèbre édifice du Hwaeom-sa, Sasaja Samcheung (사사자 삼층석탑), une pagode à trois niveaux, soutenue par quatre lions en pierre. Le personnage féminin sous la pagode serait la mère de Yeongi ; une sculpture de son fils lui offrant du thé lui fait face, sous une lanterne. Au moment de la rédaction, le site était fermé pour restauration.

Le temple se situe à environ 25 minutes de marche de l’arrêt de bus. Des programmes Templestay (40 000 ₩) sont envisageables au Hwaeom-sa. À l’entrée du parc, un grand village touristique regroupe plusieurs restaurants et des hébergements abordables, mais les prix augmentent le week-end.

Du temple, vous pouvez continuer, via un sentier, à travers la vallée du Hwaeom-sa. Au bout de 2 heures 30 ou 3 heures, le chemin commence à grimper vers un refuge, le Nogodan Sanjang (4 heures de marche épuisante, p. 223), puis continue jusqu’à la crête du Jirisan.