Port vénitien

L'avis de l'auteur Lonely Planet

quartier historique

On ne peut pas faire l’impasse sur ce port aux quais bordés de vénérables maisons couleur pastel et d’antiques comptoirs de commerce. Tout un lacis compliqué d’étroites ruelles jalonnées de commerce y mène, le tout à l’abri des très intimidantes murailles vénitiennes. Le tronçon le mieux préservé des énormes fortifications extérieures est le mur ouest, qui relie le fort Firkas (situé à l’extrémité ouest du port et qui fut jadis la prison turque) au bastion de Siavo (à l’intérieur de la ville). Il faisait partie d’un système défensif commencé en 1538 par l’ingénieur Michele Sanmichele, qui dessina également les remparts d’Héraklion. On entre dans le fort par les portes proches du musée maritime. Du haut du bastion, on découvre une belle vue sur la vieille ville. En longeant la muraille qui forme une digue face à la mer, une agréable promenade de 1,5 km amène au phare vénitien à l’entrée du port.

Dominant le côté est du vieux port, l’imposante mosquée de Kioutsouk Hasan (ou mosquée des Janissaires) accueille régulièrement des expositions.