Nuraghe Su Nuraxi

L'avis de l'auteur Lonely Planet

site archéologique

Au cœur de la campagne verdoyante, près de Barumini, ce nuraghe, le plus visité de l’île, est le seul site sarde inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco (en 1997). Son élément principal est la tour construite vers 1500 av. J.-C., solitaire à l’origine, puis incorporée à un ensemble de fortifications. Un bon nombre de constructions datent de l’âge du fer et constituent un réseau d’alvéoles circulaires enchevêtrées à flanc de colline.

La tour Nuraxi, l’élément le plus ancien du site, mesurait à l’origine 18,6 m de haut et comportait trois étages, chacun doté d’une salle intérieure au plafond voûté en encorbellement. Lors de sa fortification vers 1200 av. J.-C., on y ajouta quatre tours annexes reliées entre elles par un épais mur d’enceinte.

Les premières habitations sur le site, de petits édifices en pierre circulaires formés d’une simple salle, apparurent à l’âge du bronze, entre les XIe et IXe siècle av. J.-C., mais beaucoup des ruines visibles aujourd’hui datent d’une phase de construction ultérieure (VIIe et VIe siècles av. J.-C.). Quand le village se développa, un mur d’enceinte plus complexe fut construit autour de la partie centrale, avec neuf tours percées de meurtrières. Des boulets de pierre massifs, servant sans doute d’armes, ont été retrouvés lors des fouilles.

Au VIIe siècle av. J.-C., le site fut en partie détruit par les Carthaginois, sans être pour autant abandonné. Il continua même d’être habité et de se développer à l’époque romaine. Des vestiges d’égouts et de canalisations rudimentaires ont ainsi été identifiés.

Le site fut redécouvert par le grand archéologue sarde Giovanni Lilliu (1914-2012) en 1949, après que des pluies torrentielles eurent érodé la terre compacte recouvrant le nuraghe, que rien ne distinguait auparavant des autres monticules de la Marmilla. Les fouilles se poursuivirent durant six ans, et le site est aujourd’hui le seul nuraghe entièrement mis au jour en Sardaigne. On peut se faire une idée du travail qui fut nécessaire en regardant le nombre de briques qui ont été incorporées à la structure : elles y furent délibérément posées pour permettre de facilement distinguer le basalte d’origine.

Les visites sont obligatoirement guidées. En été, il y a souvent une file d’attente en plein soleil.

070 936 81 28 ; www.fondazionebarumini.it ; 9h-19h été, jusqu’à 16h hiver