Cattedrale di Palermo

L'avis de l'auteur Lonely Planet

cathédrale

Avec ses motifs géométriques, ses murs crénelés, ses coupoles couvertes de majoliques et ses absides à arcs aveugles, la cathédrale de Palerme demeure, malgré de nombreux remaniements, l’un des plus beaux exemples du style architectural arabo-normand propre à la Sicile. Bien qu’impressionnant par sa taille, l’intérieur se résume à une coquille de marbre dont les éléments les plus intéressants sont les tombeaux des rois normands (à gauche en entrant), le trésor et le beau panorama depuis le toit.

La construction de la cathédrale débuta en 1184, à l’instigation de l’archevêque de Palerme Gautier Ophamil, un Anglais qui fut tuteur de Guillaume II. Gautier disposait de fonds illimités, mais il sentit sa puissance menacée par la construction de la cathédrale de Monreale . Il décida donc de faire construire un édifice tout aussi magnifique à Palerme. Ce qui fut fait à l’emplacement d’une mosquée du IXe siècle, elle-même bâtie sur une ancienne chapelle. Un détail du décor oriental d’origine demeure au niveau du porche sud, où l’on peut voir un passage du Coran gravé sur une colonne. L’aspect imposant de la cathédrale témoigne de la vocation initiale d’un édifice construit en plein conflit opposant la Couronne à l’Église, une situation potentiellement dangereuse tempérée par la mort de Gautier en 1191, soit avant la fin du chantier.

La cathédrale fut par la suite maintes fois remaniée, parfois avec bonheur, comme s’agissant du porche à trois arches conçu en 1426 par Antonio Gambara, chef-d’œuvre du gothique catalan dont la réalisation prit deux siècles. L’ajout de la coupole disgracieuse due à Ferdinando Fuga, entre 1781 et 1801, fut moins heureux. Par chance, la façade a conservé ses entrelacs d’origine. La façade sud-ouest, datant des XIIIe et XIVe siècles, constitue un bel exemple de l’architecture régionale à l’époque médiévale. On entre dans la cathédrale par le porche à trois arches de Gambara (actuellement masqué par des échafaudages et un énorme panneau publicitaire) que précèdent des jardins et une statue de sainte Rosalie, l’une des patronnes de Palerme. Une superbe décoration en marqueterie au-dessus des arches représente “l’arbre de la vie” dans une composition géométrique complexe de style arabe constituée de douze cercles renfermant des êtres humains, des animaux ou des fruits. Le tout remonterait à 1296.

Sur la gauche en entrant dans la cathédrale se trouvent les tombeaux normands des illustres souverains de la Sicile que furent Roger II (au fond à gauche) et Frédéric II de Hohenstaufen (devant à gauche), ainsi que ceux d’Henri VI et de Guillaume II. Le trésor de la cathédrale comprend une petite collection de bijoux de la période normande ainsi que quelques reliques. Ne manquez pas la superbe couronne de l’épouse de Frédéric II, Constance d’Aragon, réalisée au XIIIe siècle par des artisans locaux en filigrane d’or fin incrusté de pierres précieuses. Plus insolite, on peut aussi voir la dent et les cendres de sainte Rosalie, conservées dans des reliquaires en argent.

091 33 43 73 ; www.cattedrale.palermo.it ; Corso Vittorio Emanuele ; cathédrale 7h-19h lun-sam, 8h-19h dim, tombeaux, trésor et toit 9h30-17h