Palais Ak-Saraï

L'avis de l'auteur Lonely Planet

ruines

Juste au nord du centre-ville se dressent les vestiges de l’imposant palais d’été de Timur, dont il ne reste que des fragments du gigantesque pichtak, haut de 38 m, couvert de splendides mosaïques non restaurées, semblables à des filigranes. Cette ruine au cœur de la ville devrait enchanter les détracteurs des rénovations trop parfaites de Samarcande, en ce qu’elle donne un authentique aperçu de ce à quoi devait ressembler cette dernière il y a un siècle.

Ce palais fut sans doute le projet le plus ambitieux de Timur. Entamé en 1380 après une campagne victorieuse au Kharezm et l’“importation” de ses meilleurs artisans, le chantier s’acheva 24 ans plus tard. Grimper jusqu’au sommet du pichtak permet d’apprécier sa hauteur et d’imaginer les dimensions et la splendeur du palais. L’arche impressionnante, large de 22,5 m, s’effondra il y a 200 ans.

Au centre de l’emplacement du palais se tient une nouvelle statue d’Amir Timur, cadre prisé pour les photos de mariage. L’Ak Saraï a été classé au patrimoine mondial de l’Unesco en 2000.

Palais blanc ; entrée libre, accès escalier 3 000 S ; 9h-18h