Prasat Phanom Rung

L'avis de l'auteur Lonely Planet

ruines

ปราสาทเขาพนมรุ้ง Jouissant d’un emplacement exceptionnel, ce temple occupe le sommet d’un volcan éteint, et domine les rizières de quelque 200 m. On distingue vers le sud-est les monts Dangrek au Cambodge, et c’est dans cette direction que la capitale de l’empire d’Angkor se trouvait autrefois. L’ensemble de temples fut construit en l’honneur du dieu hindou Shiva, entre le Xe et le XIIIe siècle, mais la plus grande part des travaux date du règne de Suriyavarman II (1113-1150).

En contrebas du sanctuaire principal, au-dessus d’une longue rangée de boutiques de souvenirs, le centre d’accueil des visiteurs présente des objets trouvés aux alentours, et des expositions sur l’architecture et la restauration des temples, qui s’étalèrent sur 17 ans. Vous pourrez retirer ici une brochure gratuite et engager un guide parlant thaï (tarif négociable). Si vous ne voulez pas entreprendre l’ascension, vous pourrez aller jusqu’au parking, plus haut, mais sachez que la brochure n’y est généralement pas disponible.

L’un des sites les plus remarquables du Phanom Rung est la promenade qui conduit à la porte principale. Elle commence sur une pente, à 400 m à l’est de la tour principale, par une succession de trois terrasses en terre. Vient ensuite un soubassement cruciforme sur lequel on suppose que se dressait un pavillon en bois. À droite se trouve le Phlab Phla, présumé être le pavillon où les membres de la famille royale faisaient leurs ablutions et changeaient de vêtements avant d’entrer dans le temple. Une fois descendu de la zone du pavillon, on arrive devant une chaussée de procession de 160 m de long bordée de piliers en grès surmontés de boutons de lotus dans le style primitif d’Angkor. Cette chaussée se termine devant le premier et le plus grand des trois ponts ornés de nagas, flanqués de 16 nagas à 5 têtes de style classique d’Angkor. Comme dans tous les autres temples khmers, ces ponts symboliques représentent le passage du monde terrestre au royaume céleste.

Tout en haut, la magnifique galerie orientale mène au sanctuaire principal. La tour principale est entourée de quatre galeries. De superbes sculptures de divinités vishnouites et shivaïtes ornent les linteaux et les frontons des portes des édifices centraux, ainsi que d’autres endroits importants de l’extérieur du sanctuaire. Sur le portique oriental du mon-dòp (mandapa ; salle face à la tour principale) remarquez le Nataraja (Shiva dansant) et le célèbre linteau Narai Bandhomsindhu, représentations respectives de la destruction et de la renaissance de l’univers. À l’entrée sud, on découvre les vestiges de Shiva et d’Uma juchés sur leur taureau, Nandi. La pièce centrale de la tour principale renferme un lingam (symbole phallique) de Shiva et, devant celui-ci, une statue de Nandi.

044 666251 ; 6h-18h.8h30-16h30